Archives par étiquette : Texte et image

Poser les mots

Jacinthe MAZZOCCHETTI, En écorches, ill. Helena Da Silva Casquilho, Chat polaire, 2022, 122 p.,  16 €, ISBN : 978-2-931028-22-3

mazzocchetti en ecorchesJacinthe Mazzocchetti publie pour la première fois aux éditions du Chat polaire un recueil de poèmes intitulé En écorches. Le recueil, illustré à l’encre de Chine par Helena Da Silva Casquilho, aborde de nombreux sujets de société qui reviennent à la manière de ritournelles, d’un vers à l’autre ou d’un poème à l’autre, se nourrissant les uns les autres afin de transcrire avec le plus de limpidité possible les pensées et positions idéologiques de la poétesse. Au fil des strophes, il sera ainsi question du consumérisme, de l’absurdité et de l’hypocrisie occidentales ; de l’immigration, du tiers monde, de la guerre, des injustices et des violences faites aux femmes ; de l’écriture et de la mémoire. Continuer la lecture

Jolies rencontres en sauvagerie urbaine

Jean-Michel LECLERCQ (Texte)et MArie MAHLER (Illustration), J’habite ici aussi, CFC, 2022, 46 p., 15 €, ISBN : 978-2875720795

leclercq mahler j habite ici aussiDepuis quelque temps, on découvre des photos et des anecdotes de rencontres d’animaux et d’humains en pleine ville. Le monde sauvage et le monde urbain coexisteraient-ils ? Telle maison communale filme les rapaces installés sur son toit, telle autre cherche des solutions pour éloigner les renards des poubelles. Nos villes bruissent et servent de cachettes à cet autre monde. MArie MAlher et Jean-Michel Leclercq ont compris. « Ils habitent ici aussi ». C’est ce que nous raconte leur livre. Album témoignage. Continuer la lecture

Le Texte comme antidote à l’enfermement

Laurent DEMOULIN, Slam femme & autres textes, Dessins d’Antoine Demoulin, Maelström, coll. « Bookleg », 2022, 47 p., 3 €, ISBN : 978-2-87505-419-7

demoulin slam femme & autres textesLaurent Demoulin (1966) a étudié à l’université de Liège, où il a reçu les enseignements de Jacques Dubois et de Jean-Marie Klinkenberg. Il y enseigne aujourd’hui. Son premier roman, Robinson, obtint le prix Victor-Rossel 2017. Son frère, le peintre Antoine Demoulin, dit Demant, illustre le présent recueil. Il avait déjà publié d’autres dessins en frontispice d’autres recueils : Filiation, Même mort, Palimpseste insistant et l’édition revue et largement augmentée d’Ulysse Lumumba. Les deux frères avaient aussi publié une œuvre singulière à quatre mains, Homo saltans, où le texte et l’image s’entrelacent en un pas de deux très réussi. Continuer la lecture

Le chien Timini n’en démord pas : il veut inviter quelqu’un !

Véronique KOMAI, On peut inviter quelqu’un ?, À pas de loups, 2022, 34 p., 16,50 €, ISBN : 9782930787855
Dès 3 ans

komai on peut inviter quelqu'unVéronique Komai, dans ses trois premiers albums publiés chez Pastel à L’école des loisirs, a créé un univers bien à elle, s’appuyant plus particulièrement sur un graphisme original. Son dernier livre, On peut inviter quelqu’un ?, paru cette fois sous l’enseigne belge À pas de loups, ne déroge pas à la règle.

Bruxelloise, Véronique Komai a été institutrice dans une école maternelle pendant vingt ans. Passionnée par les voyages et les îles, elle a vécu durant un certain temps à Tokyo avec ses filles. Elle en a ramené un goût prononcé pour les papiers japonais qui apparaissent dans sa technique de prédilection : les papiers découpés. Sa maîtrise de la technique lui permet d’apporter du mouvement à des personnages et des décors aux formes géométriques joyeusement colorées. Le tout judicieusement placé dans l’espace-page. Comme dans un des albums précédents, Les trois chiens, elle met en scène… trois chiens qui ressemblent furieusement à nous les humains. Continuer la lecture

