Archives par étiquette : Daniel Simon

As de pique et Reine de cœur : la littérature avec Éric Allard

Éric ALLARD, Les écrivains nuisent gravement à la littérature, Cactus Inébranlable, 2018, 88 p., 9 €, ISBN : 978-2-930659-68-8

allard les ecrivains nuisent gravement a la litterature.jpg

Éric Allard a de l’esprit et un amour de la littérature suffisamment fin pour pouvoir la taquiner, la moquer ou même la houspiller. Dans son livre récent Les écrivains nuisent gravement à la littérature, il nous offre,  de page en page, ses «Maux d’auteurs, vices de lecture et autres calamités littéraires » avec la jubilation d’un amoureux attentif. Continuer la lecture

Mon robot, mon amour !

Stéphane MANSYLe grand remplacement, Le Cerisier, 2017, 58 p., 8,50 €, ISBN : 978-2872672080

mansy le grand remplacement.jpgLe grand remplacement de Stéphane Mansy vient d’être crée au Studio-théâtre de la Louvière dans une mise en scène de l’auteur. Et comme toujours avec le théâtre au cœur des « effets indésirables » du monde, on recycle des mythes! Ceux des androïdes, des robots intelligents, des « aliens » issus d’une humanité qui s’emploie depuis des millénaires à se « remplacer »… Que ce soient les figures baroques des automates, Frankenstein, … la question de l’invasion intérieure des humains par ses créatures est un thème éternel. La pièce a touché un public de plus en plus intriqué dans des applications technologiques qui constituent aussi un rapport d’amour-haine au numérique et à ses suites. Continuer la lecture

Le noir lui va si bien

Lorenzo CECCHI, Blues Social Club, Cactus inébranlable, 2018, 116 p., 15 €, ISBN: 978-2-930659-61

cecchi blues social clubBlues Social Club, septième livre de Lorenzo Cecchi, rassemble sept nouvelles aux couleurs de notre temps si paradoxal où le bonheur se joue souvent, l’air de rien, dans une ambiance de kalachnikov !

Lorenzo Cecchi est un écrivain qui sait décliner dans ses récits les subtiles variations du noir en littérature. Il ne s’agit pas ici de « littérature noire ou de polar » mais bien de récits où les hommes et leurs affaires tombent en torches enflammées du haut de leurs ambitions ou projets. Continuer la lecture

La caverne aux merveilles, l’Esprit Frappeur

Albert-André LHEUREUX, L’Esprit frappeur, récit d’une aventure théâtrale, préface de Jacques De Decker, Genèse, 2017, 19,50 €, ISBN : 1094689092

lheureux.jpgLes souvenirs de spectacles sont des lucioles, elles surgissent de la nuit, nous illuminent avant de replonger dans l’obscurité. Les photos, les vidéos, les captations, sont des traces souvent mélancoliques pour celles et ceux qui ont vécu la rencontre de ces spectacles vivants. Continuer la lecture

Un journal de théâtre à trois temps

Jean-Marie PIEMME, Accents toniques. Journal de théâtre (1973 – 2017), préface de Stanislas Nordey, Alternatives Théâtrales, 2017, 440 p., 12 €, ISBN : 978-2-87428-106-8

piemme accents toniquesLe théâtre vu, regardé, lu, écrit, analysé, raconté par Jean-Marie Piemme en trois tranches temporelles permettrait de lire le presque demi-siècle qu’il nous donne à revisiter sur les scènes du monde et en Belgique francophone en particulier.

Le public, l’intelligence du jeu, Brecht, le peuple (ce qu’on appelait il y a peu la « classe ouvrière »…), les systèmes de productions théâtrales dans tous leurs détours, les explorations répétées de certains auteurs de prédilections, la mise en scène qui résiste aux exigences du plateau et le transforme, les conflits idéologiques et esthétique majeurs qui ont marqué l’histoire de notre théâtre depuis ce que l’on a appelé le « jeune théâtre » (les années septante), le corps à l’opéra, l’École,…voilà la matière de ce livre capital pour la mémoire d’un art vivant, souvent séduit par les sirènes du succès confortable. Continuer la lecture

Les réseaux de la Méduse

Éric BRO­GNIETRadi­cal Machines, Le Taillis Pré, 2017,  100 p., 14 €, ISBN : 978-2-87450-121-0 

brogniet radical machineL’Enchanteur pourrissant qu’Apollinaire dédiait à Merlin et aux légendes arthuriennes est un livre porté par le rayonnement des Merveilles et la fragile proximité de leurs extinctions. Plus d’un siècle plus tard, dans la complexité du Cybermonde, des flux d’informations, de pixels et de fantasmes sous formes d’anamorphoses, des dystopies où les hommes se noient dans l’immatérialité des corps et des émotions pensant se démultiplier et se régénérer dans les « machines molles » (W. Burroughs), Éric Brogniet a livré dans Radical Machines sa vision de l’homme et de ses sombres merveilles dans l’intersection de ses identités floutées et filandreuses. Fascinés par la Méduse cybernétique, ils sont transis et sidérés. Continuer la lecture