Archives par étiquette : Charline Lambert

Vivre, résolument

Un coup de cœur du Carnet

Aurélie William LEVAUX, Justice (pas le groupe), Cambourakis, 2021, 176 p., 18 €, ISBN : 978-2-36624-576-9

levaux justice pas le groupeCe qui était par contre clairement sous contrôle, c’était nous, et il allait falloir un certain temps pour que nous sortions de la torpeur et retrouvions une certaine énergie et foi en l’existence. 

On ne s’ennuie clairement pas en lisant Aurélie William Levaux. Dans la continuité de son dernier livre Bataille (pas l’auteur) paru en 2019 aux éditions Cambourakis, Aurélie William Levaux rempile avec Justice (pas le groupe) aux mêmes éditions. Nous y retrouvons le style très reconnaissable de l’autrice, par ailleurs dessinatrice et plasticienne : souvent de longues phrases entrecoupées de discours indirect libre, un pessimisme et une certaine sauvagerie, des chutes cash et ouvertes. Continuer la lecture

L’aura de Jacques De Decker

COLLECTIF, Je vais promener ma truffe, sous la direction de Claudia RITTER, Marot, 2021, 39,95 €, ISBN : 978-2-9301-1783-6

ritter jacques de decker je vais promener ma truffeÀ l’occasion du premier anniversaire du décès de Jacques De Decker, de nombreux écrivains, artistes, collègues ou proches livrent un puissant hommage à « l’incurable rêveur de lumière » qu’il était. Composé à l’initiative de sa compagne Claudia Ritter, le livre Je vais promener ma truffe se présente comme un « hymne multiforme » où chacune des (180 !) contributions met en lumière une facette de la personnalité de Jacques De Decker. Continuer la lecture

Véronique Bergen : Hélène on the rocks

Un coup de cœur du Carnet

Véronique BERGEN, Icône H. Hélène de Troie, ONLiT, 2021, 19 , ISBN : 978-2-87560-135-3

bergen icone h« Moi, Hélène, moi qui ne suis pas moi, je suis gratifiée d’une illumination. Je me tiens dans la lignée des sentinelles de l’infini, des veilleurs du néant. »

Portrait d’Hélène version « destroy », Icône H. de Véronique Bergen se présente comme un récit polyphonique qui remonte aux origines du mythe d’Hélène de Troie en le télescopant au 21e siècle. Fille de Zeus et de Léda, Hélène a écopé d’une insoutenable beauté et d’une inconcevable liberté qui lui vaut humiliations, violences, insultes et crachats. Elle y serait pour quelque chose, à la guerre de Troie. Qu’incarne-t-elle, véritablement ? Tour à tour, Hélène elle-même, Léda, Clytemnestre, les prétendants, Hermione, Pâris, Ménélas et Electre se pressent à la barre du récit pour sonder et jeter en pâture Hélène devenue icône (souvent en l’apostrophant), elle qui « plaide l’irresponsabilité totale » : « je suis l’insondable, l’irrésistible par excellence ». Continuer la lecture

Corps augmenté

Isabelle WÉRY, Poney flottant, Postface de Charline Lambert, Impressions nouvelles, coll. « Espace Nord », 2021, 250 p., 9 €, ISBN : 978-2-87568-539-1
Un dossier pédagogique est téléchargeable gratuitement

wery poney flottant espace nordCoincée dans un lit d’hôpital par un coma sévère juste rythmé par le bip bip des machines, Sweetie Horn, septante ans et autrice de polar célèbre, voit ses neurones flottants la ramener à son enfance.

