Archives par étiquette : poésie

De la clairvoyance

Jean-Marie CORBUSIER, Ordonnance du réel, Taillis Pré, 2021, 12 €, ISBN : 978-2-87450-186-9

corbusier ordonnance du reel« Rassurés par un jet de lumière aux avant-postes de la nuit, nous alimenterons la poésie aux ailes de nos désirs. »

Après le recueil De but en blanc, Jean-Marie Corbusier délivre son ouvrage Ordonnance du réel, également publié au Taillis Pré. En une suite de poèmes en prose, adressés initialement à un « tu », le poète évoque l’essence et le mouvement de la poésie : « L’ombre et le sommet cohabitent dans une fertilité qui les dépasse, telle est la poésie insaisissable et une. » Continuer la lecture

De l’immatériel

Gaspard HONS, Invisibles cordées, Rougerie, 2021, 12 €, ISBN : 978-2-85668-404-7

hons invisibles cordeesLa vie que tu t’offres
– Une histoire fêlée – Un
Objet de brève éternité
Naître pilote premier
Devoir se débarrasser de soi
– Comme d’une lettre –
Écrite en langue étrangère

Invisibles cordées de Gaspard Hons est, comme le titre le donne à pressentir, placé sous le signe de l’énigme. Non une énigme que le poète détiendrait pour lui seul, ni un mystère caché pour le lecteur – mais une énigme partagée, celle qui nous rassemble peut-être au sein de notre condition d’humains. En filigrane des pages, des poèmes sensibles et taciturnes, se devine la discrétion et la qualité de présence du poète Gaspard Hons, décédé en 2020. Continuer la lecture

« Déambulons dans le non-dit »

Un coup de cœur du Carnet

François LIÉNARD, Lieux dits, Collages de F. Liénard, Âne qui butine, coll. « Xylophage », 2021, 230 p., 22 €, ISBN : 9782919712274

liénard lieux dits« On ne part pas » décrétait, dans Mauvais sang, celui que l’on surnommait pourtant « l’homme aux semelles de vent ». C’est que le rapport du poète au voyage est contrarié, du fait qu’il est voyant : il est moins un corps qu’un regard qui se déplace. Les décors se muent en mots, les façades ne dissimulent jamais qu’elles-mêmes, tous les artifices des villes sont dénudés en un clin d’œil…

François Liénard, vous connaissez ? Mais si… Vous l’aurez croisé dans quelque train entre Bruxelles-Midi et Charleroi-South ou vers Mons via Buizingen, ou encore à la jetée d’Antwerpen, à Lisbonne, à København, à Venise, ou dans quelque ville-musée « Inscrite au Patrimoine mondial d’une / Humanité qui ne se reconnaît plus », ou dans des confins moins accessibles encore, Châtillon, Virton-on, Arlon. Continuer la lecture

Chute ascensionnelle

Patrick DEVAUX, Le temps appris, Coudrier, 2021, 74 p., 16 €, ISBN : 978-2-39052-025-2

devaux le temps apprisÀ soixante-huit ans, Patrick Devaux prend désormais son temps. Surtout celui de la réflexion, se tournant face au passé comme devant un miroir. Il y mire ses souvenirs, y reconnait la nostalgie, y revoit des gens rencontrés et ceux qui ne sont déjà plus là. « Un souvenir est un acquis, ce n’est pas du temps perdu », m’explique-t-il par téléphone. Ainsi, le titre de son recueil, Le temps appris, signifie que ce dernier n’a rien pris sans laisser quelque chose, des bribes, des fragments, des poussières d’étoiles ; leur scintillement. Continuer la lecture

Le temps suspendu des vacances

Iocasta HUPPEN, Maison d’été, ill. de Justine Gury, Partis pour, 2021, 68 p., 18 €, ISBN 978-2-9602004-7-8

huppen maison d'été                   Le jardin était d’orangers, l’ombre bleue,
des oiseaux pépiaient dans les branches.
Le grand vaisseau, tous feux allumés,
avançait lentement, entre ces rives silencieuses.
Yves Bonnefoy

L’errance et le voyage forment le matériau du ballast sur lequel s’appuie la ligne de fuite poursuivie par les éditions Partis Pour. Sans parti pris et avec le souci de proposer de beaux-livres, les éditions ont pour objectif d’embarquer le lecteur sur les chemins du monde à travers les itinéraires de femmes et d’hommes qui ont l’impulsion du départ rivée au corps.

