Archives par étiquette : Francine Ghysen

Le voyage, « un alcool de vie »

André DOMS, Écrits du voyage, 3 vol., Herbe qui tremble, 2019 : Italiques, 208 p., 18 €, ISBN : 978-2-918220-83-1 ; Ibériques, 254 p., 18 €, ISBN : 978-2-918220-85-5 ; Balkaniques, 220 p., 18 €, ISBN : 978-2-918220-84-8 

Le poète André Doms nous livre, en trois denses volumes – Italiques, Ibériques, Balkaniques -, ses Écrits du voyage. Portés par une invocation vibrante : « en soi et par soi-même, le voyage m’emporte, m’ouvre, et je m’y adonne comme à un alcool de vie ».

Attirée par Italiques, je lisais avec plaisir : « l’Italie, première qui me donne à vivre les clartés méditerranéennes, physiques et métaphysiques ».

Son rapport majeur à l’Italie fut littéraire. De la rencontre avec l’écrivain et traducteur Franco Prete et quelques amis, initiateurs de la belle aventure d’Origine, pariant sur la reconnaissance mutuelle des poésies italienne et française, incarnée par de nombreuses publications alliant ferveur et rigueur, à la lecture inépuisable de poètes et romanciers, épinglant les Carnets de Dino Buzzati qui, « avec leurs réflexions, imaginations, apologues, angoisses et fantasmes, font un chant terrible de la solitude humaine ». Continuer la lecture

Entre ombre et clarté

Serge MEURANT, L’atelier de Philippe Desomberg. Carnets, Amis de l’École des Arts, 2019, n.p.

Art et poésie se rejoignent au creux des pages du petit livre de Serge Meurant L’atelier de Philippe Desomberg. Carnets.

Les mots épousent les sculptures, entrent en résonance avec elles, rendent leur présence sensible.

Somptuosité des dos / où respire / la vie vulnérable. 

La pierre te domine, / c’est un corps / qui se refuse et se donne. // Sa dureté t’éreinte. / Elle te guide / en une danse immobile. // Vos gestes se répondent, / dans l’obscurité. 

Les poèmes dialoguent avec des photographies extraites du film de Francine d’Hulst L’atelier de Philippe Desomberg et des dessins du sculpteur.

La nuit tombe dans l’atelier. / On croirait entendre / la respiration des statues / ou est-ce l’écho / de ton souffle / qui embue le miroir ? 

Francine Ghysen

Pour l’amour de Fatou

Éric-Emmanuel SCHMITT, Félix et la source invisible, Albin Michel, 2019, 232 p., 17 € / ePub : 11.99 €, ISBN : 9782226440013

Depuis toujours, Fatou N’Diaye était tout pour son fils Félix. « Maman constituait pour moi le pôle Nord, le pôle Sud, l’équateur, les tropiques… » « Mon seul recours, c’était Maman. Mon seul amour et mon modèle d’amour, c’était Maman. Ma religion, c’était Maman. »

Et voici qu’à douze ans, à la place de cette fée pétillante, aimante, rayonnante, il se retrouve devant une étrangère au regard éteint, abîmée dans une insondable mélancolie.

Les médecins ont diagnostiqué une dépression ; prescrit des antidépresseurs, restés sans effet.

Continuer la lecture

Du jardin en fleurs au pays d’absence

Carmelo VIRONE, Danser dessous, Tétras Lyre, 2018, 58 p., 14 €, ISBN : 978-2-930685-35-9

Sous le titre inattendu Danser dessous, Carmelo Virone égrène au fil de ses sentiments, ses humeurs, ses souvenirs, des poèmes aux couleurs changeantes.

Ici, l’aveu d’un profond désarroi en appelle aux disparus : « morts que j’ai tant aimés / morts donnez-moi la main / car me voici perdu / au milieu de mon âge ».

Là, un survol souriant se teinte d’ironie : « J’ai travaillé pour la culture / l’avenir de la littérature / j’ai mérité ma confiture / et le pain blanc pour l’étaler / mais je préfère le pain gris ». Continuer la lecture

Le bleu et le noir de la vie

Virginie MOULIGNEAUX, Un trou dans la mémoire, Ker, 2019, 102 p., 12 €, ISBN : 9782875862501

Le texte qui ouvre le recueil de nouvelles de Virginie Mouligneaux et lui donne son titre, Un trou dans la mémoire (prix de la Fondation Laure Nobels 2018), est probablement le plus frappant.

Sur fond de guerre d’Espagne, un homme marche, au milieu de ses frères d’armes, vers le peloton d’exécution. En ce moment ultime, lui, Álvaro Garriga, qui « était mort un nombre incalculable de fois et il était né bien plus souvent encore », se souvient, au bout de tant d’années, du soir d’été « bleu et capiteux », qui tournerait à l’orage, où Inès l’avait emmené voir la mer. Sans oser dire un mot ni faire un geste, il l’avait regardée s’éloigner sous l’averse alors qu’il aurait tant aimé l’embrasser. « Ses lèvres auraient eu un goût de pluie. » Et si cette heure-ci n’était pas la dernière…? (Un trou dans la mémoire) Continuer la lecture

Bruxelles, bien- et mal-aimée

Marc MEGANCK, Amour et désamour. Regards d’écrivains sur Bruxelles. 1845-1978, Historia, 2018, 64 p., p.50 €, ISBN : 978-2-93042-326-5

Le vingtième titre de la collection proposée par le Musée de la Ville de Bruxelles est l’un des plus attrayants : Amour et désamour. Regards d’écrivains sur Bruxelles 1845-1978. Cette petite anthologie, composée par Marc Meganck, s’ouvre par une lettre de Balzac à sa bien-aimée Eveline Hanska, célébrant en Bruxelles une des villes  « sacrées », « primordiales », où ils se sont retrouvés. Continuer la lecture

Redécouvrir la satire dans la presse des années 1930

Amélie CHABRIER et Marie-Astrid CHARLIER (dir.), Coups de griffe, prises de bec. La satire dans la presse des années trente, Impressions Nouvelles, 2018, 222 p., 29,50 €, ISBN : 978-2-87449-636-6

Comme elle était vivante, foisonnante, percutante, la satire dans la presse francophone de cette époque !

Elle se déploie dans le livre-album Coups de griffe, prises de bec, qui en explore, par le texte et par l’image, toutes les facettes, de la gouaille à l’insolence mordante, de l’humour à la causticité, de la moquerie à la charge virulente, de la pochade à la caricature féroce.

Un ensemble détonant, passionnant, composé, sous la direction d’Amélie Chabrier et de Marie-Astrid Charlier, par une équipe internationale de chercheurs (France, Belgique, Canada). Continuer la lecture