Archives par étiquette : Véronique Bergen

Félix Vallotton sous l’œil de Jean-Philippe Toussaint

Félix Vallotton, intimité (s)… et le regard de Jean-Philippe Toussaint, Martin de Halleux, 2019, 80 p., 24 €, ISBN : 978-2-490393-05-3

vallotton intimite jean-philippe toussaintDans cette magnifique édition de gravures de Félix Vallotton, Jean-Philippe Toussaint part sur les traces du graveur, illustrateur, peintre et romancier né à Lausanne  en 1865,  mort à Paris en 1925. Présenté par Katia Poletti, édité par Martin de Halleux (qui a publié l’œuvre de Masereel), le recueil reproduit magistralement la série Intimités ainsi que Les instruments de musique ou encore La paresse, L’assassinat, La nuit. Célèbre par ses gravures sur bois et ses illustrations en noir et blanc, Vallotton réinventa la xylographie, joua sur les contrastes des noirs et des blancs, sans passer par le dégradé. Illustrateur pour La revue blanche, il publia en 1898 une série de dix gravures intitulées Intimités dans un tirage limité à 30 exemplaires. Continuer la lecture

Vincent Poth : la force de l’intranquillité

Vincent POTH, À l’abri de l’abîme, Préface de Philippe Lekeuche, Frontispice d’Yvon Goossens, Taillis Pré, 2019, 98 p., 12 €, ISBN : 978-2-87450-150-0

Que l’aventure poétique ne fasse qu’un avec un enjeu vital, une urgence existentielle, À l’abri de l’abîme, le premier recueil du jeune poète Vincent Poth en témoigne. La force inventive qui sourd de ces textes trempés dans la nécessité du vers provient tout à la fois de leur intranquillité native et de leur soif d’un Ailleurs. Questionnant l’advenue du poème, la matière des mots, À l’abri de l’abîme accorde sa descente dans les abysses au rythme du « vers à venir », au sens où Blanchot parlait du « livre à venir ». S’ouvrant sur une citation de Charles Péguy, deux parties composent le recueil, « Lettre à la mort » et « Transe canadienne ». Les noms des poètes et penseurs tutélaires — Baudelaire, Verlaine, Péguy, Nietzsche — creusent une poésie qui se tient face à la mort, aux puissances du Mal, aux déceptions de la chair, à la trouée de Dieu. Comme l’analyse Philippe Lekeuche dans sa préface, « le poème raconte sa genèse, son origine », son surgissement. Des motifs récurrents — la cendre, les anges, les démons… — convergent vers une possible définition du poète : Continuer la lecture

Étienne Verhasselt. L’absurde comme vérité de l’ordre

Étienne VERHASSELT, L’éternité, brève, Tripode, 2019, 304 p., 22 €, ISBN : 978-2-37055-206-8

Etienne Verhasselt L'éternité brève

Après le très remarqué Les pas perdus (Tripode, 2018), Étienne Verhasselt nous livre un deuxième recueil de nouvelles dont l’oxymore du titre donne le ton. Assemblées en six cycles, elles distordent la condition humaine dans les paradoxes de l’absurde, du nonsense. Le sous-titre du recueil, Éclats du grand foutoir, précise l’enjeu d’une écriture qui, explorant le bordel de l’existence, campe des vies dérapant dans l’amour fou, la démence, la volonté de néant. « Alma » en ouverture construit jusqu’à la déconstruction la scène d’une rupture amoureuse. La passion culmine dans son naufrage. La femme-énigme délaisse son amant qui, comme d’autres personnages des nouvelles, tient de Plume de Michaux. Le réel les agresse. Parmi les vies désaccordées, il y a celle de l’homme qui, pour se sauver de la douleur de la séparation, imagine des séances de cassage de gueule. Motif récurrent, la défaisance des visages s’illustre dans « Mutinerie » par la sédition de visages qui, s’émancipant de leurs propriétaires, poussent à la sécession les autres organes.

