Ceejay, le Poète-Monde

Un coup de cœur du Carnet

CEEJAY, Matière noire. Poèmes d’au-delà de la fin, Arbre à paroles, 2022, 314 p., 18 €, ISBN : 978-2-87406-719-8

ceejay matiere noire poemes d au dela de la finMatière noire est un livre posthume, un livre magnifique que nous a laissé Jean-Claude Crommelynck alias Ceejay et que les éditions L’arbre à paroles ont publié presque deux ans après le décès (1946-2020) du poète et de l’artiste. Peintre, sculpteur, graveur, styliste, …ses activités ont été innombrables sur plusieurs continents…

Sa gouaille était à l’égal de sa faconde mais aussi de sa délicatesse. Il savait que tout devait être intense en regard de la brièveté de nos pérégrinations sur terre.

En allant rejoindre cet univers infini des la « matière noire », nous avons soudain conscience que ce titre aurait également pu s’écrire « manière noire », pratique qu’il connaissait comme sculpteur et poète. Cette façon de dégager les figures de l’ombre rejoint bien cette manière noire toute en subtilités et dévoilements.

Sur la moire de l’étang
vogue un fétus de paille
vite happé
par les lèvres gourmandes
d’un poisson argenté
vite rejeté
dédaigneusement
avec dans l’œil
l’éclat fugue fugace mais perçant
désabusé par la fausse joie. 

Ceejay a été très actif : livres, recueils, revues, lectures publiques, ouvrages collectifs… Sa poésie est tellurique, immergée dans la compulsion de la vie qui ne cesse de se jeter contre les murailles de l’ineptie, de la bêtise meurtrière et des funestes actions humaines.

Consumer les brumes sombres des pensées
pour vaincre l’amère écume
et sourire au jour naissant. 

Ce livre, comme toute son œuvre se fonde dans une poésie de l’enchantement, de la révolte contre la violence du monde et, dans le même temps, d’une compassion infinie pour le vivant. Ceejay n’a cessé de croire en l’Homme, en  ce qu’il recèle de contradictions et de subtiles variantes et contradictions, en ce sens il est un Poète-Monde.

Happé par le large
qui m’emporte
me traîne et m’entraîne
loin des horizons
qui sans cesse s’éloignent. 

Ceejay a pour notre humanité errante, souffrante et désarticulée une profonde fraternité, un  sens du collectif, du Tout-Monde, comme l’a énoncé si  fortement le poète et écrivain Edouard Glissant. La matérialité des choses, des hommes est reliée dans des « archipels » de visions, d’expériences et de spiritualités. Sa poésie chante ce monde apparemment morcelé et chaotique dans lequel il voit une même soif d’admiration du vivant.

Ceejay n’a pas écrit des « ci-gît » mais des tombeaux à la lumière de l’espoir intense de rendre le monde habitable par chacune et chacun. Sa lucidité ne l’empêche pas de constater les effroyables atteintes à ce lieu que nous tentons d’arpenter debout.

Cette articulation entre la joie d’être et le deuil des espérances vaines fait la matière même, dialectique et dynamique de son œuvre.
En ce sens, Matière noire se révèle le centre de gravité de tous ses textes. Ce balancement accepté se recentre sur l’Éros et le verbe se fait peau, lieu des douleurs et des plaisirs, vaste nef des incertitudes contagieuses qui nous relient.

Gavés comme on emboque les oies
gorgés du lithium des regrets.
Le torrent du temps s’est accéléré
relativité devenue réalité. 

De plus en plus rapides avides de notre chute
celle où le monde a perdu son paradis
voilà que l’homme paraît
et que vie entière il la rêvera. 

La volonté de la vie est écriture chez Ceejay et nous le saluons encore ici.

Daniel Simon

Plus d’informations

  • Materia prima, un « Bookleg » composé d’extraits de Matière noire, a été réalisé par David Giannoni et l’auteur juste avant son décès. Il a paru aux éditions Maelström (ISBN:978-2-87505-383-1)
  • La fiche de Ceejay