Continuer la lecture

Écouter parler la nature

David JAUZION-GRAVEROLLES, Lumière des limites, Coudrier, 2021, 108 p., 18 €, ISBN : 978-2-39052-023-8

jauzion graverolles lumieres des limitesPartagé en quatre coins géographiques de la France à la Suède, David Jauzion-Graverolles publie en Belgique son premier recueil de poésie pour, assure-t-il en entrevue, matérialiser son ancrage sur notre territoire. Metteur en scène et dramaturge, enseignant au Lycée français, il a quitté son Jura natal pour suivre son épouse suédoise. Ainsi connait-il au moins deux étés, l’un méditerranéen (dont est issue sa famille) et l’autre nordique. Ce contraste est à l’origine de ce recueil de poésie, Lumière des limites, chapitré du Småland en ses tourbières aux marécages Bruxellois en passant par le massif du Jura et les gorges de l’Ardèche. Continuer la lecture

L’harmonie d’une dissonance

Tom NISSE, Une longue dissonance, Maelström, coll. « Rootleg », 2021, 54 p., 6 €, ISBN : 9782875053879

« j’ai l’air de fragmenter comme ça, en réalité j’unis »
Ch. Dotremont

nisse une longue dissonanceCeux qui ont eu l’occasion d’entendre Tom Nisse sur scène savent l’importance qu’il accorde à ce subtil dosage qui s’opère entre la forme, le propos et le corps dès lors que l’on se trouve face au public. Accompagné ou non d’un musicien, le poète sait jouer de cette alchimie particulière. Rares en effet sont les poètes qui parviennent comme lui à trouver la juste mécanique de cet engrenage dans le scandé, dans la (pro)pulsion du poème. C’est dire si la lecture d’un nouveau texte de Tom Nisse résonne de cette voix grave et fissurée dont il a le secret. Une parole poétique tendue qui rend compte des harmoniques souvent dissonantes du monde contemporain et des voix de celles et ceux que l’on a muselés, effacés. Voix lézardées comme le sont les murs des villes que le poète arpente dans des errances nocturnes, sous les lumières blafardes des rues qui font parfois tanguer les corps. Continuer la lecture

Le grain sépia des secrets de famille…

Jean-Luc & Simon OUTERS, Portraits de famille, Pierre d’Alun, coll. « La petite pierre », 2021, 58 p., 15 €, ISBN : 978-2-87429-119-7

outers portraits de familleOn a tous été confrontés aux vieilles photos de famille. Photographies polaroïd, sépia, argentiques qui ont cet avantage sur le numérique d’être imprimées donc aussi le pouvoir de remonter à la surface un jour ou l’autre, sans crier gare. Photos détentrices le plus souvent de secrets « flottant dans l’atmosphère » qu’ils soient d’alcôve, d’état ou de polichinelle. Gardiens de mémoires enfouies, ces clichés, retrouvés au fond de quelque tiroir, prennent la place de mots soufflés, écrits et perdus. Paroles qui s’envolent, images qui restent même si elles s’effacent parfois. Dans ce texte publié à La pierre d’alun sous forme de petit carnet à spirales (à feuilleter en écoutant William Sheller), les images de Simon répondent aux mots de Jean-Luc. Ou peut-être est-ce l’inverse ? Peu importe puisque le dialogue ici entre le père et le fils naît en quelque sorte de ces bains révélateurs qui font revivre les silhouettes familiales délitées. Continuer la lecture

« Les sens au carré »

Jacques RICHARD, Sur rien mes lèvres, Cormier, 2021, 51 p., 14 €, ISBN : 978-2-87598-029-8

« De l’image à la voix le chemin peut être bref, si les sens répondent. La rétine communique avec le tympan et parle à l’oreille de celui qui regarde ; et pour celui qui écrit la parole écrite est sonore : il l’entend auparavant dans sa tête. »
Antonio Tabucchi, Récits avec figures

richard sur rien mes levresDécouvrir, parallèlement à la lecture du dernier recueil de Jacques Richard, Sur rien mes lèvres, cette phrase d’Antonio Tabucchi extraite de son dernier livre n’est pas une coïncidence. Il n’y a d’ailleurs pas de coïncidence en littérature dès lors que l’on sait, lecteurs curieux que nous sommes, que les livres subtilement, « maïeutiquement », s’appellent, se répondent et s’engendrent. Pour le poète,  musicien et peintre qu’il est aussi, le décor s’affiche sur le théâtre des sens qui sont le point de départ du questionnement, de la réflexion de l’artiste. Continuer la lecture

Éric Brogniet : depuis la profondeur

Un coup de cœur du Carnet

Éric BROGNIET, Lumière du livre suivi de Rose noire, Taillis Pré, 2021, 18 €, ISBN : 978-2-87450-183-8

brogniet lumiere du livre suivi de rose noireViolence est innée au vivant
À la rose, son épine
À la dent, son tigre
Au pouvoir, son rameau insurrectionnel 

Nous entrons dans le recueil Lumière du livre suivi de Rose noire d’Éric Brogniet non comme on pousse les portes du sommeil, mais comme on repousse les frontières de la perception, comme on entre en initiation. La traversée du sens n’est pas immédiatement donnée : elle s’éprouve à chaque page qui nous tient, littéralement et métaphoriquement, en éveil. Continuer la lecture

On la nomme Bleue

Tarek ESSAKER, La Fille de la Rivière, MaelstrÖm, 2021, 102 p., 8 €, ISBN : 978-2-87505-404-3

Essaker la fille de la riviereLa Fille de la Rivière de Tarek Essaker figure désormais au catalogue de la jeune collection de poche de chez MaelstrÖm reEvolution : la collection Rootleg, qui promet à ses lecteurs « des racines-embryons de travaux en cours ou textes finis », autrement dit, « des radicaux livres ». Présenté comme étant un « texte fragmentaire et fragmenté », le long poème en prose qu’est La Fille de la Rivière dresse le portrait évanescent d’une femme pauvre et sauvage, sans terre ni âge.  

