Archives par étiquette : nouvelles

Des lieux et des habitants

Pierre BLONDEL, Anderlecht-Molenbeek, L’un et l’autre suivi de Sur la route de Lennik, Préface de François Chaslin, Fourre-tout, coll. « Fonds de tiroirs », 2022, 150 p., 18 €, ISBN : 9782930525259

blondel anderlecht molenbeekArchitecte, ayant à son actif de nombreux logements sociaux à Bruxelles, enseignant à l’École d’Architecture de La Cambre, Pierre Blondel agence deux nouvelles qui, réunies sous le titre Anderlecht-Molenbeek, interrogent son métier, les intrications sociales qui nouent architecture, urbanisme, politique, économie, gestion de l’espace et poésie urbaine. Articulées autour de deux projets immobiliers réalisés par l’auteur et ses collaborateurs dans ces deux communes de Bruxelles (la maison communale à Molenbeek, le complexe de logements, de crèche, de restaurant social à Anderlecht), les nouvelles L’un et l’autre et Sur la route de Lennik interrogent l’imaginaire des lieux, l’évolution des paysages, des styles, des populations à travers le temps, l’arc-de-cercle qui relie l’architecture au passé, au présent et la donne visionnaire qui la projette dans l’avenir. Au travers de personnages que tout oppose — habitants des quartiers, acteurs des projets de construction, pouvoirs publics, spéculateurs immobiliers, comités de quartier…. —, Pierre Blondel retrace des trajectoires humaines et des trajectoires de pierres, des drames sociaux et les nouveaux visages que prend l’urbanisme. Des nouveaux visages architecturaux tantôt accueillis avec confiance, tantôt boudés par les habitants. Continuer la lecture

La vie en rebonds, malgré tout

Stéphanie MANGEZ, Dernières escale avant la lune, Quadrature, 2022, 108 p., 16 € / ePub : 9,99 €, ISBN : 9782931080283

mangez derniere escale avant la luneIl est des jours où l’on est porté à croire que les genres de la nouvelle et du roman n’ont jamais été aussi proches qu’ils ne le sont aujourd’hui. Des romanciers nous livrent des récits juxtaposés, guidés par leur économie propre, lisibles séparément,  alors que des nouvellistes prennent soin de nous offrir des recueils dont les textes sont savamment reliés, voire animés de personnages ou de faits communs. Dans tous les cas, l’on perçoit que la tension qui anime les supports visuels et les canaux de communication modernes gagne aussi une partie de la production littéraire, avec des effets de qualité inégale. Cela se manifeste dans la dynamique des textes, le souci de l’accroche, l’attention donnée au plaisir de la lecture qui trouvent une terreau de choix dans l’univers de la nouvelle. Continuer la lecture

Bestiaire du vivant

Véronique JANZYK, Sachant qu’aucun animal ne nous appartient, Onlit, 2022, 128 p., 17 €, ISBN : 978-2-87560-167-4

janzyk sachant qu'aucun animal ne nous appartientTrouver une chienne en rue qui vous fait replonger en enfance et s’aventurer alors avec cette Douce. Entendre le cri, constater le sac de terreau éventré, découvrir « l’animal ». Saisir le rendez-vous quotidien de l’homme et de l’oie, sur un banc, en bord de lac. S’attarder sur les beaux yeux d’une poule, tenter d’aider un coq, découvrir l’œuf du jour. Réconcilier une fillette avec l’apprentissage de la lecture grâce à des éléphantes, ouvrir la porte à des chats errants, cohabiter sur la même branche pour capturer l’instant, défendre la cause des columbidés. Recueillir Mouchette, la mouette. Croire intensément en l’espérance de vie des hérissons et, plus tard, en bord de mer, en celle d’un goéland. Rencontrer un fervent militant pour les sans voix, toucher des ailes le Champion et le milieu colombophile, accueillir un perroquet et devenir son inséparable. S’organiser pour boycotter le gazage de pigeons et voir, au-delà, des oreilles d’un lapin. Dix-neuf récits où mondes humains et mondes animaux se rencontrent, se superposent, s’entrelacent. Continuer la lecture

