Archives par étiquette : Rony Demaeseneer

L’éternité à marée basse

Anne-Marie WILWERTH, encres d’Éric HENNEBIQUE, Ce que le bleu ne sait pas du fragile, Taillis Pré, 2019, 97 p., 14 €, 978-2-87450-142-5

La poésie d’Anne-Marielle Wilwerth semble ici, plus que jamais, voguer à la crête des vagues. Largement inspiré de l’univers maritime dont l’auteure se sent proche, Ce que le bleu ne sait pas du fragile navigue de Charybde en Scylla vers un horizon visible mais indépassable. Sous le signe de la couleur bleue, si chère à l’écrivain-voyageur Nicolas Bouvier ou à Georges Perros dans ses Poèmes bleus, la poésie épurée – presque des haïkus –  suit le rythme lent de l’eau. Elle en épouse  le léger roulis, tangue sur l’océan de l’écriture qui est toujours à reprendre comme on reprend la mer après une escale forcée. Continuer la lecture

« Son Bateau ivre »

Rony DEMAESENEER et Alain MUNOZ, L’habitude (presque) rassurante des départs, Éléments de langage, 2019, 106 p., 15 €, ISBN : 978-2-930710-18-1

Collectionneur passionné de Rimbaud, père d’un Arthur de quatre ans, Rony Demaeseneer bâtit avec ce recueil de fragments, son propre Bateau ivre. Tel celui de Thésée, il le construit avec des souvenirs familiaux épars depuis Prague jusque Bruxelles. Cette ligne de huit cents kilomètres d’Est en Ouest, par-dessus le 50e parallèle, tisse son identité et son récit d’un fil à la fois géographique et généalogique ; de ses grands-parents à son fils, ultime destinataire de ce long poème très dense. Continuer la lecture

De quelques arpents…

Un coup de cœur du Carnet

Célestin DE MEEÛS, Cadastres, Cheyne, 2019, 62 p., 16 €, ISBN : 978-2-84116-264-2

Le nouveau recueil sobre et épuré de Célestin de Meeûs est une vraie réussite ! Une belle surprise, une pépite presque, que les chercheurs d’or littéraire emporteront assurément dans leur besace. Parce que le lecteur-orpailleur est aussi un arpenteur, il emboîtera les pas de l’auteur dans le sillage des volutes de tabac qui semblent ici baliser le chemin à travers les rues des villes. Un itinéraire un peu secret que la poésie de Célestin de Meeûs dévoile par strates, par coupons citadins. Une poésie concrète, de terrain qui nous invite à scruter les lézardes laissées par le temps et les piétinements des voyageurs de passage dans un Occident qui s’épuise, comme à bout de souffle.

Continuer la lecture

La boîte à Mitraque !

Jean-Pierre VERHEGGEN, La Grande Mitraque, préfaces de l’auteur, de Jean L’Anselme et d’André Miguel, Arbre à paroles, 2018, 97 p., 12 €, ISBN : 978-2-87406-678-8

Au moment où reparaît, dans la collection patrimoniale Espace Nord, Gisella, le texte sensible et poignant que le poète a consacré à son épouse décédée, les éditions de l’Arbre à paroles ont la bonne idée de rééditer le premier recueil de Jean-Pierre Verheggen, publié en 1968 chez Henry Fagne. Augmenté de fac-simile des courriers reçus à l’époque en provenance d’auteurs ayant, en quelques sorte, adoubé le jeune poète, cette nouvelle édition célèbre les cinquante ans de ce texte qui marque l’entrée en littérature de Verheggen dans la cour des grands. Les signatures prestigieuses sont éloquentes et ont, sans nul doute, encouragé le poète en herbe à poursuivre dans cette voie burlesque et baroque comme le souligne l’éditeur Henri Parisot. Une voie doublée d’une voix poétique inimitable ! La liste des écrivains qui remercient, de son envoi, le jeune récipiendaire est en effet impressionnante. De Norge à Koenig en passant par Scutenaire ou le plasticien dadaïste Raoul Hausmann, tous semblent avoir reconnu dans ce premier souffle, la vivacité d’une langue singulière et novatrice. En suivant le conseil que lui donna André Miguel, celui de faire parvenir le livre aux auteurs qu’il appréciait, Jean-Pierre Verheggen a marqué, à coup sûr, les esprits ! Continuer la lecture

Balades littéraires sur le canal en été

brussels by water

Cet été, embarquez gratuitement à bord d’un bateau de la société Brussels by Water pour des balades littéraires d’une heure sur le canal de Bruxelles  en compagnie d’écrivains! Animées par l’écrivain, critique et bibliothécaire Rony Demaeseneer, trois balades littéraires sont prévues, les 22 et 29 juillet et le 5 août. Une seule obligation : être à l’heure, le bateau n’attend pas! Continuer la lecture

Un chiffonnier dans la combe

Emmanuel RIMBERT, Pirotte, le pays du hasard, Pierre-Guillaume de Roux, 2017, 163 p., 19€, ISBN 978-2-36371-218-9

rimbert pirotte le pays du hasardS’engouffrer dans les méandres du fleuve Pirotte n’est pas une mince affaire. D’autant que les nombreux affluents qui s’y rencontrent sont là pour égarer, désorienter le plus intrépide des lecteurs. L’enfant terrible de nos lettres, disparu en 2014, ne se laisse pas facilement appréhender. Arpenteur averti de l’œuvre de notre poète-avocat, Emmanuel Rimbert réussit le pari d’aborder le continent Pirotte en musardant à travers les zones troubles de cette géographie bouleversée. Directeur de l’Institut Culturel Français à Skopje, l’auteur, qui a été en poste à l’Ambassade de France à Bruxelles de 2014 à 2017, n’en est pas à son coup d’essai puisqu’on lui doit également un beau livre-enquête, Le chapeau de Barentz, sur les traces du navigateur néerlandais. Continuer la lecture

L’amour et la guerre sous l’herbe qui tremble…

Jan BAETENS, Frédéric COCHÉ (gravures), Faire sécession, L’herbe qui tremble, coll. « D’autre part », 2017, 112 p., 14 €, ISBN : 9782918220602
Luc DELLISSE, L’amour et puis rien, L’herbe qui tremble, coll. « D’autre part », 2017, 119 p., 14 €, ISBN : 9782918220596

dellisse amour et puis rien 1Les éditons L’herbe qui tremble à Paris ont à coup sûr eu le nez fin en choisissant Thierry Horguelin pour diriger leur nouvelle collection baptisée « D’autre part ». Passionné de cinéma et de jazz, ancien libraire, chroniqueur, on le connaît avant tout pour le travail de fond qu’il effectue, avec rigueur, dans le monde de l’édition. Chineur invétéré, grappilleur de pépites littéraires oubliées dans les cales des notes de bas de pages, cet arpenteur livresque qui partage son temps entre Montréal, sa ville natale, Bruxelles et Paris est aussi et surtout auteur. On citera au passage l’un de ses derniers ouvrages, Alphabétiques, objet littéraire et ludique qui témoigne de son attachement à la contrainte oulipienne et qu’ont publié, il y a deux ans, les éditions… L’herbe qui tremble. Tir croisé donc qui aboutit aujourd’hui à la publication des deux premiers livres sous sa direction. Une première salve de qualité puisqu’on retrouve deux de nos écrivains confirmés qui partagent une même densité d’écriture mêlant méticulosité du trait, ironie malicieuse et haute teneur poétique. Continuer la lecture