« Le désordre n’est qu’un ordre différent »

Marie COLOT et Françoise ROGIER, La forêt de travers, À pas de loups, 2021, 40 p., 16 €, ISBN : 9782930787688

colot rogier la foret de travers« Il était une forêt où tout allait à l’envers où les histoires que tu connais se passaient de travers. » Cet incipit contient l’essence de l’album de Marie Colot et Françoise Rogier : il y a l’ancrage dans les contes, le jeu des rimes, l’implication directe du lecteur. On est instantanément happé, tout comme par cette double page où le désordre règne joyeusement : un chat noir fume la pipe confortablement installé sur le chapeau d’un champignon et, au-dessus lui, trois tout petits cochons se prennent pour des trapézistes tandis que le Petit Poucet et ses frères se dispersent le long de branches (poussant vers le bas !) sous l’œil bienveillant d’un dragon observant la scène de son château et sirotant une tasse de thé. L’agitation, la gaité et la vie, telles sont les facettes du début de cette histoire. La Belle au bois dormant virevolte en chauve-souris des airs, le Loup et le Chasseur se déguisent en fantômes complices, la Sorcière peinturlure la nature de petits pois, Blanche Neige cohabite avec sept géants véritables fées du logis, le régime de l’Ogre se compose exclusivement de crudités ; qu’importe, « malgré ce grand désordre, tous vivaient heureux et sans discorde ».

Cependant les couleurs chaudes et les lignes courbes vont laisser place aux teintes froides et aux traits droits le jour où l’inspecteur des histoires parfaites se penche sur le dossier des habitants de ce microcosme enchanteur et s’écrie : « C’est n’importe quoi ! Il faut tout remettre à l’endroit ! » Munis de dossiers et d’instruments de régulation, lui et ses inspecteurs s’attèlent donc à une impeccable remise en ordre : chaque héros à sa taille, dans son rôle, en conformité. C’est ainsi que la discipline et l’ennui s’abattent concomitamment sur La forêt de travers. Reste à savoir si les héros de notre enfance se soumettront aux règles et aux cadres, ou s’ils s’ingénieront à les contourner et les renverser. En bref, l’histoire se terminera-t-elle par l’incontournable « et ils vécurent heureux… » ? C’est tout ce que l’on souhaite à ces personnages éminemment sympathiques et solidaires : une rébellion douce et astucieuse, avec « une sacrée dose d’imagination ».

Dans la lignée de Marcel Aymé et d’autres, Colot et Rogier nous réaffirment, par des formules aux allures de comptines et des illustrations tout aussi dynamiques que souriantes, que tout n’est certainement pas à prendre au sérieux. Avec elles, il était une fois… une belle bouffée de liberté et d’inventivité !

Samia Hammami