Demain ?

Kenan GORGÜN, Détecteur de mes songes, Quadrature, 126 p., 16 €/eBook : 9.99 €   ISBN : 978-2-930538-64-8

gorgun-quadratureQu’en sera-t-il du monde de demain ? Ce recueil de nouvelles de Kenan Gorgün, dont on connaît les préoccupations sociétales et politiques, dresse un état des lieux des dangers qui menacent l’humanité, entendue non pas comme l’ensemble des hommes, mais comme ce qui est au fondement même de l’individu.

Des attitudes et des comportements banals aujourd’hui peuvent dériver si l’on n’y prend pas garde. Par exemple, la communication, « denrée la plus précieuse de notre ère », ne risque-t-elle pas de devenir une marchandise comme une autre, réservée dès lors aux plus riches ? Et comme « ce réseau mondial avait fini par se substituer au monde réel », la majorité des hommes fut littéralement réduite au silence. Chaque nouvelle présente des situations d’après, après un « basculement » insidieux qui n’est que suggéré, mais dont les conséquences pour les individus sont imaginées.

Même si des évolutions techniques sont évoquées, ce n’est pas tant une optique de science-fiction qui fonde la démarche de Kenan Gorgün, mais ce que l’on pourrait appeler de la socio-fiction. Comment les idéologies, les structures sociales peuvent-elles modeler les individus du futur abolissant les valeurs qui fondent aujourd’hui le vivre ensemble ?

Avant tout autre aspect, l’identité est mise en danger. Les nouvelles montrent comment un individu peut être dépossédé de son identité, de ce qui le rend unique. Que ce soit le jeune homme dont les rêves sont fixés sur la bande de la vieille caméra VHS (« Détecteur de mes songes »). Que ce soient les conjoints contraints de se séparer parce qu’ils ne parlent pas la même langue (« La vie en retard »). Que ce soit cet individu anonyme qui est chaque homme et en qui chaque homme est, à la fois israélien et palestinien (« Toute mémoire abolie »). Ou que l’individu soit un poisson dans une nouvelle, « La révolte des poissons », qui résume l’enjeu de la réflexion de Gorgün.

« Toute mémoire abolie » illustre bien la conviction de l’auteur qu’existe une humanité originelle, commune à tous les humains. Mais des distinctions se font jour, parce que l’on naît quelque part à une époque déterminée, et ces distinctions finissent par opposer les individus en fonction de croyances diverses.

Si un sentiment de la catastrophe prédomine, ici et là l’auteur laisse cependant entendre que le souvenir du passé recèle sans doute une issue.

Les sujets des nouvelles sont très différents, de même que le ton de chacune. Par contre, elles partagent une technique narrative qui se révèle très efficace. K. Gorgün commence la plupart des textes par des considérations générales ou des affirmations énigmatiques, que peu à peu le déroulement narratif illustre par des situations bien précisées. Et la chute donne alors un sens concret aux propos initiaux. Cela se révèle particulièrement approprié à l’esprit du recueil.

Joseph Duhamel

Une réflexion au sujet de « Demain ? »

  1. Ping : Le top 2016 (3) | Le Carnet et les Instants

Les commentaires sont fermés.