Archives par étiquette : Laurent Robert

Sonnets salés sans moraline…

Un coup de cœur du Carnet

Laurent ROBERT, Sonnets de la révolte ordinaire, Aethalidès, coll. « Freaks », 2020, 141 p., 16 €, 978-2-491517-04-5

laurent robert sonnets de la revolute ordinaireParmi les plaisirs de la littérature, il y a celui de la découverte. Celle de dénicher par exemple un auteur dont on se sent proche immédiatement, au premier coup d’œil, et la surprise de repérer un éditeur que l’on ne connaissait pas encore la veille. Double plaisir donc ici avec ces Sonnets de la révolte ordinaire de Laurent Robert parus chez l’éditeur lyonnais Aethalidès. Une maquette sobre, élégante, un papier de qualité, une typographie aérée et le titre d’une collection – Freaks – qui donne le ton, à la fois insolite et provocateur ! Continuer la lecture

Dans nos archives : la marche blanche

Le 20 octobre 1996, 300.000 Belges défilaient dans les rues de Bruxelles, vêtus de blanc et en silence, à la suite de l’arrestation de Marc Dutroux et des nombreux scandales politico-judiciaires que l’affaire Dutroux a mis à jour. Si la marche blanche a déplacé les foules, elle a aussi fait couler beaucoup d’encre. Le n° 98 (mai-septembre 1997) du Carnet et les Instants consacrait, sous la plume de Laurent Robert, un dossier à la littérature née dans la suite immédiate de l’affaire Dutroux.

Une littérature le plus souvent de circonstance, un peu oubliée aujourd’hui, mais qui témoigne de cette époque pas si lointaine de l’omniprésence de l’ennemi public n°1 – en librairie comme dans les médias ou les conversations. Nous republions ici le dossier dans son intégralité. Continuer la lecture

La geste Zola

Laurent ROBERT, Gorgonzola, Le chasseur abstrait, 2018, 88 p., 15 €, ISBN : 978-2-35554-418-7

Gorgonzola de Laurent RobertAu début on se demande ce qui se passe, on lit et on ne comprend que des « fusées », apparemment, car tout est dans une apparence biaisée dans le Gorgonzola de Laurent Robert. Une apparence fictive. Une apparence fictive. « Gorgonzola » n’est pas un fromage de vache persillé fabriqué dans le Piémont et la Lombardie, mais plutôt une « gorgone Zola »,  une façon de renvoyer les lecteurs à une sorte de sidération devant ce texte composé de 155 tankas, à une expérience de réanimation de soixante-deux  ans de la vie d’Émile Zola et de son époque faite de lutte, de misère, de courage et de son génie.

Continuer la lecture