Archives par étiquette : première oeuvre

Contre toute attente

Un coup de cœur du Carnet

Étienne VERHASSELT, Les pas perdus, Tripode, 2018, 15€, 140 p., ISBN : 9782370551634

verhasselt les pas perdusAprès Emmanuel Régniez et son Notre château aussi raffiné qu’effarant, les éditions du Tripode accueillent à nouveau un auteur résidant en nos terres, pour notre plus grand plaisir. C’est avec un recueil d’une quarantaine de courtes et vives nouvelles qu’Étienne Verhasselt – licencié en psychologie clinique et travaillant dans une communauté thérapeutique – fait son entrée dans leur catalogue singulier. À noter également que ce sont Les Pas perdus qui ont été choisis pour leur opération annuelle Les 400 coups, qui voit vingt illustrateurs et sérigraphes – dont Mehdi Beneitez qui signe la couverture, ou Anna Boulanger, auteure du Haret québécois ou de L’absence – s’emparer de la matière du livre pour en extraire des estampes de leur cru.  Continuer la lecture

La poésie commence là où finit le monde

Quentin VOLVERT, Ghettos, Frontispice d’Yves Namur, Taillis Pré, 2018, 88 p., 10 €, ISBN : 978-2-87450-131-9

volvert ghettosIl est certains artistes pour qui la poésie commence là où finit le monde, là où le réel se cabre. Le très jeune poète Quentin Volvert (né en 1997) appartient à cette confrérie. Dans une langue nerveuse privilégiant le grand écart entre les réalités, entre les sensations, il pose dans Ghettos un anti-ghetto textuel, une écriture qui flue comme une électricité des lointains. Par l’exploration des terres de l’enfance, de ce qui en réchappe, il traque les possibilités d’être au monde. La poésie tourne autour des vertiges (vertiges métaphysiques liés aux vertiges existentiels), autour de ce qui fait naufrage ; elle interroge le monde en ses charniers, une planète défigurée par le fracas des guerres. Aucun dolorisme ni carcan asphyxiant du politiquement correct dans ces cartographies de la vie individuelle et collective. Les mots cherchent l’issue que la réalité barre. Que faire ici-bas ? Comment et pourquoi se prêter au voyage alors que l’oscillation entre rester et partir rythme, pulse le texte intérieur ? Au hasard des rues de Bruxelles, aux abords de la Bourse, des cafés de la gare du Nord, des dieux surgissent, appelant à mettre le feu aux poudres, à soulever une autre nuit, une autre aurore dans le tissu des jours. Continuer la lecture

Une plongée passionnante dans les années de plomb

Un coup de cœur du Carnet

Bernard ANTOINE, Pur et nu, Murmure des Soirs, 2018, 435 p., 22 €, ISBN : 978-2-930657-41-7

À Bruxelles, le journaliste Thomas Holmer apprend que son père Egide, ancien grand reporter, est mort d’un infarctus dans les bras de sa maîtresse, Ana Raïtchev. Dans les affaires de son amant, celle-ci découvre des lettres : une pour elle, une autre adressée à Thomas et la troisième à une certaine Alessia. Qui est Ana ? D’où vient-elle ? Qui est Alessia ? Quelles relations unissaient Alessia et Egide ? Telles sont les questions qui se posent au début de Pur et nu, le premier roman très maîtrisé de Bernard Antoine. Les réponses relèveront de l’Histoire, car le livre met en relation le présent de Thomas et Ana et le passé complexe de la génération précédente, dont il s’ingénie habilement à tisser les relations à travers le temps. Continuer la lecture

Myriam Leroy dans la sélection du Goncourt du premier roman

LeroyEn marge du prix Goncourt, décerné à l’automne, l’Académie Goncourt décerne aussi différents prix dans des sections parallèles : le premier roman, la nouvelle et la poésie. Les finalistes des deux premières catégories pour l’année 2018 sont désormais connus. Avec une présence belge.  Continuer la lecture

C’est arrivé près de Charleroi

André LALIEUX, Les Bienheureuses, Éditions du Basson, 2018, 160 p., 12 €, ISBN : 978-2-930582-56-6

lalieux les bienheureusesComment dit-on un page turner en français ? L’histoire des Bienheureuses commence pourtant en douceur et sans profondeur. Marcel Douby est un cinquantenaire et un fils modèle. Tellement attentif à sa mère qu’il préfère rester chômeur. Ainsi permet-il à maman de le dorloter tout son soûl. « Mercredi, c’est le jour des boulettes sauce tomate, frites. Elle les prépare super bien et je ne veux pas rater ça. » Continuer la lecture

Ring Est, prix Fintro Écritures noires

Isabelle CORLIER, Ring Est, Ker, 2018, 277 p., 18 € / ePub : 9.99 €, ISBN : 978-2-87586-225-9

corlier ring estC’est sur manuscrit et à l’occasion de la Foire du Livre de Bruxelles 2018 qu’Isabelle Corlier a remporté le premier prix Fintro Écritures noires 2017. Un prix tout à fait mérité pour Ring Est, que les éditions Ker ont publié dans la foulée. Un premier roman d’une grande maturité, tant dans la manière de mener une intrigue hors norme que de décrire le quotidien d’un jeune veuf, père d’une gamine en bas âge, juge d’instruction de profession : Aubry Dabancourt. Continuer la lecture

Réponse d’un mètre soixante-deux de chair plutôt beige

Anne-Sophie VANDERBECK, Un mètre soixante-huit de chair rose, Academia, 2017, 216 p., 19 € / ePub : 14.99 €, ISBN : 978-2-8061-0359-8

vanderbeck un metre soixante huit de chair rose.jpgMélange étrange de nouvelles qui n’ont rien en commun, écriture variée et changeante, Un mètre soixante-huit de chair rose se rapproche de l’embrouillamini. Mais – puisqu’il y a toujours un mais – on se trouve quelque peu abasourdi en terminant ce recueil. Dans le bon sens du terme.

Les recueils de nouvelles pèchent parfois par manque de cohérence ou, au contraire, par excès d’harmonie, échouant face à la difficile tâche d’être originaux. Curieusement, le livre de Sophie Vanderbeck combine ces deux défauts – ou peut-être qualités ? Empreintes de douceur et de nostalgie, ces vingt-cinq histoires parlent de sujets souvent difficiles et compliqués mais sans jamais être larmoyantes. D’une enfant séquestrée à la perte d’un monde, de la solitude à la vie d’une femme battue, on touche du doigt des pans de vie qui semblent si proches, si poétiques et si doux. Continuer la lecture