Hésiter puisque choisir, c’est renoncer

Un coup de cœur du Carnet

Agnès DUMONT, Je ne dis jamais non, Quadrature, 2022, 122 p., 16 € / ePub : 9,99 €, ISBN : 9782931080269

dumont je ne dis jamais nonHuit nouvelles, huit personnages principaux et une constante : l’introspection. Tous et toutes sont en quête d’eux-mêmes. Alice part en Grèce, sur un coup de tête, sans trop savoir ce qu’elle espère y trouver. Bernard sait ce qu’il cherche, lui : le sens de sa vie… Vaste programme ! Catherine la transparente se serait bien passée de la dernière lubie de son amie Sylvie la fantasque. Mais se pourrait-il qu’elle touche, au sein de ce groupe de parole un rien mystique, à quelque chose qu’elle pensait inatteignable ? Odile manque d’assurance. S’imposer ? Quelle idée ! Ou peut-être est-elle plus discrète que réellement effacée. Au parc, entouré de mamans surveillant leurs enfants, Kevin suscite les interrogations : celles des gens surpris de croiser ce colosse hors de ce qu’ils considèrent être son milieu naturel ; ainsi que les siennes, sur ses motivations à jouer les baby-sitters. Louise, 72 ans, divorcée depuis 10 ans, a flashé sur son kiné. Et qu’importe la récente prothèse de hanche ou l’âge, il était temps d’oser ramener de la couleur dans son quotidien. Quand il a passé les portes de la salle de sport pour la première fois, Max y voyait juste un moyen de perdre du ventre. Il était alors loin d’imaginer l’effet papillon d’une telle résolution. Quant à Alix, elle doit se rendre à l’évidence : elle ne trouvera pas à Bouillon la quiétude nécessaire à sa réflexion. Continuer la lecture

Battements d’ailes

Un coup de cœur du Carnet

Nathalie STALMANS, D’or et de grenat, Samsa, 2022, 226 p., 20 €, ISBN : 978-2-87593-422-2

stalmans d'or et de grenatDe la suite dans les idées ! Le Carnet avait naguère attribué un coup de cœur à Si j’avais des ailes, consacré au séjour bruxellois des sœurs Brontë. Trois ans plus tard, l’autrice-historienne Nathalie Stalmans nous revient avec des insectes ailés, des abeilles, comme héroïnes. On ne plonge pas dans une ruche, il est question de bijoux, d’abeilles « d’or et de grenat » jointes au trésor funéraire du roi Childéric, fils du légendaire Mérovée et père de Clovis. L’histoire d’un trésor ? Oui, de son origine à sa dilution, au fil des mois, des années et des siècles, des pérégrinations et de la prédation. Continuer la lecture

World Wide Web

COLLECTIF, WWW, Ker, coll. « Double jeu », 2022, 208 p., 10 € / ePub : 5,99 €, ISBN : 9782875863324

collectif wwwLien après lien, elle se tisse. Gigantesque, de ses fils invisibles, elle nous retient comme d’insignifiants insectes. Une fois pris, impossible de s’y soustraire, la moindre de nos vibrations émettant des multitudes de signaux qui se répercutent sans que nous en ayons le contrôle. Nous nous y empêtrons, assidus et inconscients : nous cliquons sur une publicité, payons notre électricité, stockons nos souvenirs, matons des séries, créons des avatars, commandons notre prochain salon, consultons nos bilans de santé, réservons une place de cinéma, introduisons nos données personnelles, écrivons aux amis de là-bas et aux connaissances d’ici, souscrivons des contrats, communiquons avec des inconnus, apprenons sur la reproduction des invertébrés, mutualisons les ressources, trollons des forums, animons des réunions, exposons notre vie. Lien après lien, nous la tissons. À la fois piège et dépendance, cette Toile. Continuer la lecture

Sur l’aile des tendresses et des solitudes

Anne-Michèle HAMESSE, Un jour d’été à Central Park, Coudrier, coll. « Coudraie », 2022, 84 p., 18 €

hamesse un jour d'été a central parkMéfiez-vous, le titre du recueil Un jour d’été à Central Park est trompeur. Vous ne voyagerez que très peu au cœur de la « Grosse Pomme ». Ces nouvelles sentent plutôt le parfum du nord, flamand ou bruxellois.