Des flots

Un coup de cœur du Carnet

Caroline LAMARCHE (autrice) et Françoise DEPREZ (photographe), Toujours l’eau, juillet 2021, Caïd, 2022, 192 p., 20 €, ISBN : 978-2-930754-35-2

lamarche deprez toujours l'eauDes flots. De boue. De furie. De toxicité. De ravage. Mi-juillet 2021, la région liégeoise, à l’instar d’autres parties du pays, est confrontée à des inondations meurtrières à plus d’un titre. Les images retransmises dans les médias, aussi apocalyptiques paraissent-elles, ne traduisent alors que partiellement l’ampleur de la catastrophe. « À la télé, on ne sentait pas la peur » (Guy) « Le bruit, c’était comme dans un film de sous-marin. Les meubles qui s’entrechoquaient en bas, la déflagration des arbres qui rentraient dans la façade. » (Luc) « L’odeur était terrible. Indescriptible. Une odeur de vieux, de pourri, de mort, de gasoil. Et le bruit… » (Laurent) La Belgique, médusée, assiste à l’engloutissement de maisons, de quartiers, de routes et de ponts, à l’anéantissement de vies entières, à la détresse poignante d’une partie des siens. Continuer la lecture

Philippe Lekeuche : la poésie et le sacrifice

Philippe LEKEUCHE, L’épreuve, Ill. Isabelle Nouwynck, Herbe qui tremble, 2022, 94 p., 14 €, ISBN : 9782491462185

lekeuche l epreuveLa poésie est sacrifice – sacrifice pour quoi ? – nul ne le sait, mais sacrifice indubitable. L’idée surgit dès le préambule de L’épreuve de Philippe Lekeuche et traverse ses trois mouvements. Le recueil est en effet construit en forme de sonate et sa partition est rythmée par les peintures d’Isabelle Nouwynck. Au fil de ses développements, les thèmes s’introduisent, sont repris, modulés, croisés en contre-chant, mais jamais résolus. Continuer la lecture

Une armure de douceur

Un coup de cœur du Carnet

Violaine LISON, Vous étiez ma maison, dessins de Manon GIGNOUX, Esperluète, 2022, 96 p., 18 €, ISBN : 9782359841596

lison vous etiez ma maison vfJ’ai quitté la ville, le fleuve, le nœud coulant des jours. […]
Quitté mes semelles de goudron pour mes pieds de terre rouge et d’herbes hautes.

Cinq verbes, treize lunes, une année de lundis dans la forêt. Partir, naître, engranger, transmettre, renaître. Une année d’apprentissage et de retrouvailles avec le dedans et le dehors, une année pour démonter brique par brique les murs entre soi et le monde. C’est une histoire de fil tiré cousu cassé, une histoire de passage et de rapiéçage qu’écrit Violaine Lison avec des mots qui froissent les paumes et caressent le cœur, dans une langue sensuelle et saisissante qu’accompagnent les dessins de Manon Gignoux. Continuer la lecture

« Tout pousse, tout grandit »

Un coup de cœur du Carnet

Valentine LAFFITTE, Grandir, Versant Sud jeunesse, 2022, 32 p., 13,50 €, ISBN : 978-2-930938-57-8

laffitte grandirDu haut d’un arbre, deux passereaux dodus s’apprêtent à quitter ces contrées où l’automne se dépose avec lenteur : les feuilles, vidées de chlorophylle, revêtent une élégante robe d’un orange craquelant. Près du tronc, Freya, installée sur un drap rose, profite des derniers moments avec « encore un peu de lumière avant les journées grises », tout en contemplation. Lorsque la pluie arrive, armée de crayons et de son imagination agile, la petite fille galope à travers les plaines, s’institue cheffe-sirène, charme les serpents et apprivoise les canaris. « Dans l’obscurité de ses mains », elle active parfois son pouvoir magique de remémoration et se nourrit alors de souvenirs engrangés pendant l’été : les balades dans des lieux aux rocailles aux mille couleurs, le crépitement d’un feu de camp, un coucher de soleil flamboyant, des bouffées d’amitié aussi libres que le vol d’un oiseau. En compagnie de son chien, Freya s’emmitoufle et s’enfonce dans les contours hivernaux de la nature. Lièvre qui fuit, « branches qui ploient sous la neige », oiseaux qui nidifient, sapins qui chatouillent le ciel, pas qui crissent ; c’est froid et feutré, c’est la saison du repos nécessaire et de la patience forcée. Et enfin le printemps, annoncé par le chant des grenouilles, revient ! Joie frémissante des bourgeons… suivie de la fraîche explosion de tiges, pétales, pistils et pédoncules. « Dans ce grand chamboulement, tout pousse, tout grandit », et Freya s’en délecte, avant de se mettre à chanter les cerises sucrées, s’accrocher aux branches bavardes, s’aventurer toujours un peu plus loin dans la découverte de soi, des autres et du monde. Car Freya pousse et grandit aussi, au rythme des saisons. Continuer la lecture

L’espion anglais de La Dernière Heure

Henri VERNES, Singleton. Rendez-vous au Pélican vert, ill. Michel DI NUNZIO, Éditions du Tiroir, 2022, 220 p., 18 €, ISBN : 978-2-931027-54-7

vernes singletonSi Henri Vernes consacra la belle part de sa carrière à Bob Morane, dont il rédigea plus de 200 aventures, nous lui devons aussi des romans indépendants de cette série et oublions trop souvent qu’il est le père d’autres héros. C’est le cas de Luc Dassaut, de Don… et de Robert Barney Singleton. Ce dernier a cela d’intéressant qu’il est l’ainé du fameux commandant Morane et peut dès lors être regardé comme un prototype.

