Archives par étiquette : Véronique Bergen

Arnaud de la Croix. Les complots dans l’histoire

Arnaud DE LA CROIX, Treize complots qui ont fait l’histoire, préface de Michel Hermans, Racine, 224 p., 19,95 €, ISBN : 9782390250418

de la croix treize complots qui ont fait l histoireAprès La Religion d’Hitler, Treize livres maudits, Degrelle (Racine), dans le sillage des Illuminati (Racine), Arnaud de la Croix questionne treize complots qui ont marqué l’Histoire, de la conjuration de Catilina à l’assassinat de J. F. Kennedy, de l’élimination de César au 11 septembre 2001 en passant par les tueurs du Brabant. Par-delà l’analyse de ces événements porteurs d’une aura de conspiration, il pose les jalons d’une réflexion sur la face occulte, cachée des faits, sur la plurivocité de leurs interprétations, se livrant à une herméneutique de ce qu’on nomme complot. Manœuvre secrète déclenchée par des forces invisibles visant à produire un coup d’état, une révolution ou une guerre d’agression, le complot a ceci de particulier qu’il ne se donne comme tel que lorsqu’il échoue. Les événements traités dans l’ouvrage sont indissociables d’un doute, d’un soupçon quant à leur dimension occulte mise en œuvre par une main de l’ombre : les historiens butent sur des faits que, d’une part, aucune grille interprétative n’épuise et qui, d’autre part, suggèrent l’agissement de projets secrets travaillant à incurver le cours de l’Histoire. S’il est des conjurations réelles, avérées (l’assassinat de César), de nombreuses conspirations divisent les historiens, l’opinion publique quant au sens à leur accorder. L’Histoire abonde en inventions de complots imaginaires qui seraient fomentés par des sorcières ralliées à Satan, par les Illuminati, les francs-maçons, les Juifs : l’imputation d’une conspiration satanique, franc-maçonne, juive, la fabrication de faux (les Protocoles des Sages de Sion) permettent de mettre en œuvre une politique criminelle de persécution. Continuer la lecture

La poésie commence là où finit le monde

Quentin VOLVERT, Ghettos, Frontispice d’Yves Namur, Taillis Pré, 2018, 88 p., 10 €, ISBN : 978-2-87450-131-9

volvert ghettosIl est certains artistes pour qui la poésie commence là où finit le monde, là où le réel se cabre. Le très jeune poète Quentin Volvert (né en 1997) appartient à cette confrérie. Dans une langue nerveuse privilégiant le grand écart entre les réalités, entre les sensations, il pose dans Ghettos un anti-ghetto textuel, une écriture qui flue comme une électricité des lointains. Par l’exploration des terres de l’enfance, de ce qui en réchappe, il traque les possibilités d’être au monde. La poésie tourne autour des vertiges (vertiges métaphysiques liés aux vertiges existentiels), autour de ce qui fait naufrage ; elle interroge le monde en ses charniers, une planète défigurée par le fracas des guerres. Aucun dolorisme ni carcan asphyxiant du politiquement correct dans ces cartographies de la vie individuelle et collective. Les mots cherchent l’issue que la réalité barre. Que faire ici-bas ? Comment et pourquoi se prêter au voyage alors que l’oscillation entre rester et partir rythme, pulse le texte intérieur ? Au hasard des rues de Bruxelles, aux abords de la Bourse, des cafés de la gare du Nord, des dieux surgissent, appelant à mettre le feu aux poudres, à soulever une autre nuit, une autre aurore dans le tissu des jours. Continuer la lecture

Bruxelles, terre révolutionnaire

Anne MORELLI (dir.), Le Bruxelles des révolutionnaires de 1830 à nos jours, CFC Éditions, 2016, 340 p., 40 €, ISBN : 978-2-87572-019-1

morelli le bruxelles des revolutionnairesIl est des ouvrages dont on attendait l’émergence, dont on espérait l’advenue, des livres-événements qui comblent un vide dans le champ conceptuel. Assurément, le livre Le Bruxelles des révolutionnaires de 1830 à nos jours que dirige Anne Morelli, publié par CFC Éditions, appartient à cette classe rare d’œuvres intempestives qui secouent les champs de la pensée et de l’action. Remarquablement documenté, doté d’une riche iconographie, ce livre radiographie Bruxelles sous l’angle de son souffle insurrectionnel, révolutionnaire. Par une cruelle ironie de l’Histoire, la ville de Bruxelles porteuse d’un héritage subversif, lieu de rencontre de communards, d’anarchistes, de militants exilés, fer de lance d’un esprit insurgé, s’est retrouvée capitale décisionnelle d’une Europe vassale de l’oligarchie financière. Continuer la lecture