Les gens applaudissent à son passage, dans les tournants son trône vacille, ça lui rappelle les moissons, quand elle parcourt les champs de blé juchée sur un tracteur, dans la foule certains lui lancent des pétales de rose, la rue est jonchée de pétales, la rue sent bon, une odeur de fleurs mûres qui se mêle aux senteurs de bière et de transpiration, c’est la fête, toute la Flandre vit au rythme de la Sainte-Marie, on dirait un tableau médiéval, une grande fête populaire, les gens sont heureux. Continuer la lecture

Le radeau des émotions

Alexandre MILLON, Les heures claires, Murmure des soirs, 2022, 187 p., 22 € / ePub : 14,99 €, ISBN : 978-1-23456-789-7

millon les heures clairesL’auteur du beau 37 rue de Nimy (2019, prix Emma Martin du roman) réalise d’emblée le grand écart. Entre audace et humilité. Dès la couverture, il se place sous l’égide d’un géant, Émile Verhaeren, auquel il emprunte le titre d’un recueil poétique, une épigraphe et, par connotation, un ancrage dans une littérature de cimes. Mais un court préambule vient contrepointer l’élan en affichant l’échec et le doute :

La première version de ce texte s’est effondrée. (…) Je n’avais pas la foi ni le bagage pour attaquer la matière en essayiste, en érudit, en philosophe.  Continuer la lecture

Eau, terre, vent, feu

Un coup de cœur du Carnet

Tristan ALLEMAN, Même les pierres, Traverse, 2022, 208 p., 17 €, ISBN : 978-2-93078-341-3

alleman même les pierresCe sont les quatre éléments, ceux en qui les Antiques voyaient l’origine de l’univers, qui mènent la ronde de ce recueil de nouvelles. L’auteur les y convie en de brefs récits qui s’inscrivent pleinement dans notre modernité. Les personnages qui apparaissent au fil des pages évoluent sous leur empire et sont parfois à leur merci. L’évocation des forces qui étaient invoquées jadis pour décrire la composition de notre monde trouve ici une déclinaison placée sous le signe de la variété. Continuer la lecture

Myriam Leroy n’aime (toujours) pas

Myriam LEROY, Belgiques. Out of office, Ker, coll. « Belgiques », 2022, 123 p., 12 €, ISBN : 978-2-87586-326-3

leroy belgiquesLa collection « Belgiques » des éditions Ker continue d’ausculter, par la littérature et façon mosaïque, les imaginaires de la Belgique. Elle s’enrichit de quatre nouveaux volumes cet automne, parmi lesquels celui que signe Myriam Leroy.

Il y a (au moins) deux manières d’appréhender un recueil de la collection « Belgiques » : pour ce qu’il nous dit de la Belgique telle que la voit son autrice ou auteur, d’une part, et, d’autre part, pour ce qu’il fait au genre de la nouvelle. Continuer la lecture

Nostalgique Belgique

Rose-Marie FRANÇOIS, Belgiques, Ker, coll. « Belgiques », 2022, 118 p., 12 €, ISBN : 9782875863249

francois belgiquesSi la quatrième de couverture annonce que la collection « Belgiques » rassemble des recueils de nouvelles, ce n’est pas le cas pour le présent volume.  Pas de fiction-s en l’occurrence, mais une mosaïque de souvenirs de l’autrice, souvenirs de son enfance, de sa scolarité, de sa carrière de professeure, de « vraie Belge multilingue », de son œuvre, de ses voyages, de ses rencontres.