Née d’un couple “actif avant le mariage”, petite-fille d’un fermier Angliche fort comme un viking dont elle est bleue (un sentiment mutuel), elle était cette gamine à la langue agile et déboutonnée qui se comportait comme une princesse féroce en son royaume rural. Elle était d’ailleurs persuadée que viendrait vite le jour de ses 12 ans, où on la gratifierait d’un cheval, destrier qui siérait à son rang de conquérante-née. Mais un drame terrible ébranle soudain son monde : son grand-père chéri décède prématurément. La voilà désormais non seulement incapable de grandir, mais surnommée Poney par la Grand-Mère revancharde pour qui elle n’a jamais elle-même éprouvé la moindre compassion. Entre une adolescence aux hormones en pagaille et des moments de désespoir, heureusement qu’il y le cousin Francky et les rêves de la Spagna, où se réinventer semble possible. Continuer la lecture

Archives d’ombre et de lumière

Maxime COTON, Au dos des nuits, Tétras Lyre, 2021, 112 p., 16 €, ISBN : 978-2-930685-58-8

coton au dos des nuits« Quand bien même mes phalanges auraient parcouru mille corps, aurais-je plus baroudé que dans le méandre de nos nuits solidaires, obstinées, qui créent le temps à la mesure de leur minuscule infini ? »

Au dos des nuits de Maxime Coton se présente comme un recueil de poèmes et de notes éparses rythmés par les différents mois de l’année, de décembre à novembre. Le livre (dont la première mouture a obtenu le Prix Robert Goffin 2018) réunit des textes qui se déploient sur une large période d’écriture, entre le 14 octobre 2010 et le 27 novembre 2019 dans différents lieux du monde. Les textes ne sont pourtant pas datés : ce faisant, ils acquièrent dans le recueil une coloration intemporelle. Continuer la lecture

Jean d’Amérique : pulvériser par la lumière

Un coup de cœur du Carnet

Jean D’AMÉRIQUE, Soleil à coudre, Actes Sud, 2021, 134 p., 15 € / ePub : 10.99 €, ISBN : 978-2-330-14889-8

jean d'amerique soleil a coudre« Des lueurs corrosives emprisonnent les bords de ma vie, me rongent jusque dans les profondeurs. Peau livrée au chant des épines, je suis comme enfouie dans un immense labyrinthe et ne sais d’où viendra enfin une brèche pour m’esquisser un horizon. »

Motus et bouche cousue, Tête Fêlée est amoureuse de sa camarade de classe, Silence. Si pour Tête Fêlée et pour Silence cet amour est aussi secret qu’évident, le monde autour l’est beaucoup moins – et c’est avec lui qu’il s’agit de tenter d’en découdre. Le monde autour est peuplé de violence – Beretta dégainés dès la naissance, litres de rhum ou de bières enfilés à la chaîne pour supporter les coups du destin et les frappes de l’autre, liquidations permanentes des êtres et exploitation de la misère de toutes les possibles manières –, violence généralisée que figure, dans Soleil à coudre, le lieu d’un bidonville haïtien baptisé « Cité de Dieu ». Continuer la lecture

Quelque chose « à vivre malgré tout »

Yves NAMUR, Dis-moi quelque chose, Arfuyen, 2021, 14 €, ISBN : 978-2-845-90310-4

 Dis-moi quelque chose
Que je puisse interroger le nuage

L’ouvrir
Le défaire de fond en comble
Le creuser

L’aimer tout simplement 

namur dis moi quelque choseDis-moi quelque chose épouse le calendrier des saisons, leurs cycles, leurs éléments et leurs couleurs. Au sein de chacune d’elles, « quelque chose » est donné à entendre, à espérer. Le poème vient, dans ce recueil d’Yves Namur publié aux éditions Arfuyen, déposer une voix, vibrant au diapason du ténu, de l’incertain, de l’inespéré. Ainsi, dans le « dis-moi », dans cette adresse – à l’autre, au lecteur, à soi-même – qui ouvre chacun des sizains, s’entend l’espoir d’une parole, d’une formulation. Ce dernier constitue autant le noyau que le fil rouge de ce recueil. Continuer la lecture

