Icare et encore

Guy GOFFETTE, L’oiseau de craie, choix anthologique et postface Rossano Rosi, Impressions nouvelles, coll. « Espace Nord », 2023, 291 p., 9 €, ISBN : 978-2-87568-573-5

et chacun se tourne comme une fleur
avide vers la
flache de ciel chu
sur l’asphalte, ô vieux miroir de benzine

Guy Goffette L'oiseau de craieGuy Goffette, aujourd’hui et pour toujours, fait son entrée dans la prestigieuse collection Espace Nord. Il se voit offrir l’une des anthologies du catalogue, que l’on serait tenté d’appeler trop rares, car cultivant depuis quelques années la fâcheuse habitude d’être très réussies. De Poésie/Gallimard à Espace Nord, la poésie au format de poche consacre désormais tout à fait, en France et en Belgique, la dualité du Gaumais de Paris et du Parisien de Gaume. Un Guy Goffette que l’on sait attaché à ce petit grand écart ; territorialité du Nord par ailleurs partagée, probablement de bonne grâce, avec les admirés Rimbe et Verlaine. Continuer la lecture

Plus chauds que le climat

Max de RADIGUÈS, Hugo PIETTE, Eddie & Noé, Sarbacane, 2023, 80 p., 14,90 €, ISBN : 9782377318452

de radigues piette eddie & noéAller à l’école, voilà qui semble bien secondaire à l’heure de l’urgence climatique. Eddie et Noé préfèrent manifester pour sauver le monde. « La planète sèche, alors nous aussi ! » s’exclame Sarah, une copine de classe qui les suit dans leur grève. Mais comme ils ne peuvent pas changer toute la société d’un coup, peut-être devraient-ils commencer par ce qui leur est proche ? Par exemple… leur école, aka l’Athénée Dirk Frimout !

Comme si les problèmes environnementaux ne suffisaient pas, ces ados sont confrontés à d’autres difficultés : ne pas se faire attraper par le directeur (spoiler alert : c’est raté), télécharger Sex education pour éviter qu’il n’apparaisse dans l’historique de la plateforme de streaming, garder son petit frère parce que maman travaille tard, s’assumer tel qu’on est, avoir le cœur brisé, se disputer avec sa meilleure amie, trouver le moyen de se réconcilier… Continuer la lecture

Miroir, ô mon miroir…

Loïc NOTTET, Les aveuglés, Michel Lafon, 2023, 270 p., 16,95 € / ePub : 12,99 €, ISBN : 9782749938035

nottet les aveuglés le palais des murmuresNatan est un ado dont le quotidien a été bouleversé il y a quelques semaines lorsque sa sœur Théo a disparu. Même si la police a déclaré l’affaire classée et conclu à un suicide après l’enquête, Natan ne peut s’empêcher de penser que sa sœur est toujours vivante car aucun corps n’a été retrouvé. Il avait bien vu qu’elle avait changé récemment et il est convaincu qu’un détail lui a échappé pour comprendre sa disparition. Il la sent en difficulté et décide alors de mener sa propre enquête avec Miko, son ami de toujours, et Penny, une fille de son lycée qu’il connaît peu. Continuer la lecture

Creuser la peau du poème

Un coup de cœur du Carnet

Charline LAMBERT, Sous dialyses précédé de Chanvre et lierre, postface Véronique Bergen, Impressions nouvelles, coll. « Espace Nord », 2023, 200 p., 10 €, ISBN : 978-2-87568-581-0

lambert sous dialyses precede de chanvre et lierreSous une couverture flamboyante qui tient tant de la soupe primordiale que de la supernova, Espace Nord réédite les deux premiers recueils de la poétesse Charline Lambert. Sous dialyses et Chanvre et lierre, tous deux parus en 2016 (l’un aux éditions L’Âge d’homme, l’autre au Taillis Pré), se font écho dans cette belle édition assortie d’une postface virtuose signée Véronique Bergen.

Un désir grouille, venu de plus loin encore que l’œsophage, un désir plus rond que l’ombilic, plus brûlant que l’urètre. Un désir sonore en canal, qui élargit les digues des artères et érode l’épiderme. Deviendra un chant plus tard, s’il n’est pas du chanvre.

Entrer en poésie comme Charline Lambert, avec elle, c’est glisser dans une eau claire : le liquide ourle la peau comme les mots, détache nettement des contours qui, à l’air libre, semblaient flous et s’affirment alors avec intensité, détermination, pour se couler dans un monde auquel ils ont toujours appartenu. Entrer en poésie comme on comble un vide avec un plein – le plein des mondes palpitants qui fourmillent sous les vertèbres. Continuer la lecture

Lisette Lombé, prochaine poétesse nationale

lisette lombe

Lisette Lombé – D.R.

