Archives de catégorie : Théâtre

Les trois sœurs de l’Eldorado

Virginie THIRION,Un pied dans le paradis, Lansman, 2018, 46 p., 10€, ISBN : 978-2-8071-0214-9

Madeleine et Jeanne, deux sœurs sans le sou, vivent dans l’ancien cinéma familial qui n’est plus qu’une ruine. La belle époque de l’Eldorado est bien lointaine. L’avenir n’offre plus que des plafonds croulants, des bouillons et du pain rassis. Alors parfois une main innocente traine dans le rayon traiteur du supermarché le plus proche et emporte avec elle lotte à l’armoricaine ou lapin aux pruneaux. Les deux sœurs, qui sont comme un vieux couple, aiment jouir de petits plaisirs. Un soir, Louise, leur sœur cadette, refait surface après dix ans d’absence. Elle n’a plus un rond et veut réintégrer le domicile familial. Madeleine et Jeanne acceptent. Les voilà prêtes à se serrer la ceinture à trois. La vie est moins sombre quand on est plusieurs. Elles désirent toutefois manger à leur faim et se mettent à voler de plus en plus. Des petits plats cuisinés dans le hyper, on passe aux vêtements et aux vases dans les cimetières. Tout est bon pour se faire un peu de blé. Surtout qu’un expert leur somme de quitter leur domicile devenu insalubre. L’expropriation n’est plus très loin, mais les trois sœurs n’ont pas dit leur dernier mot. Telles des Robins des bois, elles extorquent les riches. Tout est permis pour survivre. Louise rencontre d’ailleurs un veuf riche au cimetière. La voilà leur solution. À moins qu’elles ne soient tombées sur plus rusé qu’elles encore… Continuer la lecture

Du dedans des histoires

Thierry LEFÈVRE, Les histoires de la baraque, Lansman, 2018, 123 p., 12 €, ISBN : 978-2-8071-0212-5 – Spectacle à Bruxelles du 19 au 30 mars 2019

On imagine aisément la scène de théâtre expressionniste, les planches de chêne nues aux murs et au sol, une chaise de pin pour seul mobilier, des herbes en brins sur le bas du pantalon, la rosée dans la voix sépulcrale, un tableau bucolique de cabane, des couleurs plus sombres que vives, un éclairage de braises et l’ancien temps retrouvé du griot, du barde, du fableur, du magicien des mots et du conteur de vérités comprises sans démonstration.

Continuer la lecture

L’après

Laure CHARTIER, Un fait divers, Lansman, 2018, 44 p., 8 €, ISBN : 978-2-8071-0219-4 

Que se passe-t-il les minutes, les heures, les semaines, les mois qui suivent un viol ? Comment traverser cette épreuve et faire face à son agresseur quand on a le cran de porter plainte ? Comment survivre ? Dans Un fait divers, nous suivons toutes ces étapes à travers les yeux de la victime, une fille sans histoire, celle que d’habitude on ne voit pas, celle dont on oublie le nom.Le parcours du combattant l’attend. La tête qui tourne, la fatigue, les émotions qui jouent au yoyo, entre rires et larmes, le clan qui se referme pour mieux vous protéger, la police, le psy qui vous parle d’internement, la gynéco et son kit-viol, le traitement de trithérapie préventif et ses effets secondaires, les difficultés de continuer à travailler coûte que coûte, l’identification du violeur, le procès, la condamnation, le retour dans le bar où tout a basculé,les paroles des autres…

Continuer la lecture

Jean-Marie Piemme. Le théâtre comme révélateur du monde

Jean-Marie PIEMMEBruxelles, printemps noir suivi de Scandaleuses et 1953, Postface de Pierre Piret, Impressions nouvelles, coll. « Espace Nord », 2018, 288 p., 9 €, ISBN : 978-2875681492

Comment le théâtre est-il à même de questionner l’Histoire, ses crises, ses tragédies ? Comment dresser un dispositif scénique qui la prend au piège de ses propres folies ? Dramaturge majeur de la scène théâtrale actuelle, Jean-Marie Piemme construit « un théâtre de situations » (Sartre) comme l’analyse Pierre Piret dans sa très riche postface. Créée par Philippe Sireuil, la pièce Bruxelles, printemps noir évoque les attentats qui frappèrent Bruxelles le 22 mars 2016. Pour le pire, le réel a reproduit l’imaginaire : alors qu’il avait rédigé une fiction sur le thème des attentats, ces derniers frappent la capitale, la plongeant dans un printemps noir. Jean-Marie Piemme se livrera à un travail de réécriture, produisant un texte théâtral mobile, laissé ouvert au sens où la mise en scène, le jeu des acteurs interviennent dans l’articulation des dix-huit tableaux qui la composent. Interrogeant l’irruption des forces de mort dans le tissu de la vie, la construction de la tragédie adopte un point de vue kaléidoscopique : elle combine les voix des victimes, des morts, leurs dernières paroles soufflées par les bombes, les voix des blessés, les discours entre cynisme et veine ubuesque des politiciens, des ministres, l’intervention des Parques, l’interview d’un djihadiste, la voix de la faucheuse, de la camarde,celles de l’auteur, des acteurs jouant la pièce.

