Archives par étiquette : poésie

François Jacqmin en ses premiers états

François JACQMIN, Œuvres complètes 1. L’amour la terre, 1946-1956, édition critique et génétique établie par Gérald Purnelle, AML Editions, coll. « Archives du Futur », 2022, 344 p., 28 €, ISBN : 978-2-87168-091-8

jacqmin oeuvres completes 1Il y a un peu plus de trois décennies, le 13 février 1992, s’éteignait François Jacqmin, essentiellement reconnu de son vivant pour quelques discrets mais éblouissants recueils poétiques, tels Les saisons (Phantomas, 1979) et Le livre de la neige (La Différence, 1990, tous deux réédités en Espace Nord en 2016). Si la reconnaissance critique et publique fut tardive, on le doit en partie à l’écrivain lui-même. L’œuvre poétique de Jacqmin, l’un des « Sept types en or » réunis en 1953 par l’amitié au sein de la revue Phantomas de Théodore Koenig et Joseph Noiret, était en apparence relativement peu abondante. Lui-même, volontairement, ne livrait qu’avec parcimonie ses textes, alors même qu’il était de notoriété publique à cette époque que l’écriture, celle de poèmes en prose, de réflexions sur le langage et le silence, la métaphysique de l’être, les relations entre l’humain et la nature… emplissait une grande partie de ses jours et de ses nuits. Continuer la lecture

Une bonhomie intense

Jean-Louis MASSOT, Opuscules poétiques 1995-1998, Gros Textes, 123 p.,  9 €, ISBN: 978-2-35082-524-3

massot opuscules poetiquesPour le dire simplement, en poésie coexistent le flux  et le goutte-à-goutte. En une bonne trentaine d’années, c’est lentement, de façon précise et enthousiaste que Jean-Louis Massot a semé des recueils de tous formats où la poésie s’enchante du quotidien, de la nature et de cette magie qui est de porter un regard sur le monde sans le restreindre, le plaindre ou le pleurer. Sa poésie trace des sentiers où il va souvent ébloui par les péripéties d’un récit composé des épisodes simples et souvent vertigineux de la vie. Continuer la lecture

La fine pointe du ressenti

Olivier NORIA, Rendre grâce, Taillis pré, 2022, 90 p., 14 €, ISBN : 9782874501999

Tôt ou tard, tout reflet se blesse
À ce qui n’est pas clarté

noria rendre graceLe Taillis Pré ouvre la voie à un nouveau poète, en nous donnant à découvrir le premier livre d’Olivier Noria. L’auteur y apparaît pluridisciplinaire : musicien et poète d’après sa notice biographique, plasticien d’après le frontispice orangé, océanique et discret, qui prélude au texte.

Né à Bruxelles en 1980, Olivier Noria est musicien et poète. Indissociable de son inspiration, sa vie se conjugue au fil des rencontres, au pas à pas, de lieux en lien. Il partage son art sous la forme de concerts et d’accompagnements dédiés. Rendre Grâce est son premier recueil publié. Continuer la lecture

Prix du Festival de la poésie de Montréal 2023 : appel à candidatures

Le Festival de la poésie de Montréal a créé un prix littéraire annuel. Récompensant un auteur ou une autrice francophone, il est décerné depuis 2021. Les candidatures pour l’édition 2023 sont attendues pur le 12 février 2023. Continuer la lecture

Logoclastie et biogenèse

Yves NAMUR, O, l’œuf, préface de Francis Édeline, La Lettre volée, 2022, coll. « Poiesis », 2023, 143 p., 20 €, ISBN 978-2-87317-605-1

