Archives du mot-clé essais

Big Bang History

Jean Claude Bologne, Histoire du coup de foudre, Albin Michel, 2017, 313 p., 21.5€/ePub : 14.99 €   ISBN : 978-2-226-32013-1

9782226320131-jAprès l’Histoire du couple, en 2016, c’est sur l’histoire du coup de foudre que le romancier et essayiste Jean Claude Bologne se penche cette fois, en fin sondeur des sentiments et des comportements humains.

Le coup de foudre, vaste sujet… Beaucoup y croient, d’aucuns l’ont vécu, d’autres l’attendent encore tandis que diverses sources l’abordent par le biais notamment des symptômes qu’il fait naitre chez ses « victimes ». Ce sont ces récits, légendaires, empruntés à l’Histoire ou à la littérature, qui ont retenu l’attention de l’auteur et constituent la matière première de cet essai. Lire la suite

Pour que la culture embrasse les cultures

Jean HURSTEL, Cultures des lisières. Éloge des passeurs, contrebandiers et autres explorateurs, Éditions du Cerisier, coll. « Place publique », 2016, 144 p., 12 €   ISBN : 978-2872671960

hurstel.jpgCultures des lisières. Un beau titre, plein de promesses, au sous-titre excitant Éloge des passeurs, contrebandiers et autres explorateurs, pour le livre dans lequel Jean Hurstel, acteur passionné, engagé de la vie culturelle, particulièrement dans le domaine théâtral, retraverse son parcours avec autant de rigueur que de franchise et de sensibilité.

De Strasbourg où il s’inscrit à seize ans à l’École supérieure d’Art dramatique, qui vise à former des acteurs pour aller au-devant des publics populaires, puis, étudiant en philosophie à l’Université, y créait le Théâtre universitaire, à Bruxelles où il préside depuis dix ans les Halles de Schaerbeek, c’est un itinéraire aux multiples étapes qu’il revit avec nous. Porté par l’ardente conviction que toute politique culturelle doit se fonder sur l’histoire de l’art, la création artistique, mais aussi sur la rencontre avec les populations trop souvent oubliées de la culture officielle, celles des zones industrielles désaffectées, des périphéries urbaines, des campagnes abandonnées. Lire la suite

Au cœur du pays de Verhaeren

Des lueurs du fleuve à la lumière de la peinture. Émile Verhaeren et les siens, volume composé par Marc Quaghebeur et Christophe Meurée, Bruxelles, Archives & Musée de la Littérature, 2016, 148 p.   ISBN : 978-2-87168-078-9

verhaeren aml.jpgOn n’imagine pas Verhaeren sans l’Escaut, qui a marqué sa sensibilité, imprégné sa poésie. Et l’on s’accorde d’emblée au titre de l’exposition qui célèbre, au Musée des Beaux-Arts de Tournai, le grand écrivain, mort tragiquement en gare de Rouen voici cent ans : Lumières de l’Escaut, Lumière des Arts. Lire la suite

Roger Van de Wouwer, ni Dieu ni maître

Un coup de cœur du Carnet

Jean WALLENBORN, Roger Van de Wouwer, l’incorruptible, Verbeke Foundation, 2016, 224 p., 20 €   ISBN 978-90-825-2080-4

wallenbornÀ l’heure où Paris célèbre une nouvelle fois et en grande pompe les œuvres de René Magritte, une première monographie révèle la vie et l’œuvre de Roger Van de Wouwer (1933-2005), peintre, dessinateur et écrivain surréaliste peu connu, originaire d’Anvers, proche de Marcel Mariën, Tom Gutt et Louis Scutenaire.

En mai 1963, la librairie-galerie « La Proue », à Bruxelles, exposait un jeune artiste né à Hoboken trente ans plus tôt. Roger Van de Wouwer n’était alors guère connu que d’un petit noyau d’activistes surréalistes – que Louis Scutenaire avait surnommé « le gang de Bruxelles » – regroupés autour du poète, écrivain et polémiste Tom Gutt (1941-2002). Envoyée par la poste, l’invitation au vernissage était accompagnée d’un petit catalogue où figurait entre autres l’une des œuvres exposées : Galathée, soit un tableau représentant un torse féminin à l’antique, garni cependant… d’une serviette hygiénique rehaussée de couleur rouge. Lire la suite

Un Belge dans la deuxième sélection du Fémina

paquet

Avec la rentrée littéraire viennent les grands prix d’automne. Les différents jurys ont déjà, pour la plupart, remis leurs premières sélections. C’est notamment le cas des jurés du Prix Femina, qui ont retenu un Belge dans leur deuxième sélection « Essais ».  Lire la suite

De quoi est faite l’amitié en littérature ?

Jean-Louis ÉTIENNE, Jean Ray / Thomas Owen. Correspondances littéraires, Préface d’Arnaud Huftier, Postface d’Anne Neuschäfer, Valenciennes, Presses Universitaires  de Valenciennes, 2016, 302 p., 19 €, ISBN : 13 9782364240513

etienneCommençons par la préface qui cadre bien les enjeux du livre. Arnaud Huftier y fait remarquer l’importance du « principe associatif » dont use la critique : un nouvel auteur est comparé à un auteur bien connu. Comparaison nécessairement réductrice car elle néglige des qualités de l’écrivain mais aussi d’autres aspects du champ littéraire. Mais, à terme, elle permet cependant  à ce nouvel auteur de jouer de cette référence, de se positionner et de se construire une personnalité littéraire propre, en accentuant ce qui le différencie de l’auteur à qui il est comparé : il peut devenir « autonome ». Avant éventuellement – mais après combien de temps ? – de devenir lui-même une référence. C’est ainsi que l’on a qualifié Jean Ray d’« Edgar Poe belge » ou de « Lovecraft flamand », avant qu’il ne devienne lui-même la référence pour Thomas Owen. Lire la suite

Où l’on appréhende en anthropologue le football et ses aficionados

Soutenir l’équipe nationale de football. Enjeux politiques et identitaires, édité par Jean-Michel DE WAELE et Frédéric LOUAULT, éditions de l’Université de Bruxelles, coll. « Science politique », 2016

equipe footÀ peine rangée la panoplie du parfait supporter, les vuvuzelas « made in Belgium », les casques « façon viking », les manchons à rétroviseurs et les maquillages noir-jaune-rouge, à peine mis au placard nos gueules de bois, nos rêves brisés, nos joies et nos tristesses, à peine de retour dans nos routines quotidiennes et nos soucis à mille lieues de l’Euro 2016 de football, que voilà que débarque, sur les tables de nos libraires favoris, Soutenir l’équipe nationale de football, un ouvrage académique édité par l’Université de Bruxelles.

Une façon de prolonger la fête ? De faire durer la liesse et l’ivresse ? De se donner du baume au cœur jusqu’à la prochaine grand-messe footballistique ?

Non. Lire la suite