Rendez-vous au Pélican vert est un roman-feuilleton d’abord publié dans le journal La Dernière Heure, en 1950. Vernes le signa sous un pseudonyme américanisé : Lew Shannon. Il faut attendre 1991 pour que ce roman reparaisse en volume et sous la signature d’Henri Vernes, aux éditions Lefrancq, mais il est alors doté d’un titre alternatif, Drôle de business. Continuer la lecture

L’aventure c’est l’aventure

Henri VERNES, Palomita Paloma, ill. André TAYMANS, Éditions du Tiroir, 2022, 224 p., 18 €, ISBN : 978-2-931027-53-0
Henri VERNES, Les rescapés de l’Eldorado, ill. Vincent GRIMM, Éditions du Tiroir, 2022, 160 p., 18 €, ISBN : 978-2-931027-55-4

vernes palomita palomaDeux collègues de Bob Morane ont été réédités cet été : les gros-bras Luc Dassaut avec Les rescapés de l’Eldorado et Don avec Palomita Paloma. Soit deux romans de pure aventure sortis des Éditions du Tiroir ; bien nommées en l’occurrence. Leur catalogue est de BD et ces deux textes d’Henri Vernes, agrémentés de quelques dessins en pleine page, y trouvent aisément leur place. D’autant qu’André Taymans, co-fondateur des éditions et auteur des illustrations de Palomita Paloma remplit un vœu de collaboration vieux de vingt ans.

Palomita Paloma était l’âme damnée de Carmillo Esperanto. Une seule différence entre les deux : des deux elle était la plus féroce. On la disait belle comme le jour, avec une âme aussi noire que la nuit. Une fanatique. Communista hasta el fondo del vagino, disait-on d’elle. Continuer la lecture

André Stas ou le spadassin passe-murailles

André STAS (textes) et Benjamin MONTI (dessins), Bref caetera, Pierre d’alun, coll. « La petite pierre », 2022, 64 p., 15 €, ISBN : 978-2-87429-124-1
Raoul VANEIGEM (textes), André STAS (collages), Adages, Pierre d’alun, coll. « La petite pierre », 2022, 64 p., 15 €, ISBN : 978-2-87429-123-4

Stas monti bref caeteraOn peut rire aux larmes, et de tout, et de rien… mais pour rédiger un traité de savoir-rire, il faut dénicher l’arme et l’avoir bien en main. L’entretenir. Depuis plus de quatre décennies, André Stas, « ce chiffonnier muni de son crochet » – comme le décrivait en 1981 Scutenaire dans sa préface à une exposition de collages au Salon d’Art, chez Jean Marchetti – a toujours trouvé matière à confectionner ses flèches et couteaux, aiguisés, effilés, enduits d’un secret mélange de curare, de houblon et d’eau de Spa, pour atteindre ses cibles. Les collages de Stas, nés dans la parfaite connaissance de ses prédécesseurs surréalistes, ont acquis très vite une autonomie personnelle, que Jacques Lizène définissait comme « des enluminures libres ». À la fois absurdes, drolatiques, parfois féériques et souvent sensuelles voire sexuelles, mais sans illusions : Stas est impitoyable à l’égard de lui-même et de ses semblables. Cet homme ne s’épargne pas, pas plus que ses collages au scalpel n’épargnent le monde qui l’environne. On cite à nouveau Scutenaire : un collage de Stas, c’est « comme si une éponge morte et saturée d’une eau sale redevenait une créature marine, vivante et fraîche, encore que parfois effrayante. » Continuer la lecture

L’esquive

Jean-Louis SBILLE (auteur) et Kikie CRÊVECŒUR (illustratrice), Pains perdus, Pierre d’alun, coll. « La petite pierre », 2022, 64 p., 15 €, ISBN : 9782874291210

sbille crevecoeur pains perdusPains perdus De prime abord, le titre choisi pour le trente-sixième carnet de la collection « La Petite Pierre » chatouille les souvenirs. Quelques tranches (rassises ou briochées, selon), des œufs, du lait, du beurre, du sucre ; la promesse d’un mets saupoudré de doux réconfort. Cependant, l’élan régressif est vite renvoyé dans les cordes : sur la couverture couleur sang, en impression argentée, se détache l’image d’un gant et d’un sac de boxe. Les pains se font alors gnons, le beurre colore les yeux de noir. Et c’est bien du sport de combat dont il s’agira car, dès la première page tournée, Kikie Crêvecœur plante le décor (un ring) et la chromatique (noir, blanc, rouge). Continuer la lecture

