Archives par étiquette : Rentrée littéraire

La rentrée littéraire belge 2020 : l’après-confinement

La rentrée littéraire automnale est toujours une période d’effervescence pour le monde du livre. Le rituel de la rentrée littéraire, particularisme français, a essaimé – avec modération – en Belgique francophone. La cuvée 2020 survient toutefois dans un contexte difficile pour toute la chaine du livre, quasi mise à l’arrêt pendant 2 mois en raison du confinement. Tour d’horizon de la rentrée des auteurs belges, publiés en Belgique ou ailleurs. Continuer la lecture

Amélie Nothomb, une Belge parmi les best sellers 2016

best-sellers-2017_5794981Comme chaque année, le magazine d’information français L’Express a réuni pour un repas les auteurs francophones, tous genres confondus, ayant réalisé les meilleures ventes de l’année écoulée.

À lire : le compte-rendu de la rencontre dans l'Express

Entre les vainqueurs de grand prix littéraires (Leïla Slimani, Prix Goncourt pour Chanson douce, Gaël Faye, Prix Goncourt des Lycéens pour Petit Pays, Adélaïde de Clermont-Tonnerre, Grand Prix du roman de l’Académie française pour Le dernier des nôtres), personnalités politiques (Christiane Taubira pour Murmures à la jeunesse) et autres célébrités (Fabrice Luchini pour Comédie française. Ça a débuté comme ça…), une Belge figurait parmi les invités : Amélie Nothomb. Continuer la lecture

Meilleures ventes de la rentrée littéraire

nothomb-1

Livres Hebdo a publié le palmarès des meilleures ventes de la rentrée littéraire francophone. Un classement où les lauréats des prix d’automne se taillent une part royale, mais où l’on retrouve, aussi, des auteurs… belges. 
Continuer la lecture

Le poids des racines coupées

Isabelle BARY, Ce qu’elle ne m’a pas dit, Luce Wilquin, 2016, 256 p., 20€/ePub : 13.99 €, ISBN : 978-2-88253-525-7

baryMarie et Alex forment un couple en apparence conventionnel. Elle est une enfant unique et une chercheuse scientifique de 47 ans. Lui est un prof de philo converti en vendeur de soutiens-gorge, issu d’une famille généreuse et démonstrative. De leur union est née Nola, une jeune femme de presque 16 ans, hypersensible et en quête de sens. Leur quotidien semble banal, rythmé par le boulot, les disputes et les fous rires. Continuer la lecture

Demain, la rentrée littéraire

RLDès demain, les premiers titres de la rentrée littéraire 2016 feront leur apparition en librairie. Le Carnet et les Instants suit pour vous la rentrée des Belges. Un programme riche et varié. Continuer la lecture

Auteur en quête de personnages

Aliette GRIZ, Les Fantômes sont des piétons comme les autres, ONLiT, 2015, 224 p., 14€/ ePub : 6.99 €

À la recherche d’une forme qui lui redonnerait de l’inspiration, Griz trouvait la solution pour combiner les éléments. Le contextuel et le suivi. Le papier et le blog. Une histoire et des fragments. Des personnages et une ville. Un feuilleton, ça s’appelait. Un roman, c’était trop dix-neuvième. Une nouvelle, trop court et planifié. Pétri, étalé, composé, comme une pâte vite sortie du four qu’on découpe en parts inégales, avant d’y mettre les doigts, quatre fromages ou napolitaine. Ça nourrit et c’est un peu régressif. Il suffit ensuite d’avaler les épisodes. Que ça se digère vite, avec ou sans gluten. Un feuilleton. Voilà la pizza littéraire. […] Alors que les pizzas frisent souvent la perfection, il n’y a que la surgélation qui peut les desservir.

Continuer la lecture

Entre ‘Kanun’ et ballets roses

Patrick DELPERDANGE, Comme des chiens, Bruxelles, ONLiT, 2015,275 p., 18 € / ePub : 8.99 €

Comme des chiensSon livre précédent chez ONLiT éditions nous apprenait que Patrick Delperdange est un sale type. Son dernier roman, Comme des chiens, paru chez le même éditeur, vient confirmer que Delperdange n’est pas un ange. Dans un registre différent : celui du pur polar. Continuer la lecture

Vivre sa vie

Michelle FOUREZ, Adrienne ne m’a pas écrit, Avin, Editions Luce Wilquin, 2015, 94 p., 10 €

512blogDepuis son premier roman paru en 1992, quelque chose fascine Michelle Fourez au cœur des bons soirs de juin. Quelque chose de l’ordre de la douceur, de la sensualité. De l’intensité. Qui amène les histoires à leur point de tension, à leur paroxysme. Puis à leur résolution ou à leur dissolution. Cette fois encore. Continuer la lecture

A la fin de l’envoi, j’épouse (si tout va bien)

Juan d’OULTREMONT, Compte à rebours, Bruxelles, Onlit-Editions, 2015, 233 p., 16€/ePub : 7,99 €

Recycler discrètement ses obsessions personnelles, n’est-ce pas l’un des enjeux de l’écriture romanesque ? Question que se pose le lecteur à la lecture de Compte à rebours, curieux roman épistolaire de l’artiste touche à tout Juan d’Oultremont. Une visite sur l’étonnant site Internet de l’intéressé convainc qu’il doit être brouillé avec l’orthographe, comme son héros lausannois, Judas Klaus-Thauman. D’Oultremont assume : alors que d’autres chercheraient à dissimuler leur lacune ou prendraient des cours particuliers, son personnage ambitionne de créer un service à dîner dont les pièces s’orneraient de ses fautes d’orthographe les plus mémorables. Continuer la lecture