namur o l'oeufAprès une première période de publication (1974-1978) suivie d’un silence de six ans, Yves Namur fait paraitre deux recueils qui annoncent une poétique moins transgressive quant à la forme linguistique. Or, au même moment, l’académie gastronomique dont il est membre lui propose d’écrire à propos de l’œuf, défi que le poète relève dans un style proche des expériences lettristes ou spatialistes. Le manuscrit n’est pas publié, hormis deux ou trois textes en revue : l’auteur pense qu’il est trop marginal, qu’il n’intéresserait personne. Il envisage même de s’en débarrasser, ou encore de le publier sous pseudonyme… En 2019 pourtant, il le soumet à Francis Édeline, spécialiste de la « poésie concrète », qui s’enthousiasme et rédige une préface de haute volée. Ce déclic est corroboré par Véronique Bergen puis Pierre-Yves Soucy : le livre parait début 2023, donnant un contrepoids inattendu à la poésie « pensante » que pratique Y. Namur depuis une bonne trentaine d’années. Continuer la lecture

Poser les mots

Jacinthe MAZZOCCHETTI, En écorches, ill. Helena Da Silva Casquilho, Chat polaire, 2022, 122 p.,  16 €, ISBN : 978-2-931028-22-3

mazzocchetti en ecorchesJacinthe Mazzocchetti publie pour la première fois aux éditions du Chat polaire un recueil de poèmes intitulé En écorches. Le recueil, illustré à l’encre de Chine par Helena Da Silva Casquilho, aborde de nombreux sujets de société qui reviennent à la manière de ritournelles, d’un vers à l’autre ou d’un poème à l’autre, se nourrissant les uns les autres afin de transcrire avec le plus de limpidité possible les pensées et positions idéologiques de la poétesse. Au fil des strophes, il sera ainsi question du consumérisme, de l’absurdité et de l’hypocrisie occidentales ; de l’immigration, du tiers monde, de la guerre, des injustices et des violences faites aux femmes ; de l’écriture et de la mémoire. Continuer la lecture

Spleen et éros

Tristan SAUTIER, Vrilles, Illustrations de Liliane Gordos, Coudrier, 2022, 100 p., 18 €, ISBN : 978-2-39052-042-9

sautier vrillesDans ce recueil poétique placé sous le signe du rock et de l’ivresse, des bacchanales et de l’enfer, Tristan Sautier interroge, au plus nu, sans filet ni garde-fou, les rives du vivre et du mourir, de l’écrire et du jouir. Tom Waits et Rimbaud, les dieux tutélaires en exergue, donnent le beat d’un texte composé de divers fragments (écrits entre janvier 2013 et décembre 2021) qui, au travers d’une écriture ramassée, se tiennent au plus près de la traversée du rien, du temps des libations et des corps qui s’étreignent. Auteur d’une importante œuvre poétique et critique, aussi marginale qu’intransigeante (Le temps interdit, Le piège du sacré, Claire Venise, Lettres brûlées à l’amoureuse, En terre étrangère, Corps né sans, Embruns…), Tristan Sautier fore des textes à la verticale du vivre et de l’éprouver, voyageant dans des paysages où le réel siffle, où les sensations se resserrent sur les gouffres et sur les extases, sur le spleen et sur éros. Continuer la lecture

Le Texte comme antidote à l’enfermement

Laurent DEMOULIN, Slam femme & autres textes, Dessins d’Antoine Demoulin, Maelström, coll. « Bookleg », 2022, 47 p., 3 €, ISBN : 978-2-87505-419-7

demoulin slam femme & autres textesLaurent Demoulin (1966) a étudié à l’université de Liège, où il a reçu les enseignements de Jacques Dubois et de Jean-Marie Klinkenberg. Il y enseigne aujourd’hui. Son premier roman, Robinson, obtint le prix Victor-Rossel 2017. Son frère, le peintre Antoine Demoulin, dit Demant, illustre le présent recueil. Il avait déjà publié d’autres dessins en frontispice d’autres recueils : Filiation, Même mort, Palimpseste insistant et l’édition revue et largement augmentée d’Ulysse Lumumba. Les deux frères avaient aussi publié une œuvre singulière à quatre mains, Homo saltans, où le texte et l’image s’entrelacent en un pas de deux très réussi. Continuer la lecture