Captures cristallines

Un coup de cœur du Carnet

Véronique BERGEN, Marie-Jo Lafontaine. Tout ange est terrible, Lettre volée, 2020, 26 €, ISBN : 978-2-87317-565-8

bergen mari-jo lafontaine« À l’heure où, saturé d’images aveugles, le monde se vomit sur lui-même », à l’ère des pullulants et pusillanimes discours sur la « mort de l’art », rarement assiste-t-on au déploiement d’une œuvre consistante qui s’écarte de la mode actuelle – mode très reconnaissable en ce qu’elle est notamment constituée de « nano-cyberfictions », souvent accompagnées de paratextes hyperthéoriques qui ne sont que le pendant hirsute des hashtag autosuffisants et creux. À l’instar de l’artiste Marie-Jo Lafontaine, loin des « thèses qui font de l’art une tribune », Véronique Bergen consacre un puissant essai, sagace et passionnant, aux travaux de l’artiste. L’écrivaine fait émerger le souffle éminemment vital qui irrigue les créations de Marie-Jo Lafontaine ; celui-ci puise et s’inscrit dans le mouvement même de la matière plutôt que dans le territoire de l’abstraction et du simulacre. Continuer la lecture

La SACD et la Scam décernent leurs prix

lambert charline

Charline Lambert, lauréate du prix Littérature

Les sociétés d’auteurs et autrices SACD et Scam ont remis leurs prix 2020 ce 18 mars. Ils couronnent des créatrices et créateurs dans différents domaines artistiques, dont la littérature. Contexte sanitaire oblige, la cérémonie s’est tenue en comité restreint et a été retransmise en ligne. Continuer la lecture

Laurence Boudart écrit sur Martine

Un coup de cœur du Carnet

Laurence BOUDART, Martine. Une aventurière du quotidien, Impressions nouvelles, coll. « La fabrique des héros », 2021, 12 € / ePub : 7.99 €, ISBN : 978-2-87449-858-9

boudart martine une aventuriere du quotidienSacré défi que d’écrire à propos de Martine, cette « éternelle petite fille sage, âgée pour toujours d’une dizaine d’années », entrée dans l’imaginaire collectif dès 1954 au travers du dessin de Marcel Marlier et de l’auteur Gilbert Delahaye, tant elle évolue dans un monde sans aspérité aucune ni n’est dotée d’un quelconque (super-)pouvoir. Laurence Boudart relève ce défi avec brio, dans son essai Martine. Une aventurière du quotidien, publié dans la collection « La fabrique des héros » des Impressions nouvelles. Martine fréquente désormais les mythiques Batman, Barbarella, Sherlock Holmes ou Jack Sparrow. Continuer la lecture

Charbon actif

Gioia KAYAGA, Ensauvagement. Le petit livre de la colère, Maelström, coll. « Rootleg », 2020, 10 €, ISBN : 978-2-87505-373-2

kayaga ensauvagement« Je suis la somme des tourments de mes ancêtres.

Je suis née hantée. Je suis faite de ces nœuds noués serrés dans l’ADN, de toute cette colère qui a cru bon de se taire et qui se bouscule dans mon cœur, dans ma tête jusqu’à y prendre toute la place. »

L’ouvrage de Gioia Kayaga, comme son titre l’indique, est placé sous le signe de la colère. Publié aux éditions maelström dans la collection « Rootleg » qui se propose de publier « des radicaux livres », Ensauvagement se divise en plusieurs sections, dont les intitulés rendent visible un certain fil rouge : « Soufrière », « Magma », « Éruption », « Cendres » et « Lahar et Pouzzolane ». Ce petit livre de la colère délivre une colère incommensurable, avec force charges et sommations à l’encontre de quiconque serait trop paresseux, trop tiède ou trop mou au goût de Gioia Kayaga. L’autrice retrace dans ce livre son parcours émotionnel et personnel, en remontant à l’ADN de ses ascendants et, investie de cette « mission », elle se fait l’héritière et l’héroïne des voix tues. Continuer la lecture

ATDK : des nuées, des nuées d’étourneaux…

Un coup de cœur du Carnet

Anne Teresa DE KEERSMAEKER, Incarner une abstraction, Actes Sud, coll. « Le souffle de l’esprit », 2020, 128 p., 11 €, ISBN : 978-2-330-13726-7

de keersmaeker incarner une abstractionQue reste-t-il, en effet, que nous reste-t-il, lorsque le nihilisme d’une époque se déchaîne ? Je m’interdis de dire qu’il ne reste rien. La chorégraphe que je suis se doit de répondre : il nous reste notre corps. Notre corps nu.

