Archives de l’auteur : Le Carnet et les Instants

Bruxelles, section criminelle

Anne-Cécile HUWART, Mourir la nuit, Onlit, 2019, 252 p., 18 € / ePub : 6 €, ISBN : 978-2-87560-114-8

S’il est un domaine de la vie que l’on connaît essentiellement par la fiction, c’est bien celui de la criminalité. On est nourri de romans policiers, de films noirs, criminels, de séries télévisées, téléchargées ou en flux diffusées, de Faites entrer l’accusé… On absorbe les gestes (la gesticulation parfois) des enquêteurs, les techniques scientifiques, les procédures judiciaires au point de finir par les croire vrais alors qu’ils ne sont que vraisemblables (et encore…), qu’ils sont nourris autant par leur propre mythologie que par la réalité du terrain. Davantage ? Qu’en sait-on vraiment ? Pour dépasser la fiction, Anne-Cécile Huwart, journaliste spécialisée dans les affaires judiciaires, la santé, l’enseignement, le social est allée observer au plus près l’instruction des crimes. Puis elle l’a racontée au plus juste, « de l’intérieur, sans voyeurisme, dans le respect de l’instruction et de la dignité des victimes et de leurs proches. » In fine, outre le fait qu’il n’y ait héroïsation ni de la police ni des criminels, le plus étonnant est le rapport au temps : rien ne va vite. Entre le moment où le meurtre est commis et l’énoncé du verdict, il se passe des années. Anne-Cécile Huwart a respecté cette temporalité lente. Elle a mené son travail minutieusement, au long cours. Son enquête a duré près de six ans. Un temps que permet le livre et que ne souffrent pas les médias et les réseaux sociaux. Continuer la lecture

Loi de la rue, rue de la loi

Michel CLAISE, Sans destination fixe, Genèse, 2019, 216 p., 21 € / ePub : 13.99 €, ISBN : 9791094689592

Le phénomène du sans-abrisme est difficile à appréhender par la majorité de nos semblables qui peinent à imaginer comment une femme ou un homme peuvent en venir à connaître un niveau de précarité aussi aigu. Approcher cette réalité nécessite une prise de distance par rapport aux émotions que suscite par exemple la mendicité, que celles-ci soient guidées par le rejet agacé ou la compassion béate. Le mystère de la grande précarité a déjà intéressé nos auteurs : on songe ici par exemple à Je n’ai rien vu venir d’Eva Kavian ou Dix centimes de Xavier Deutsch. Patrick Declerck a même rédigé un volume de la collection « Terres humaines » (Les naufragés – Avec les clochards de Paris, Plon, 2001) dans lequel il aborde cette réalité au même titre qu’un anthropologue rendrait compte de son contact avec une population éloignée. Continuer la lecture

« Zam » au palmarès du prix du roman gay

Le prix du roman gay a dévoilé le 9 novembre son palmarès 2019. Outre le prix principal, des récompenses ont été décernées dans plusieurs catégories. Le prix du récit autobiographique va ainsi à Martino Ebale pour Zam. Né au mauvais endroit, au mauvais moment, dans le mauvais corps? paru aux éditions M.E.O. Continuer la lecture

Le rayonnement des Lettres belges au programme du colloque du Pilen

Le Pilen (Partenariat interprofessionnel du livre et de l’édition numériques) organise chaque année, en partenariat avec le Service général des Lettres et du Livre, une journée de réflexion interprofessionnelle à l’adresse du monde du livre. Cette année, le colloque aura lieu le 21 novembre au Residence Palace. Son thème : « D’ici à là-bas : le rayonnement du livre et des écritures francophones belges ». Continuer la lecture

Les prix littéraires : un colloque aux Riches Claires

Alors que la saison des prix bat son plein, la bibliothèque des Riches Claires organise le samedi 23 novembre un colloque sur les prix littéraires, sous la présidence de Jacques De Decker, secrétaire perpétuel de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique. Continuer la lecture