Au cœur de nos pénombres

Suzy COHEN, Identités plurielles, Bleu d’encre, 2022, 109 p., 14 €, ISBN : 978-2-930725-54-3

cohen identités pluriellesLa belle enseigne des éditions Bleu d’encre ne cesse d’enrichir son catalogue. Avec Identités plurielles de Suzy Cohen, le public peut découvrir le deuxième recueil de cette autrice qui est aussi artiste plasticienne (réalisant notamment de la peinture sur porcelaine, une technique qu’elle enseigne aussi). On se souviendra de Femmes entre Éros et… son premier ouvrage, un livre d’artiste paru aux éditions Traverse, dans la collection « AMBO ».

La couverture d’Identités plurielles est ornée d’une œuvre de la poète : une encre monochrome, représentant un arbre dont les racines se déploient à la surface d’un terreau de signes et lettres d’un alphabet inconnu. Continuer la lecture

Tombeau pour Tom Gutt, indomptable, indompté

Jean WALLENBORN, Avec Tom Gutt. Souvenirs et choix de textes, Samsa, 2022, 260 p., 22 €, ISBN : 978-2-87593-384-3

wallenborn avec tom guttDans la vie professionnelle, Jean Wallenborn est essentiellement connu comme professeur et chercheur en sciences physique à l’ULB, où il a effectué lui-même ses études. Dans une vie parallèle, il a participé de manière essentielle, dès 1960-61, aux manifestations d’un petit cercle d’activistes surréalistes, regroupé autour du poète, écrivain, éditeur, avocat et polémiste bruxellois Tom Gutt (1941-2002). De ce petit noyau remuant et virulent, notamment par ses tracts, Louis Scutenaire disait : « Son gang et lui (Tom Gutt), c’est de très loin ce qu’il y a de meilleur dans le sillage du bateau surréaliste ». Wallenborn était déjà l’auteur, en 2016, d’une monographie qui révélait véritablement le parcours d’un peintre surréaliste anversois trop peu connu : Roger Van de Wouwer, l’incorruptible. Continuer la lecture

Oblitérer l’instant

Liliane SCHRAÛWEN, Traces perdues, Bleu d’encre, 2022, 13,95 €, ISBN : 9782930725512

schrauwen traces perduesLe second recueil de poèmes de Liliane Schraûwen, confié aux bons soins de Claude Donnay chez Bleu d’Encre, engage le lecteur sur un chemin parsemé de souvenirs vivaces, semblant prendre le contrepied de son titre marqué par le passage et l’oubli.

Traces perdues, c’est en quelque sorte dire deux fois la disparition : celle de la chose dans la trace, celle de la trace dans son propre effacement. Déplacement de l’oubli que dément par essence toute pratique d’écriture, même ordinaire. L’écriture de Liliane Schraûwen n’est, du reste, pas ordinaire. Elle est d’abord littéraire. Elle est ici poétique. Elle est également, on le comprendra vite, ontologique. Continuer la lecture

Le spectre visible de l’être

Tatiana GERKENS, Incandescence, Bleu d’encre, 2022, 12 €, ISBN : 978-2-930725-53-6

gerkens incandescencesMa dernière cendre sera plus chaude que leurs vie… Ce premier exergue ouvre le recueil Incandescence de Tatiana Gerkens, que publie Bleu d’encre,  la belle maison d’édition de poésie et textes courts dont Claude Donnay a fait le prolongement de la revue éponyme qu’il créa en 1999. Presque un quart de siècle déjà d’une attention constante et attentive à la création poétique.