Le nom de la prochaine poétesse nationale a été dévoilé à l’occasion de la Journée mondiale de la poésie. Il s’agit de Lisette Lombé. Elle succédera en 2024 à l’actuel poète national, Mustafa Kör. Continuer la lecture

Prix du Festival de la poésie de Montréal : la sélection 2023

Le Festival de la poésie de Montréal organise un prix francophone dédié à la poésie. La première sélection de l’édition 2023, forte de 20 recueils, a été dévoilée.

Le prix du Festival de la poésie de Montréal

Créé en 2020, le prix francophone international du Festival de la poésie de Montréal récompense une œuvre poétique qui, par la qualité de ses recherches formelles et thématiques, sensibilise le grand public à la poésie actuelle francophone. Il est rendu possible grâce à l’implication de plusieurs partenaires issus de la francophonie qui permettent ainsi de promouvoir les poètes francophones, en particulier ceux hors France et hors Québec, que l’on doit encore reconnaître davantage. Il répond aussi au besoin d’un prix en poésie qui soit basé sur une collaboration professionnelle internationale. Continuer la lecture

Dissolutions

Laurence VIELLE, Billets d’où, Castor Astral, 2023, 199 p., 9 €, ISBN : 9791027803477

vielle billets d'oùDans Billets d’où, Laurence Vielle s’adonne, selon ce qui lui est coutumier, à une poésie entretenant des liens étroits avec la pratique de l’oralité. Elle y développe une pensée issue de la vie quotidienne, de choses vues, vécues ou ressenties, qui se décline ensuite en élans fictionnels qui tendent à la recherche de soi-même et de l’autre.

La collection « Poche/Poésie » de la maison d’édition bordelaise Le Castor Astral accueille à la perfection le climat fondamentalement intime de ces billets au titre calembour. Puisque le message d’un billet s’adresse à un destinataire (implicitement ou explicitement), un « tu », parfois un « vous », se fait souvent le réceptacle des confidences de la poétesse. Aussi bien le lecteur anonyme, qu’un familier de la poétesse ou la poétesse elle-même, il est une omniprésence qui invite à se plonger sans pudeur dans une vie que l’on questionne autant qu’elle interroge : Continuer la lecture

Un cœur fou sous un chapeau noir

Un coup de cœur du Carnet

Eugène SAVITZKAYA, L’amour de loin, dessins de l’auteur et de Muriel Logist, La pierre d’alun, coll. « La petite pierre », 2023, 64 p., 15 €,  ISBN : 978-2-87429-127-2

savitzkaya logist l'amour de loinLes années passant, l’enchantement soudain et imprévisible que provoquent les livres singuliers d’Eugène Savitzkaya réside encore et toujours dans le jeu formel de l’écriture, qu’il pratique avec la vivante souplesse de l’acrobate. Évitant de rester engoncé dans la caricature que peut constituer parfois le manteau de poète, plutôt prêt à se mettre en retrait, à l’écart, ce « fraudeur » (pour reprendre le titre d’un de ses romans) du monde littéraire s’avance tantôt délicat et tout en saveur, tantôt lassé des injustices perpétrées au nom des règles et des normes, ce qui peut alors susciter de la part de ce « fou trop poli » (autre titre encore) les plus violentes ripostes. Continuer la lecture

« Babioles et trésors » exposés à Arlon

babioles et tresors exposition arlon

Mise sur pied par les Archives & Musée de la littérature (AML), l’exposition Babioles et trésors, la face cachée de la littérature belge, déjà montrée à Bruxelles à la Maison du livre, est à découvrir à Arlon jusqu’au 14 mai.  Continuer la lecture

« Quand le peu importe » : photos et mots croisés

biennale molenbeek karreveld

La 2e édition de la biennale de la photographie de Molenbeek-Saint-Jean se tient du 18 mars au 23 avril. Sur le thème « Quand le peu importe », quatre expositions, réparties sur quatre lieux, croisent les mots et les photos, les photographes et les écrivain-e-s.  Continuer la lecture

La FWB à la Foire du livre : le programme

Fdl 2023 visu

La Foire du livre de Bruxelles revient à Tour & Taxis du 30 mars au 2 avril pour quatre journées de rencontres, de débats et de découvertes littéraires. La Fédération Wallonie-Bruxelles sera de la partie et proposera cette année encore un programme culturel dédié aux littératures belges francophones. Continuer la lecture