Retour en Toscane

Vincent ENGEL, Et dans la forêt, j’ai vu, Hévillers, Ker éditions, 2015, 196 p., 10 €

Et dans la forêt, j’ai vuVincent Engel est un écrivain fidèle à certains lieux. Dans Et dans la forêt, j’ai vu, roman destiné à la jeunesse, il plante une nouvelle fois son décor en Toscane, quatorze ans après la publication de Retour à Montechiarro, dont un des personnages fait ici une brève incursion. Le contexte politique, celui de l’Italie des années noires et du règne de Mussolini, imprègne le livre et détermine la destinée de ses personnages. L’histoire se déroule en 1928, dans une petite ville isolée dont le maire applique avec zèle les préceptes du Duce qu’il admire, tout en se lamentant sur le sort de la petite Letizia, sa fille, muette depuis le décès de sa mère, advenu dans des circonstances mystérieuses. Continuer la lecture

Tic-up, Tic-down

Un coup de coeur du Carnet

Nathalie NOTTET, L’Envers des pôles, Neufchâteau, Weyrich, coll. « Plumes du coq », 2015, 120 p., 12,50€/ePub : 8.99 € 

nottetCertains univers tiennent à distance, empêchent la projection, l’empathie. Les troubles psychiatriques, tout de contours mystérieux et de profondeurs insondables, sont de ces contrées dont nous souhaitons qu’elles nous demeurent inexplorées. Si chez l’Autre, l’altérité est fascinante quand elle prend les dehors d’une culture inconnue ou d’un Ailleurs fantasmé, l’altération déroute et amène au retrait – voire au rejet – lorsqu’elle s’apparente à un déséquilibre du psychisme, imputable à un facteur biliaire, humoral ou chimique, suivant le regard médical qui y est porté. Continuer la lecture

Petites histoires de la folie ordinaire

Véronique JANZYK, Le vampire de Clichy, Bruxelles, ONLiT, 2015, 137p., 12€/ ePub : 5,99€

janzykCe recueil de nouvelles classé dans la catégorie de la fantasy s’ouvre sur le récit de la narratrice qui, après avoir été mordue par un vampire la nuit de la Saint-Sylvestre, rencontre une série de personnages étranges, dont elle nous livre un fragment de vie. Continuer la lecture

Une journée dans la vie d’un grand-père à l’âge de la pierre polie

Daniel DE BRUYCKER, L’Orée, Avin, Luce Wilquin, 2015, 290 p.

Au Néolithique, les hommes, jusque-là chasseurs-cueilleurs, commencèrent à se sédentariser, domestiquèrent des animaux, se lancèrent dans l’agriculture et construisirent les premiers villages. C’est au cœur de cette période que nous emmène le dernier roman de Daniel De Bruycker, L’Orée, s’attachant à décrire ce basculement de civilisation de façon très vivante et dans une langue somptueuse. Continuer la lecture

Portraits d’Éléonore

Emmanuèle SANDRON, Je ne te mangerai pas tout de suite, Avin, Luce Wilquin, coll. « Euphémie », 2015, 128 p., 12 €

sandronLa meilleure école d’écriture est la lecture, entend-on parfois. Peut-être traduire mène-t-il encore plus sûrement vers l’écrit ? La preuve par Emmanuèle Sandron qui publie un recueil de nouvelles, Je ne te mangerai tout de suite, où l’art de la narration se double d’une écriture ciselée. Continuer la lecture

Des nouvelles pour réfléchir

Un coup de coeur du Carnet

Collectif, Le peuple des Lumières, Hévillers, Ker éditions, 2015, ePub : 4.99 €

Pari réussi pour la maison d’édition belge Ker, qui avec son recueil Le peuple des Lumières nous propose  un ensemble de textes pour jeunes lecteurs qui déclenchent le débat, qui suscitent l’écoute et invitent à comprendre une actualité violente, parfois relayée abruptement par les médias. Continuer la lecture

Sea, sex and sun

Stanislas COTTON, Un fou dans la manche, Avin, Luce Wilquin, 2015, 222 p., 20 €

Un fou dans la manche, c’est un commissaire de police en vacances – mais non content de l’être –, avec sa compagne Mariana – « sa belle, mi-elle, mi-lui […], son monsieur-madame, sa mademoiselle-monsieur » –, dans le village d’origine de son père, une chaude semaine de septembre. C’est aussi une panoplie d’autochtones – Salvatore Voltino et Andrea Pastore, « deux grands ados désœuvrés en mal de sensations », une jeune fille, Elena Lanfredi, au regard « étrangement azuré », un père aubergiste, Agata, une vieille « au dos voûté par les ans », un pharmacien shooté, une « grande perche » qui assure les livraisons du supermarché, un curé obsédé par les seins de sa femme de ménage, excellente cuisinière par-dessus le marché, etc. –, le Camping Mare Blu (« trois étoiles et une chique »), « ses gémissements la nuit, sous les toiles de tentes et sous les étoiles, […] ses grincements de sommiers, plutôt moyens, dans les bungalows », son barman Gianluigi dit Luigi dit Billy, « prédateur à la peau tannée, aux trois neurones séjournant dans les couilles » et les derniers touristes de la saison. Un fou dans la manche, c’est encore des cadavres, celui d’une femme d’abord – une Allemande, Linda –, retrouvé sur la plage, puis un autre, puis des autres… et le va-et-vient d’anges gardiens dépités de n’avoir su veiller sur leur petit protégé. Continuer la lecture