Balise annonçant, avant la traversée de la lecture, l’intensité des pages à venir, l’exergue est extrait des confessions de Marina Tsvetaïeva réunies sous le titre Vivre avec le feu, à partir des notes et carnets que la poétesse russe n’a jamais cessé d’écrire, malgré les pires conditions d’une existence tragique qu’achèvera un suicide. Continuer la lecture

Un prix de poésie pour Carl Norac

norac un verre d eau glacée

L’APPF (Association pour la promotion de la poésie francophone) crée un nouveau prix de poésie. Le lauréat de cette première édition est Carl Norac.  Continuer la lecture

« Fugue, hysope et carmin »

Un coup de cœur du Carnet

Harry SZPILMANN, Écarts ou Les esquives du désir, Taillis Pré, 2022, 85 p., 14 €, ISBN : 978-2-87450-198-2

szpilmann ecarts ou les esquives du desir« Car ce dont la parole s’éprend, et qu’elle amène au feu fébrile, implante en nous sa magie blanche. »

Harry Szpilmann continue de mener son esquif sur les terres les plus désertiques et les plus enflammées de la poésie. Écarts ou Les esquives du désir ne dévie nullement du sillon qu’a tracé Szpilmann depuis son premier recueil, Sable d’aphasie (Le Taillis Pré, 2011), jusqu’à ses livres plus récents, Genèses et Magmas (Le Cormier, 2019) et Approches de la lumière (Le Taillis Pré, 2019). Il s’inscrit pleinement dans le planisphère, dans la mappemonde de la parole szpilmannienne ; il accentue, aggrave les filons d’une géologie singulière. Continuer la lecture

L’arpenteur, le voyageur et l’utopie

Célestin DE MEEUS, Atlantique, Tétras Lyre, coll. « Accordéon »,2022, 16 p., 12 €, ISBN : 978-2-930685-63-2

de meeus atlantiqueAvec Atlantique, Célestin de Meeûs confirme une démarche poétique cohérente. Né à Bruxelles en 1991, il a déjà publié Écart-type (Tétras Lyre, 2018, prix Polak) puis deux autres titres chez Cheyne : Cadastres (2018, prix de la Vocation) et Cavale russe (2021). Un premier titre est souvent révélateur d’un thème déterminant, qui fait sens, consciemment ou inconsciemment, pour son auteur : il sera enrichi au gré d’une expérience de vie où le langage et le vécu s’épouseront en de multiples et complémentaires développements. Or, « en termes statistiques, l’écart-type est la part indéfinissable entre deux données, entre deux balises : ce qui échappe au défini et à la règle, l’espace au sein duquel le poème se crée ». De Meeûs y déployait aussi une écriture du voyage puisque « la seconde partie de ce recueil a entièrement été écrite lors d’un voyage, dans lequel les noms des villes choisies au hasard, le déploiement des cartes étaient à la fois la seule trame et les seuls repères ». Le propos géographique sera confirmé par les titres qui suivront : le déplacement dans le temps et l’espace renvoient à un noyau d’inconnaissable, un non lieu et un non temps, moment éternellement suspendu, cœur de toute révélation poétique. Cette leçon proprement philosophique n’empêche pas le poète d’être impliqué dans son rapport au monde. Le poème devient alors le véhicule mouvant d’une prise de conscience entre l’intériorité et l’extériorité, la membrane d’un échange entre la réalité et un réel qui se présente comme le topos d’une absence-présence simultanées, espace où le poème se crée mais où le poème conduit aussi à l’Être. Continuer la lecture

Corps fuyant, corps fracassant

Un coup de cœur du Carnet

Julie TRÉMOUILHE, Les loups seraient restés des loups, La place, 2022, 32 p., 9 €, ISBN : 978-2-9602918-3-4

tremouilhe les loups seraient restes des loupsEn ce début du mois de novembre, les éditions La Place – dont les deux premiers ouvrages avaient déjà démontré le goût de l’objet-livre – présentent un tout petit format : trente-deux pages et quatorze centimètres de haut, couverture de carton à rabats et reliure Singer. Au-delà de son apparente délicatesse, l’ouvrage de Julie Trémouilhe (lauréate du Grand Prix du concours de nouvelles de la FW-B en 2021) n’a rien de frêle ou de fragile : c’est une langue audacieuse et accomplie qui se déroule au fil des pages, une prose poétique sonore, texturée, organique. Continuer la lecture