De la chaleur humaine

Marc MEGANCK, La lunette, F. Deville, coll. « Œuvres au jaune », 2023, 78 p., 9 €, ISBN : 978-2-87599-060-0

meganck la lunetteMarc Meganck pratique une littérature à différentes vitesses (histoire, découvertes, policier, roman, …) et vient de nous offrir un objet étrange et merveilleux, triste et joyeux, mélancolique et d’une rare énergie, La lunette, micro-roman. Nous ne vous dévoilerons pas ici de quelle lunette il s’agit…

Dans la littérature et l’édition, les genres se mêlent facilement,  sont plus « fluides » que dans le discours social : micro-roman et pourquoi pas nouvelle (comme les Anglo-Saxons, l’auraient probablement nommée en short-story) ? Mais, n’y eut-il pas récemment des « romans à nouvelles », des ciné-romans, des ciné ou vidéo-poèmes, des autofictions qui ne sont pas des romans autobiographiques… ? Les genres se mêlent, comme dans tous les lieux de notre psyché et du réel sociétal. Continuer la lecture

Prix Charles Plisnier 2022

preaux disparu d un trait d encre

Le prix Charles Plisnier 2022 a été remis ce jeudi 16 mars à la Maison Losseau. Il récompense Annie Préaux pour son roman Disparu d’un trait d’encre paru chez M.E.O.  Continuer la lecture

Révéler la beauté  de la nuit

Paul G. DULIEUIl voulait peindre la nuit, Traverse, 2022, 193 p., 18 €, ISBN : 978-2-93078-342-0

dulieu il voulait peindre la nuitD’emblée, on s’attache à ce Marcel Faureuve, figure centrale du roman de Paul G. Dulieu Il voulait peindre la nuit, qui, licencié aux approches de la soixantaine de la société dans laquelle il œuvrait comme photographe, saisit l’occasion de cette retraite anticipée pour se consacrer à sa passion : peindre. Avec une prédilection pour le ciel nocturne, les étoiles, qu’il monte contempler  depuis la lucarne du toit d’ardoises.

Au grand dam de son épouse, la réaliste Géraldine, qui devine que « le diable de la peinture » va s’emparer de lui et qui ne partage pas son vibrant amour pour la nuit, pour le noir. À ses yeux, le noir est « tout ce qui reste quand toutes les couleurs ont disparu. (…) c’est le trou, le manque, l’opacité, la cécité. » Continuer la lecture

Laisse-moi rêver encore un peu

Un coup de cœur du Carnet

Daniel DE BRUYCKER, L’ombre et autres reflets, Herbe qui tremble, coll. « D’autre part », 2023, 142 p., 18 €, ISBN : 978-2-491462-55-0

de bruycker l'ombre et autres refletsL’Auteur est mort, se dit-il. Certains ne s’en plaindront pas, embarrassés qu’ils étaient par la survivance de cette instance investie d’une « autorité » – tout ce qui est détestable à l’époque, s’exerçât-elle sur un texte… D’autres continueront à entretenir le culte de cette figure à travers son incarnation humaine, espérant l’entrevoir, lui adresser quelques mots, voire le toucher, et ainsi manifester leur reconnaissance infinie, leur adulation.

Et les personnages, ont-ils seulement leur mot à dire quant à cette réévaluation contemporaine de l’Auteur ? Partent-ils encore en quête de leur démiurge, comme dans telle pièce bien connue de Pirandello ? Tentent-ils d’entrer encore en dialogue avec leur deus ex machina, par exemple pour lui suggérer une fusion totale (« Madame Bovary, L’assassin de Roger Ackroyd, c’est toi et c’est moi ») ? Continuer la lecture

Le Printemps Simenon : un festival qui ouvre des fenêtres

georges Simenon

Georges Simenon

Du 8 au 11 mars, la Cité Ardente a célébré les 120 ans de la naissance de Georges Simenon en lui consacrant un festival, Le Printemps Simenon, dont l’objectif était de faire découvrir ou redécouvrir l’œuvre de l’auteur liégeois, mais aussi et surtout de montrer son actualité.

Expositions, colloques, rencontres littéraires, rétrospectives cinématographiques, promenades thématiques et conférences ont ainsi animé la ville natale de l’écrivain pendant quatre jours. Un programme riche et varié, fruit d’une collaboration entre la ville de Liège, John Simenon et l’ULG (Benoit Denis, directeur du Festival, est professeur de littérature à l’ULG et directeur du Centre d’études Georges Simenon), dont on épinglera ici quelques moments forts. Continuer la lecture