Un tram à travers les trames de la ville

JOY, Tram 25, Maelström, 2017, n.p. + C.D., 20€, ISBN : 978-2-87505-286-5

joyUne ville, ça grouille, ça s’agite, ça bouillonne, surtout pour une jeune fille de la campagne venue étudier la littérature à Bruxelles. JOY s’enflamme, lucide et rebelle, dans ce livre, road-book où se croisent, telles les trames d’un réseau ferroviaire, confidences, rêves et choix de vie. Lauréate du Prix Paroles Urbaines en 2013, JOY/Gioia Kayaga emprunte ici la ligne du tram 25 qui traverse la capitale. Les stations de cet itinéraire urbain défilent et sont, pour l’artiste, autant d’escales personnelles vers ses propres origines partagées entre la Belgique, l’Italie et le Burundi. Origines bigarrées qui sont à l’image des quartiers que traverse le véhicule quand il serpente jusqu’aux quartiers populaires proches de la gare du Nord. Avec JOY, pas de langue de bois mais des paroles limpides, lucides, précises qui disent la société comme elle est! Magouilles, fraudes des politiques, hypocrisies des journalistes, passé colonial, JOY dénonce, s’indigne et dit les incohérences, les méfaits d’un système qui chavire.

J’observe ma ville, son béton, ses chiens, ses fresques,
Les travailleurs ont le ventre plein d’une envie de sieste […]

Mon pays n’est pas que plat, il est immobile,
Je crois qu’il est trop petit pour moi, c’est pas de l’ironie
Je voudrais l’emmener en voyage mais c’est pas possible,
Mon pays n’est pas que plat, il est immobile.

Les craintifs agrippés à leur patrimoine me fatiguent ;
l’esprit aussi fermé que leurs frontières linguistiques,
Ils restent suspendus à l’idée d’une époque qu’on pourrait figer,
accrochés à leur protocole, à leurs jours fériés ;
accrochés à leurs écoles, aux cours falsifiés,
qui oublient les vols, les viols et les contours des colonies,
qui oublient les morts d’une planète qui se mondialise […]

Pour la jeune fille, l’enjeu est bien de prendre en compte les différentes facettes de ce contexte social à la fois âpre et grisant dans lequel l’ont menée les circonstances de l’existence. Le meilleur moyen n’est-il pas dès lors d’arpenter les rues, les places de la ville et d’en capter le pouls vibrant ?

Il convient également de saluer la qualité de la composition graphique, très moderne, du recueil qui mêle images, photos et textes avec une grande fluidité. Mais Tram 25 n’est pas seulement un livre et un CD mais un projet plus vaste puisqu’il englobe des performances slam que l’artiste propose et décline sous différentes formes artistiques (danse, spectacle musical, chant, etc.) dans le cadre de festivals et manifestations. Un projet de grande envergure, multi-disciplinaire, écho aux questions de mixité, de multiculturalité qui font battre le cœur de la cité.

                                                                                                                      Rony Demaeseneer