Enquête post-mortem

Valentine DE LE COURT, Explosion de particules, Bruxelles, Mols, 2014, 272 p., 19,90€/ePub : 13.99 €

de le courtEntourée de ses proches, Juliette s’avance dans l’église Saint-Charles de Suzeril. La chapelle est noire de monde. La jeune femme a toujours rêvé d’un beau mariage. Arrivée devant l’autel, sa photo lui fait face. Quelque chose cloche. Elle se retourne et voit s’avancer un cercueil porté par son frère et ses cousins. Son regard parcourt l’assemblée. Tous sont réunis : parents, oncles, tantes, sœurs, grands-parents, amis, collègues… Tous portent le deuil. Le franc tombe : Juliette assiste à son propre enterrement. Elle n’y comprend rien. Comment est-elle décédée ? Pourquoi ? N’est-elle pas trop jeune ?

Juliette va essayer de comprendre ce qui lui est arrivé en remontant le cours du temps. Un an plus tôt, elle respirait le bonheur. Issue de la noblesse, Juliette retournait tous les dimanches au domaine de Suzeril pour goûter aux joies d’une journée en famille. Malgré les reproches lancinants de sa mère, la jeune femme tenait à cette journée entourée des siens. Juliette n’avait jamais le temps de s’ennuyer la semaine, entre les répétitions à l’Opéra de La Monnaie où elle était violoniste et les soirées mondaines. Son train-train quotidien a basculé le jour où elle a rencontré Marc. Il n’était pas de sa condition, mais qu’importe ! Ils s’aimaient. Elle l’emmenait partout, le présentait à ses amis. Marc s’est rapidement plu dans ce petit monde et s’y est imposé. Ce qui semblait être une histoire d’amour idyllique s’est transformé peu à peu en souffrances et prises de bec incessantes. Juliette encaissait les reproches sans un mot et a perdu toute confiance en elle. Sa joie de vivre a disparu petit à petit. Elle l’aimait. Mais l’amour peut-il tout excuser ? Il faut se méfier de l’eau qui dort. Derrière le visage de chérubin de Marc, se cachent un manipulateur et un pervers narcissique.
Ce premier roman de Valentine de le Court est une agréable découverte. L’auteur qui connaît bien le milieu qu’elle dépeint a agrémenté le récit de succulents portraits. Chaque personnage qui a côtoyé Juliette se voit croqué. Ses manies, ses passions, ses valeurs… tout ce petit monde aristocratique se révèle. Valentine de le Court tient son lecteur en haleine et donne à l’intrigue une tournure quasiment policière.

Émilie Gäbele