La Belgique de Rose-Marie François commence en mai 1940 quand, à 6 mois, elle est emmenée avec sa mère et sa tante sur les routes de France par son grand-père.  Dans cette Belgique en guerre, on écoute Radio-Londres, on – des parents, des proches, des voisins – cache des réfractaires à la cave ou dans des granges, on soigne des résistants…. mais il ne faut bien sûr par le dire. Continuer la lecture

Dans  « ma Belgique », il y a « ma belle » et « magique »… 

Grégoire POLET, Petit éloge de la Belgique, Folio-Gallimard, 2022,  115 p., 2 € / ePub : 1,99 €, ISBN : 978-2-07-288599-00
Grégoire POLET, Belgiques – 101 détails, Ker, coll. « Belgiques », 2022, 206 p., 12 € / ePub : 5,99 €, ISBN : 978-2-87586-328-7

polet petit eloge de la belgiqueGrégoire Polet consacre à la Belgique deux ouvrages parus simultanément : le premier à l’enseigne de Gallimard, le second dans la collection « Belgiquese.

Dans Petit éloge de la Belgique, l’éloignement du pays natal pendant plusieurs années a sans doute éclairé d’une lumière nostalgique certains textes. Les épisodes de l’enfance à la Mer du Nord nous valent des pages à la poésie subtile, d’une grâce semblable aux aquarelles de Rik Wouters. Polet y écrit les rêveries d’enfant avec « des mots-voiliers sur l’horizon de la mer ». Continuer la lecture

Visages et figures de la Belgique

Marc QUAGHEBEUR, Belgiques, Ker, coll. « Belgiques », 2022, 108 p., 12 € / ePub : 5,99 €, ISBN : 9782875863300

quaghebeur belgiquesProfitant du climat humide quoiqu’ensoleillé que nous promettait la venue de l’automne, les éditions Ker propulsent sur les tables des libraires une nouvelle pièce de la collection « Belgiques ». C’est Marc Quaghebeur qui en signe le dix-neuvième recueil de nouvelles. Comme Rose-Marie François, Laurent Demoulin, Colette Nys-Mazure avant lui – pour ne citer qu’un échantillon restreint – il applique habilement la consigne de dresser un « portrait en mosaïque de la Belgique » afin de livrer dans un tableau impressionniste le reflet d’une Belgique : la sienne.

La Belgique de celui qui a voué sa vie à la littérature francophone de Belgique semble ne vouloir se laisser découvrir qu’au travers de figures des champs littéraire et artistique du pays. L’ombre d’Abraham esquisse le portrait de Sarah Kaliski (1941-2010) ; Tant de haine nous raconte le dévouement au théâtre et à la recherche de Michèle Fabien (1945-1999) ainsi que sa fascination pour le travail de Pierre Mertens ; Les lisières de l’infini conte l’impertinence du poète Jean-Claude Pirotte (1939-2014). L’empereur Charles Quint prend également la parole dans Avant que le soleil ne se couche. D’autres figures, apparemment anonymes, voient pourtant leur vie décortiquée et leur personnalité exhibée avec tendresse dans Bruxelles… Bruxelles…, On l’appelait meringue, Passés les sables et L’un et l’autre. Aussi apparait-il clairement que chacune des pierres de la mosaïque composée par Marc Quaghebeur est de nature identique. Chaque personnalité provient du territoire de Belgique ou l’occupe. Mystérieuses, elles brillent par la force de leur caractère et la fatalité du destin qui les attend. Enfants d’une époque, elles en portent la marque et les séquelles : l’originalité se découvre au départ des conventions. Continuer la lecture

Enfin de ses nouvelles…

Émile VERHAEREN, Contes de minuit et autres nouvelles, établissement de texte et postface de Christophe Meurée, Impressions nouvelles, coll. « Espace Nord », 2022, 180 p., 9 €, ISBN : 9782875685681

verhaeren contes de minuit et autres nouvellesÉmile Verhaeren est depuis longtemps reconnu comme un des sommets de la poésie belge de langue française. Il faut se replonger dans ses Villes tentaculaires pour retrouver quelque harmonie au tumulte de nos errances urbaines ; il faut réécouter ses rythmes, palper ses images : Verhaeren n’est pas un classique de manuel, il parle à notre époque.