Continuer la lecture

Laurent de Sutter. Radiographie du scandale

Laurent DE SUTTER, Indignation totale. Ce que notre addiction au scandale dit de nous, Observatoire, coll. « La relève », 2019, 144 p., 15 € / ePub : 10.99 €, ISBN : 979-10-329-0411-4

Fin limier des mythèmes contemporains, des tropismes des régimes de pensée, Laurent de Sutter démonte la boîte noire du scandale, repérant les mécanismes, les ingrédients qui le nourrissent, les ressources qu’il mobilise. La scène que Laurent de Sutter embrasse avec maestria est celle de notre monde saisi sous l’angle du réflexe de l’indignation qui règne en maître. Les titres des cinq chapitres (Et, Car, Donc, Mais, Ni) qui scandent cet essai d’une haute pyronoésie renvoient à la classe des conjonctions de coordination condensée dans la phrase mnémotechnique « Mais où est donc Ornicar ? » (Rappelons qu’Ornicar est la revue du champ freudien). Délaissant les causes, le « pourquoi » de la propension à l’indignation au profit de son « comment », l’ouvrage analyse ce dont l’indignation est le symptôme, la structure de pensée sur laquelle elle s’appuie. À rebours de l’opinion consensuelle selon laquelle le scandale est affaire de passions, d’affects épidermiques, Laurent de Sutter y lit le surgeon d’une raison butant sur son impasse. Dès lors qu’une équation entre « âge du scandale » et « âge de la raison » est posée, l’appel auquel l’essai nous convie se formule dans les termes d’un « pour en finir avec la raison », ce qui implique de sortir de la spirale du scandale. Cinq affaires récentes, venues d’horizons différents, ayant toutes suscité un tollé mondial servent de points de départ, #MeToo ; le bras-de-fer Tsipras, Syriza/l’Union Européenne ; les caricatures de Mahomet ; Nestlé et l’extraction des eaux de la Strawberry Creek ; la photographie du cadavre de l’enfant migrant Aylan Kurdi, échoué sur une plage. Continuer la lecture

Raoni, gardien de l’Amazonie. Chant pour la vie

Un coup de cœur du Carnet

RAONI, Jean-Pierre DUTILLEUX, Mon dernier voyage, Arthaud, 2019, 220 p., 18 € / ePub : 13.99 €, ISBN : 9782081392434

Raoni Dutilleux Mon dernier voyageLivre-testament, livre de combat avant de tirer sa révérence. Le cacique kayapo Raoni Metuktire qui, sa vie durant, s’est battu pour sauver la forêt amazonienne, soutenir la cause des peuples autochtones, a confié ses mémoires à l’écrivain et cinéaste Jean-Pierre Dutilleux qui, depuis les années 1970, a fait connaître les luttes de Raoni, lui consacrant un film, plusieurs livres. Il semble indécent de ranger cette création au nombre des millions de livres qui s’épandent dans le monde, pour le meilleur et pour le pire. Mon dernier voyage délivre aux Blancs, aux non-initiés, à ceux qui ont tout oublié de l’alliance entre les formes du vivant peuplant la Terre, un ultime message, une sagesse, une vision du monde qui garantit la préservation de ce dernier. Depuis des décennies, relayé par J-P Dutilleux, Sting, le cacique Raoni sillonne le monde pour alerter. Lancer un SOS afin de préserver le poumon vert amazonien menacé par une déforestation galopante que l’élection de Bolsonaro accentue dramatiquement. Continuer la lecture

Christian Coppin. Du Mahabharata à la bombe atomique

Christian COPPIN, Le sel des larmes suivi de Katame fude, Marque belge, 2019, 576 p., 25 €, ISBN : 978-2-39015-032-9

Rassemblés en un volume, deux romans posthumes du cinéaste, écrivain, compositeur-interprète Christian Coppin (1949-2017) paraissent aux Éditions Marque belge. Chants épiques traversés par l’ombre de la mort, Le sel des larmes et Katame fude délivrent des récits initiatiques qui auscultent des événements-clés contemporains sous le prisme des mythologies du monde. Continuer la lecture

Tristan Sautier. Ce qui reste du naufrage poétique

Tristan SAUTIER, Quantième naufrage intérieur, Coudrier, 2019, 42 p., 16 €, ISBN : 978-2-930498-95-9

Tristan Sautier Quantième naufrage intérieur le coudrierQue peut la poésie dans sa toute-puissante impuissance ? Quels rivages lui reste-t-il et au prix de quelle dé-labeur ? Auteur de nombreux recueils poétiques — Corps né sans, Killed by Death, Cinq petites odes… —, d’essais (Le piège du sacré, L’avant-critique suivi de Sur Salah Stétié…), Tristan Sautier place les poèmes de Quantième naufrage intérieur sous l’égide de Jim Morrison et d’Henri Michaux cités en exergue. Mais c’est Rimbaud qui oriente l’aventure poétique en direction de l’ascèse du verbe. Continuer la lecture