Merveille d’intelligence et de beauté, l’ouvrage Incarner une abstraction, qui a fait l’objet d’une conférence prononcée par la chorégraphe belge Anne Teresa De Keersmaeker au Collège de France le 10 avril 2019, donne à lire l’alliance extraordinaire d’une pensée et de son expression. Ce petit texte donne à entrevoir les soubassements théoriques, esthétiques et sensibles qui président au travail chorégraphique d’Anne Teresa De Keersmaeker au sein, notamment, des compagnies Rosas et P.A.R.T.S., qu’elle a fondées respectivement en 1983 et en 1995. Continuer la lecture

Langue-jerrican et recueil-phénix

Lisette LOMBÉ, Brûler Brûler Brûler, Iconoclaste, coll. « L’Iconopop », 2020, 12 € / ePub : 9.99 €, ISBN : 978-2-37880-167-0

lombé bruler bruler brulerCes jours-là
jours de énième scandale pédophile,
énième bavure policière,
énième féminicide,
énième incident mortel dans une usine,
ces jours-là,
lendemains d’élections, d’attentat, de cataclysme,
ces jours-là,
une lave noire et visqueuse déboule dans ma gorge
et carbonise toutes mes belles petites phrases humanistes
qui me sauvent tous les jours sauf ces jours-là. 

Alors, Lisette Lombé colle. Elle accole trois verbes à l’infinitif : Brûler Brûler Brûler. Davantage qu’un mode verbal très présent dans son écriture, l’infinitif igné figure la démarche de Lisette Lombé, poétesse et grande figure du slam en Belgique. Ce verbe exulte dans ce recueil publié aux éditions Iconopop. Celui-ci réunit, comme en un grand collage, des textes issus des ouvrages Black Words (L’Arbre à paroles, 2018) et Tenir (Maelström, 2019) et il est augmenté de puissants collages d’images en noir et blanc réalisés par la poétesse. Continuer la lecture

Poésie touffue de signes

Jean d’AMÉRIQUE, Atelier du silence, Cheyne, 2020, 17 €, ISBN : 978-2-84116-292-5

jean d'amerique atelier du silenceD’un instant tout possible remué, le poème gravit ses ruines et le ciel reprend besogne à héberger l’opaque. 

Hypallages, paronomases, synchises ou hyperboles : à l’œil du lecteur de poésie averti, les nombreuses figures de style qui habitent le recueil Atelier du silence de Jean d’Amérique n’échapperont pas. Le préfacier de cet ouvrage, Jacques Vandenschrick, recommande pourtant : « Que chacun entame, loin des pédanteries théoriques, sa lecture buissonnière, libre et empathique quels que soient les apparents cahots de la sente. » Qu’à cela ne tienne, arpentons donc l’atelier du silence du poète. Continuer la lecture

Garder en mémoire et mettre en lumière

Un coup de cœur du Carnet

Marianne SLUSZNY, Belgiques. Chemins de femmes, Ker, 2020, 12 €, ISBN : 978-2-87586-256-3

marianne sluszny collection belgiques editions ker couvertureQui étais-je ? J’avais tant de mal à me rassembler qu’il me semblait inconcevable de m’inventer un avenir. La question se posait-elle d’ailleurs ? 

« Hélène, Nicole, Margreet et les autres… Ces femmes belges qui ont vécu la guerre 14-18 et ses suites sont au cœur de ce recueil de nouvelles […] ». Aujourd’hui, en 2020, nous avons certainement, toutes et tous, des souvenirs rapportés par nos grand-mères à propos de leur vécu ou celui de leurs parents durant la Première Guerre mondiale. Des souvenirs inscrits jusque dans la mémoire de nos cellules. Continuer la lecture