Et voilà que le monstre sacré parvient à dérouter le lecteur, plus d’un siècle après sa mort. On le connaissait poète, on savait ce que la postérité et la bonne intelligence de certains peintres, dont Ensor, devaient à sa plume. Quelques-uns parmi nous avaient entendu parler de son théâtre, sans l’avoir vu joué. Mais peu nombreux de nos contemporains avaient lu ses nouvelles. Cette élite regroupait les érudits, les passionnés, les spécialistes. Comptons dans le nombre Christophe Meurée, qui a mis toute sa science et son bon goût dans l’établissement des textes et dans la postface de l’anthologie qui nous occupe ici. Continuer la lecture

L’évidence des dieux

Un coup de cœur du Carnet

Luc DELLISSE, Parler avec les dieux, Éléments de langage, 2022, 70 p., 14 €, ISBN : 978-2-930710-22-8

dellisse parler avec les dieuxIl est des mots que le pluriel trivialise. La multiplication ne leur sied pas, ils y perdent leur jalouse exclusivité, leur pouvoir absolu. Mais s’appliquant à « Dieu », le pluriel permet de renouer avec une dimension singulière de la divinité : « C’est un sentiment diffus, un rêve, le souvenir d’un rêve ».

Les lecteurs de la poésie et des nouvelles de Luc Dellisse savent le rapport privilégié, amoureux même, qu’il entretient avec l’idée de risque. Ils en feront à nouveau l’expérience, avec un cran d’audace supplémentaire, en suivant le dialogue qu’il ose entamer avec « les dieux ». En païen ? L’étiquette a connu trop de démêlés avec le monothéisme pour être clairement définie, trop de déviances avec un ésotérisme tantôt folklorique, tantôt inquiétant, pour ne pas être disqualifiante. En artiste, alors ? Les artistes ont parfois de grandes difficultés à se quitter des yeux et redoutent que même l’invisible les éclipse. Les dieux sont rarement leur affaire. Continuer la lecture

Enfer, deuxième porte à droite

Éric NEIRYNCK, Hypertextuel, Lamiroy, 2022, 124 p., 14 €, ISBN : 978-2-87595-692-7

neirynck hypertextuelÉric Neirynck publie coup sur coup des recueils de nouvelles, des récits,  des courts romans dont l’épicentre correspond à un irréversible processus d’ensablement, d’étouffement et de perte de soi, ou de ce qu’il en reste. Et pourtant ces textes ne parlent pas d’un monde malheureux mais médiocre, raté, en déconstruction permanente, dont le chantier est à ciel ouvert et où les êtres tombent sans un cri.

De texte en texte l’auteur fore de plus en plus profond cette sorte de sidération que ses personnages ont pour les vies gâchées, le mépris de soi et des autres, surtout des femmes qu’ils prétendent aimer alors qu’ils forniquent sans joie. Ces situations reviennent sans cesse dans Hypertextuel : c’est la chasse aux performances inachevées,  la déréliction permanente , la vodka, les cigarettes, les aubes épuisées et froides et une solitude que l’auteur parvient à nous laisser entendre comme étant finalement une des formes de l’enfer domestique (ce « cauchemar climatisé » dont parlait Henri Miller) qui tord une partie de la population mondiale incapable d’échapper aux injonctions de la moelle épinière pour atteindre un lobe plus ou moins construit du cerveau.  Ce sont, non des désirs, mais des besoins de jouissance immédiate qui manipulent ces êtres de l’instant. Continuer la lecture