Cette femme, « on la nomme Bleue », mais aussi « Fille de la Rivière ». Elle finira d’ailleurs par vivre aux abords de la « rivière », lieu abstrait et lieu de passage, y mêlant sa vie et son être au point de fusionner avec la nature qui l’entoure : Continuer la lecture

Imperfectible finesse

Un coup de cœur du Carnet

Gwen GUÉGAN, Confidences, Chat polaire, 2021, 86 p., 12 €, ISBN : 978-2-931028-08-7

guegan confidencesUn titre tel que Confidences est sans danger, voire courant, mais il est intimement engagé, jamais innocent. D’autant que sur la couverture, un cœur noir aux traits clairs est mis sous cloche de verre et posé sur sa base rouge sang. Nulle doute que Gwen Guégan, bruxelloise de cœur et bretonne de corps, se montre ici sans peur et sans reproche, et frontale : toute de contrastes forts, de lignes nettes et limpides en noir et banc surtout, ou en trichromie tout au plus : noir, blanc et rouge ou bien noir, blanc et un turquoise profond. Continuer la lecture

Le réel par éclaboussures

Serge MEURANT, Empreintes, Cormier, 2021, 15 €, ISBN : 978-2-875-98028-1

meurant empreintesAvec Empreintes, Serge Meurant se signale une nouvelle fois par une poésie ayant la générosité d’être choisie. Le Cormier publie une poignée de textes simples et brefs, sortes de comptes rendus, entre manifestations du réel et projections métaphysiques.

Le dernier livre de Serge Meurant semble à juste titre vouloir porter le moins d’empreintes possible. Ce grand format de vingt-trois centimètres se distingue par son dépouillement : la traditionnelle couverture blanche du Cormier, sur laquelle nous trouvons les indications minimales (auteur, titre, éditeur, prix, ISBN et code-barres). Entre ces éléments, de grands espaces vierges informent sur un sens de l’économie que le reste du livre ne démentira pas. Continuer la lecture

« La fraîcheur des abîmes… »

Carl NORAC, Piéton du monde, choix anthologique et postface de Gérald Purnelle et Jean-Luc Outers, Impressions nouvelles, coll. « Espace Nord », 2021, 291 p., 9 €, ISBN : 978-2-87568-552-0

norac pieton du mondeL’innocence souvent insolente de l’adolescence et cette envie de fuite que l’on jette à la face du monde quand on a 20 ans, Carl Norac en a fait le matériau de sa poésie à la fois brute, dense et sensuelle.

En ce temps-là, ma vie s’inventait encore. J’avais la fraîcheur des abîmes quand elles balancent l’adolescent d’une paroi vers l’autre et qu’il bande à l’idée de vivre. Je courais dans les forêts avec des mots vainqueurs à la bouche. Mon emploi était le candide. J’en cultivais les ombrages. Continuer la lecture

Danser avec les ombres

Morgane EEMAN, L’île quimboiseuse, Maelström, 2021, 172 p., 14 €, ISBN : 978-2-87505-400-5

eeman l'ile quimboiseuseOn oublie souvent que le texte ne surgit pas du néant, mais d’un corps. Le deuxième ouvrage publié par Morgane Eeman remédie à cette négligence en s’incarnant dans une écriture organique, habitée, aussi exaltée que les étudiants fraîchement débarqués sur cette île envoûtante dont l’autrice donne à vivre les charmes et les maléfices. L’île quimboiseuse est un texte mouvant, qui vogue entre les genres et les registres. Qualifié de roman-poème, cet ouvrage en vers pulvérise les frontières et présente un récit singulier, dont l’aspect bigarré voisine une détermination (au sens de poursuite d’une intuition première) palpable. Continuer la lecture

Jouissance du jeu

Un coup de cœur du Carnet

Véronique BERGEN, Ludisme précédé de Gainsbourg et Bambou, Cormier, 2021, 114 p., 16 €, ISBN : 978-2-87598-027-4

bergen ludisme precede de gainsbourg et bambou« Je déclare que pour qu’un livre soit, il y faut les levants, les nuits, le choc des fers, les plaines et les vents, les siècles – et la mer qui joint et sépare. »

Explorant d’autres registres d’écriture que dans ses derniers opus (Ulrike Meinhof, Icône H., Portier de nuit), chantant le tandem Gainsbourg et Bambou et libérant, dans Ludisme, des sensations à partir de contraintes formelles qui paradoxalement désentravent la langue, Véronique Bergen ouvre dans ce recueil le matériau de l’écriture et de la pensée à partir d’autres énergies. Celles-ci sont en premier lieu vibratoires, physiques, situées sur un spectre riche en intensités diverses. Continuer la lecture