Oser s’abandonner au doux bercement des signes

Valérie COHEN, Le hasard a un goût de cake au chocolat, Luce Wilquin, 2017, 137p., 15€   ISBN : 978-2-88253-528-3

cohenÀ presque 76 ans, Adèle vient d’apprendre que son cœur fatigué ne lui laisse plus que quelques mois à vivre. Comme elle n’a pas d’enfant, elle se rend chez un notaire pour transmettre son héritage à Françoise, sa filleule, et ses trois enfants, Roxanne, Sophie et Vadim. Mais c’est bien plus que de simples biens matériels qu’elle souhaite transmettre, surtout à Roxanne et Sophie, qui sont sa sève. Observant avec bienveillance et discrétion la manière dont les deux jeunes femmes se cognent à la réalité, Adèle voudrait leur transmettre sa confiance en la vie et le lâcher-prise nécessaire pour y parvenir. Lire la suite

Sur le terreau d’un souvenir

Paul DE RÉ, Mademoiselle de ces gens-là, Murmure des soirs, 2016, 396 p., 20 €   ISBN : 978-2-930657-32-5

de ré.pngVoici un roman attachant, au charme suranné d’une époque révolue, au parfum léger d’eau de rose, situé à la charnière des XIXe et XXe siècles dans un univers petit-bourgeois liégeois tout empreint de convenances, de bondieuserie et de corsetage moralisateur. Mademoiselle de ces gens-là est l’histoire de « Mademoiselle », c’est-à-dire la jolie Clémence, fille de notaire, qui un jour d’enfance fut éblouie par un jeune forain merveilleux et un premier baiser innocent à travers la haie du jardin ; elle en contracta un amour secret et ne vécut plus jamais que par le souvenir obsédant de ce Romain. Durant vingt ans, jusqu’à ce qu’elle le retrouve enfin – nous ne dévoilons rien vraiment ici tant les retrouvailles sont prévisibles –, elle subira, plus que ne vivra réellement, une existence dominée par un fantôme. « Ces  gens-là » est le terme dénigrant et apeuré dont la « bonne » société désigne les gens du voyage, saltimbanques et forains, ces « moins que rien » ou barakîs comme on dit à Liège, dont on se méfie quoiqu’ils apportent fête, imaginaire et goût de l’ailleurs. Lire la suite

Les djihadistes n’ont aucun humour

Xavier DEUTSCH, Quelque chose dans le ciel…, Mijade, 2016, 216 p., 9 €   ISBN : 9782874230929

deutschQui a-t-il de commun entre un Parisien d’âge moyen travaillant dans une agence d’images et des apprentis djihadistes au Yémen ? Une photo. Celle d’un groupe. Elle ressemble à une photo de classe. Et puis arrive une blague, parce que Nicolas, le Parisien, se dit que ça serait drôle de flouter un des visages barbus. Que ça aurait des conséquences pour le « flouté » en question. En effet, les répercussions dues à cette petite modification anodine, faite sur un coup de tête, dépasseront celles que Nicolas aurait pu imaginer. Lire la suite

Quand le lien à soi est brisé et que la clé est perdue

Un coup de coeur du Carnet

Malika MADI, Les silences de Médéa, Impressions nouvelles, coll. « Espace Nord », 2016, 217 p., 8,50€   ISBN : 978-2-87568-142-3

madiZohra vit à Médéa, un village paisible d’Algérie, en harmonie complète avec la nature et avec Dieu. Elle partage son temps entre sa passion pour son métier d’institutrice, la prière et les tâches ménagères dans sa maison, où elle habite avec son père et ses trois frères.

L’histoire se déroule dans le contexte historique des années 90 où l’Algérie s’embrase face à la montée en puissance de groupes islamistes, mais on pourrait tout aussi bien situer le récit à l’heure actuelle, tellement la situation est similaire dans certains pays. Lire la suite

Jean-Claude Pirotte : un carnet et des instants

Jean-Claude PIROTTE, Traverses, Cherche-midi, 2017, 96 p.,14 €/ePub : 11.99 €   ISBN : 978-2-7491-5467-1 ; Jean-Claude PIROTTE, Jours obscurs, Cherche-midi, 2017, 188 p., 18€/ePub : 14.99 €   ISBN : 978-2-7491-5100-7

pirotte-jours-obscursParaissent conjointement Traverses et Jours obscurs, deux œuvres posthumes de Jean-Claude Pirotte, conçues en majeure partie en 2010 et 2011 entre Jura suisse et mer du Nord. Le « peintre-écrivain » connaît alors une période de dépression (au sens géologique, précise sa compagne, la romancière et essayiste Sylvie Doizelet à qui l’on doit la publication de ces deux textes étroitement solidaires). Lire la suite

Cinquante-deux lettres de toutes formes

Luc TEMPLIER, L’Art de vivre, 52 lettres à une jeune artiste,  Dervy,  144 p., 14,50 €   ISBN : 979-10-242-0183-2

templierLa calligraphie est aussi ancienne que la main qui saisit un calame, un roseau, une plume pour tracer ces formes qui ont pris le nom de lettres, d’idéogrammes, de signes…Ce sont des gestes de volupté, des jouissances qui précèdent l’écrit et qui l’accompagnent dans la marge du sens ou de ce que nous appelons trivialement la communication.

L’écriture de Luc Templier accorde les exigences et les jouissances du calligraphe dans la création de la lettre dessinée, de l’enfance dans ses premiers liés et déliés de l’abécédaire. Lire la suite