Archives par étiquette : Séverine Radoux

Solitudes en mode survie

Gabrielle LEVY, Au rendez-vous des insomniaques, Lattès, 2019, 269 p., 18,90 € / ePub : 13.99 €, ISBN : 978-2-7096-6341-0

Nous entrons dans l’univers de cinq personnages qui se rencontrent pour la première fois dans des réunions de thérapie collective pour soigner leurs insomnies. Il y a Claire, une correctrice de romans bas de gamme qui vient sous la pression de son mari ; Michèle, une professeure en Lettres pensionnée qui nettoie une église pendant la nuit ; Jacques, un psychiatre shooté aux somnifères ; Lena, une étudiante en secrétariat habillée et maquillée comme une geisha ; enfin, Hervé, un comptable zélé dans une agence de communication. Continuer la lecture

Et si la clé de la liberté intérieure n’était pas là où on l’attendait ?

Brigitte GUILBAU, Jörg Oeuil, LiLys, 2018, 143 p., 17 €, ISBN : 9782930848556

Jörg Oeuil vient de mourir et débarque nu avec des ailes sur la terre. Tout ce qu’il sait, c’est qu’il ne se souvient pas de sa vie et de sa mort, que personne ne le voit et qu’il n’arrive pas à voler. Il assiste avec une certaine désolation mâtinée de solitude à l’évolution du monde : explosion démographique, guerres, armes de destruction massive, prise de pouvoir de la finance…

Continuer la lecture

De la complexité des relations fusionnelles

Evelyne HESPEL, Le petit tsar, Acrodacrolivres, 2018, 276 p., 18 €, ISBN : 978-2930956350

Nous entrons dans le quotidien de Nancy, une biologiste de quarante-cinq ans qui vit avec son fils Corentin et Adam, un psychiatre renommé. Nancy est habitée par de nombreuses angoisses (peur des microbes, des ascenseurs, de la foule…), mais elle est aussi et surtout très anxieuse vis-à-vis de son fils qui a raté le bac et fume des joints. Elle a une relation fusionnelle avec lui et même si elle est consciente de son problème, elle reste enfermée dans l’ambivalence de son comportement. Continuer la lecture

Petits cœurs assoiffés d’amour cherchent éperdument à exister

Un coup de cœur du Carnet

Alia CARDYN, L’envol, Charleston, 2019, 333 p., 18 € / ePub : 12.99 €, ISBN : 978-2-36812-345-4

Tous les 27 juillet, Barnabé Quills organise une fête magnifique dans sa propriété au bord de l’océan. Chaque année, c’est l’émoi dans la petite ville de Black, où les invités se préparent dès le matin pour la soirée qui est désormais the place to be. Cette année, alors que les feux d’artifice s’épanouissent dans le ciel, Théa Vogue, dix-huit ans, saute de la falaise devant tout le monde.

Continuer la lecture

Quand un psy pète une durite

Anne DUVIVIER, Un amour de psy, M.E.O., 2019, 182 p., 17€, ISBN : 2807001882 

Angelo est un psy de cinquante-neuf ans à qui son épouse vient d’annoncer qu’elle est amoureuse d’une autre femme de trente-quatre ans. Magnanime, elle souhaite toujours vivre avec son mari moyennant quelques aménagements. Bien qu’ils soient dans un mariage libre, Angelo vit mal cette nouvelle, qui lui fait l’effet d’un séisme. Continuer la lecture

Liberté!

Michaël LAMBERT, Buiten, Cactus Inébranlable, 2018, 84 p., 9€, ISBN : 978-2-930659-86-2

Le héros, dont nous ne connaissons pas le prénom, travaille dans une grande entreprise où il est chargé de contrôler les erreurs des employés. Il a un bon salaire et des congés bien payés, donc aucune raison de se plaindre. Sauf que lorsqu’il signale l’erreur d’un collaborateur, ce dernier est renvoyé. Parfois, il ferme les yeux sur les fautes de ses collègues pour soulager sa conscience et donner l’impression aux patrons que les travailleurs ont un comportement irréprochable. Tout le monde y gagne. Jusqu’au jour où le narrateur transmet à la hiérarchie une erreur à ne pas transmettre, une erreur à la chaîne où l’on remonte jusqu’au Président-Directeur Général. Résultat : buiten, le contrôleur d’erreurs (« Pas buiten la direction »). Continuer la lecture

Quand la malédiction frappe tous les soirs à 20h44…

Un coup de cœur du Carnet

Katia LANERO ZAMORA, Les ombres d’Esver, ActuSF, 2018, 261 p., 14,90 € / ePub : 6.99 €, ISBN : 978-2-36629-939-7

Amaryllis, une jeune femme de presque seize ans, vit avec sa mère (Gersande) depuis dix ans dans le domaine d’Esver, « cette prison qu’elle aimait détester » et d’où elle n’est jamais sortie. Les portes d’entrée de cette grande demeure sont en effet scellées et tout tombe en ruines : les marches sont fissurées, les murs grignotés et le lierre s’infiltre sur le sol et les murs. Continuer la lecture