Quand la montagne joue à cache-cache

David WAUTIER, Montre-toi, montagne, Diplodocus, 2022, 48 p., 13,90 €, ISBN 9 : 79-10-94908-30-3. Dès 4 ans.

wautier montre toi montagneIl n’y a pas que la mer en été. La montagne a ses adeptes, qui la choisissent comme destination de vacances ou qui, comme David Wautier, aime s’arrêter devant ses paysages grandioses pour en rendre la beauté insondable dans ses peintures. Voici un album jeunesse qui combine à merveille l’univers de l’enfance, un texte proche du vécu et l’art de l’aquarelle.

Les parents de la petite Jana, qui a une sympathique bouille semblable aux figures des héroïnes de mangas, ont opté cette année pour cette destination. L’album franchit les différentes étapes pour y parvenir car, la montagne, ça se mérite. Chargement de la voiture, traversée de la ville, péages et embouteillages, pique-nique sur une aire d’autoroute, père et mère qui se relaient à la conduite… C’est certain : nombre de parents, voire d’enfants, retrouveront dans ces débuts de vacances le goût du vécu. Continuer la lecture

Ikko et Gervais

Bernadette GERVAIS, Ikko et le cadeau, Les grandes personnes, 2022, 11 p., 9,50 €, ISBN : 9782361936624
Bernadette GERVAIS, Ikko et la lune, Les grandes personnes, 2022, 11 p., 9,50 €, ISBN : 9782361936617

gervais ikko et la luneDeux nouvelles aventures d’Ikko, petit ours blanc sorti de l’imagination de Bernadette Gervais, viennent rejoindre les deux précédentes (Ikko et les coquelicots, Ikko et le coquillage), qui étaient sorties en 2018. Nous voici donc avec 1, 2, 3, 4 petits ouvrages carrés tout en carton, aussi tendres qu’adorables. L’ourson y est représenté dans de courts récits autour du quotidien, en relation avec Mamako, qui fait office de figure maternelle. Continuer la lecture

Du geste graphique et poétique

Un coup de cœur du Carnet

Pierre-Yves SOUCY et Olivier SCHEFER, Vertiges de la main, Lettre volée, 2022, 80 p., 18 €, ISBN : 9782873175641

soucy schefer vertiges de la main« Que fait un poète lorsqu’il dessine ? ». Par sa question inaugurale, Olivier Schefer interroge avec brio les créations graphiques de Pierre-Yves Soucy en les confrontant aux créations poétiques. Dans les dessins au fusain, dans le dynamisme des traits, les frottages, les précipités de strates, notre œil perçoit une poétique des traces, des empreintes et des échos. En poésie et dans les arts plastiques, graphiques, Pierre-Yves Soucy se livre à une exploration des interstices. Creusant, laissant affleurer les signes, les formes, à tout le moins leur ébauche, il travaille sur l’inchoatif et l’estompement, dans le respect des matières (matière des mots, matière du visible, des traits) qu’il approche, que la main et que l’œil écoutent. Continuer la lecture

La Poésie, partout

Jean-Louis MASSOT (auteur) et Thomas VENET (graphiste), Aussi les gens, Centre de Créations pour l’Enfance de Tinqueux, coll. « PetitVA ! », 2022, 40 p., 5 €

massot aussi les gens 2Elle est celle qui exige, qui s’apprivoise, qui s’esquive, qui invite, qui unit, qui exalte, qui sonde, qui illumine. Dans un même mouvement multiple. Elle est celle qui marche sous la pluie, « indifférente aux éclairs qui froiss[ent] le ciel », et qui ignore la proposition de protection. Celle qui ouvre le capot d’un minibus bleu et le remet en état de marche, offrant au voyageur, statique et mélancolique, l’opportunité de se reconnecter au mouvement. Celle qui repousse les contours du monde, qui enrobe les terrasses d’une authentique douceur lisboète. Celle dont le baromètre du bien-être se niche dans le ventre d’un chien réclamant des caresses. Celle qui se fait silence, parfois, quand l’impuissance l’étreint, devant accidents et catastrophes. Celle qui accompagne la mortelle chute des feuilles, avec plus de retenue toutefois que les marronniers. Celle qui ressent la nostalgie d’une enfance autour de grains de café invisiblement moulus. Elle est celle qui se décèle dans un geste, une lumière, un sentiment, une onde. Dans le quotidien ou le sublime, elle est celle qui anime les âmes, qui tisse des fils invisibles, qui éclaire ou obscurcit. La Poésie, partout. Continuer la lecture