Continuer la lecture

Ulysse des temps modernes

René BIZAC, Je suis un héros, Lansman, 2018, 54 p., 10 €, ISBN : 978-2-8071-0210-1

Un valeureux gaillard, Jean-Denis Coumba, petit-fils de Sibri-le-Colosse, descendant de Mamba, le chef de cavalerie du roi des Mossi, quitte l’Afrique et entreprend la traversée vers l’Europe. Un autre gars de son village, Diabaté, son presque frère, celui dont le grand-père a trahi, l’accompagne. Le petit rafiot qui les transporte coule et emporte au fond des abysses tous ses occupants, excepté Jean-Denis qui survit et nage jusqu’à Anvers. Là, le bourgmestre – un ancien gros qui cherche à redorer son blason – le prend sous son aile et lui propose de devenir lieutenant-colonel à cheval. Mais Jean-Denis s’ennuie rapidement et continue sa route jusqu’à Paris. S’il veut vivre comme un prince, c’est là qu’il doit se rendre ! L’homme ne s’en sort pas trop mal : il travaille illégalement à Rungis, aide les touristes au pied de la Tour Eiffel et se nourrit dans les poubelles du XVIème. Toutefois, un chinois, Monsieur Ping, qui a remarqué sa puissance, désire l’embaucher. À force de refuser, l’Asiatique lui colle l’inspection au cul. Diabaté fait son grand retour. L’homme a également survécu au naufrage. Les aventures de Jean-Denis ne sont pas terminées. En échange d’une promesse de papiers, il se retrouve à garder le chien de la femme du patron de Rungis. Un petit chien nerveux qui ne cesse d’aboyer et qui fera basculer la pièce dans une toute autre dimension. Continuer la lecture

Arrestation arbitraire

Giuseppe LONOBILE, Emma K., Lansman, coll. « Lansman Poche », 2018, 66 p., 8€, ISBN : 978-2807101999

Le jour de son douzième anniversaire, Emma K. reçoit la visite d’un homme qu’elle ne connait pas et qui l’arrête. Pour quel motif ? Elle n’en sait rien. Ses parents et son frère ont été envoyés « en vacances », tandis qu’elle se voit privée de liberté. Elle doit toutefois continuer à se rendre à l’école et est escortée en permanence par un agent, sorte de policier-nounou, qui aime regarder la télévision et prend de plus en plus les allures d’une mouche. À l’école, personne ne semble trouver cette situation étrange. Sa prof, Madame Grubach, la met en contact avec son frère avocat, mais Emma K. se rend rapidement compte que personne ne parvient réellement à l’aider. Personne ne sait surtout ce qui se trame réellement. Elle apprend que nombre d’enfants comme elle attendent leur procès, trainent dans les couloirs de son immeuble et se rendent parfois au grenier. Il se dit qu’une géante tirerait les ficelles de tout cela. Emma tente de trouver des réponses. Pourquoi veut-on les museler et les priver de liberté ? Ne peut-on pas remettre en question la parole des instances de pouvoir ? Sa recherche de la vérité la met en présence de nombreux autres personnages. Sa combattivité, son besoin de justice et sa soif d’être défendue pourraient bien lui donner raison. Continuer la lecture

Être différent

Loris LIBERALE, Y a pas de lézard, Lansman, 2018, 38 p., 9 €, ISBN : 978-2807102071

Léo a des difficultés à se faire accepter. Quand il parle, il arrive souvent que sa langue fourche, qu’il se mette à bégayer et que son discours en devienne incompréhensible, ce qui provoque évidemment les rires et les moqueries de ses compagnons de classe. Ils le surnomment « Monkey ». Léo essaie de passer outre, mais au fond de lui, il est toujours un peu plus blessé. Parfois, le poids des moqueries étant trop lourd, Léo pique des crises. Il passe le plus clair de son temps seul, à éviter ses camarades et zone dans les couloirs de l’école, ce qui ne plaît pas à l’éducateur. Un des élèves, Rémi, est particulièrement méchant avec lui et veut lui nuire. Continuer la lecture