La caserne Dossin, antichambre d’Auschwitz

Laurence SCHRAM, L’antichambre d’Auschwitz. Dossin, Éd. Racine/Fondation Auschwitz de Bruxelles, 2018, 352 p., 24,95€, ISBN : 9782390250067

couverture_155x240_DOSSIN_couverture_lÈopold_155x240Le remarquable ouvrage de Laurence Schram comble un vide dans les travaux d’historiens et dans la mémoire collective en livrant une étude approfondie sur le camp de rassemblement, le SS-Sammellager für Juden, la caserne Dossin à Malines. Dans l’abondante littérature autour de la Shoah, consacrée à l’entreprise d’extermination totale des Juifs d’Europe mise en œuvre par les nazis dans le cadre de la « Solution finale de la Question juive », rares sont les historiens à s’être penchés sur les camps de rassemblement (Dossin en Belgique, Drancy en France, Westerbork aux Pays-Bas, Fossoli à Carpi en Italie…) dans lesquels les Juifs transitaient avant d’être déportés vers Auschwitz-Birkenau ou d’autres centres d’extermination. Le premier à avoir évoqué la caserne Dossin est Maxime Steinberg dont Laurence Schram fut la collaboratrice. Dans ce lieu destiné aux déportés raciaux venus de Belgique et du Nord de la France, 25.628 prisonniers furent enfermés, « 25.274 Juifs et 354 Tsiganes, âgés de 39 jours à 93 ans » et « envoyés de ce lieu à Auschwitz-Birkenau ». La caserne Dossin s’inscrit dans la planification de la Solution finale : elle constitue l’antichambre d’Auschwitz, la zone transitoire avant l’anéantissement. En 1945, des 25.628 déportés, on comptera 1.251 survivants, soit moins de 5 %. Continuer la lecture

Le roman freudien

Lydia FLEM, La vie quotidienne de Freud et de ses patients, Préface de Fethi Benslama, Seuil, 2018, 336 p., 23 € / ePub : 16.99 €, ISBN : 9782021370751

flem la vie quotidienne de Freud et de ses patientsOn mesure toute la nouveauté de La vie quotidienne de Freud et de ses patients à l’occasion de sa réédition plus de trente ans après sa parution. À une époque où les études psychanalytiques étaient placées sous le signe de la théorisation, où l’œuvre lacanienne, son « retour à Freud », imposait sa puissance, ses réorientations —structuralisme, topologie… —, la psychanalyste Lydia Flem fraie une nouvelle approche de l’inventeur de la psychanalyse, de ses avancées conceptuelles, de ses patients, de son époque. Continuer la lecture

Laurence Skivée, l’usage météorologique du langage

Laurence SKIVÉE, L’air est différent, La Lettre volée, 2018, 101 p., 17 €, ISBN : 978-2-87317-507-8

skivee_l air est differentArtiste plasticienne, Laurence Skivée interroge la vie par le dessin, par la photographie, la sculpture, la vidéo au fil d’une attention à ce qui se dérobe, dans une ouverture aux interstices de l’existence. Nul étonnement à voir sa poétique des instants dérobés, sa descente plastique dans les mondes de l’enfance en venir à la forme poétique, gagner le territoire mouvant du verbe. Après le livre d’artiste Je m’emballe (La Lettre volée, 2013), L’air est différent sécrète une écriture-regard acquise au recueillement d’instantanés de l’existence. C’est la mort de proches qui l’a poussée à s’emparer de ce nouveau médium. D’emblée, le texte tisse un lien en intériorité entre expérience de la perte et éclosion du verbe. Comme la photographie, le mot est chargé d’une valence testimoniale, fait pièce à l’oubli, officie un travail de deuil. La forme est celle d’un mouvement en suspens, d’une nuée d’haïkus qui, privilégiant un principe d’économie, entend suggérer la présence au travers de l’absence. Captures de fragments sensitifs, émotifs d’une vie, désubjectivation des personnages pris dans une épure voisine de celle de Beckett, mise en voix d’une tragédie traitée sur le mode minimaliste du « less is more », L’air est différent tournoie autour de moments minuscules, des frôlements imperceptibles de corps qui dansent « sur Fontaine et Trenet ». « Bientôt l’un de nous mourut. N’étaient restées que les cendres » (…) « Nous éparpillâmes tes cendres à Ostende / et le monde partit sur tes traces. / Anonyme Amour ». Continuer la lecture

Histoire du scandale de Jean Claude Bologne

Jean Claude BOLOGNE, Histoire du scandale, Albin Michel, 2018, 304 p., 20,90 €, ISBN : 9782226326584

bologne histoire du scandaleAuteur d’une œuvre importante qui se diffracte en romans, récits (La Faute des femmes, L’Arpenteur de mémoire, Fermé pour cause d’Apocalypse…), en essais (Histoire de la pudeur, Le Mysticisme athée, Histoire du sentiment amoureux, Histoire du couple, Histoire du coup de foudre), Jean Claude Bologne interroge dans son dernier livre la question du scandale. Dans un ouvrage truffé d’érudition, empruntant des chemins inédits, il se penche sur ce phénomène tout à la fois moral, socio-politique, religieux en remontant à ses origines. Il n’est d’intelligibilité de ce fait, saturant notre temps, qui ne passe par une mise en perspective historique. Anthropologiquement, dans toute société, ce qu’on nomme scandale est à l’œuvre sous une multiplicité de formes (en politique, dans la finance, sous la guise des provocations artistiques, sur le plan religieux, dans le domaine sexuel…). Afin de comprendre les scandales qui explosent à l’ère de la surconsommation médiatique — qu’ils touchent les campagnes électorales, les politiciens, les hommes d’affaires, les créations artistiques, les mœurs… —, afin de saisir la portée des lanceurs d’alerte, des femen, il faut en passer par un retour aux sources, par le scandale de Jésus, de la croix, en référer à ceux de Jeanne d’Arc, d’Hernani. Continuer la lecture