Archives par étiquette : André Sempoux

André Sempoux s’est éteint

André Sempoux

André Sempoux

Après plusieurs années de souffrance physique courageusement supportée, André Sempoux est mort ce 6 juillet, âgé de 83 ans. Il était connu et estimé à la fois comme spécialiste de la littérature italienne, professeur, écrivain, essayiste et critique littéraire – mais aussi pour ses grandes qualités humaines. Continuer la lecture

Une exposition André Sempoux

sempouxLes Archives et Musée de la littérature consacrent une exposition à André Sempoux, du 13 décembre 2016 au 10 mars 2017. Il s’agit de la première grande exposition consacrée à l’auteur de L’Aubier, de Torquato et de Moi aussi je suis peintre, montée à partir des documents qu’il a légués aux Archives & Musée de la Littérature. Continuer la lecture

Une monographie exemplaire

Ginette MICHAUX, André Sempoux. L’écrit bref : comme givre au soleil, Avin, Luce Wilquin, coll. « L’œuvre en lumière », 2015, 158 p.

510blogAndré Sempoux est un écrivain doublement discret : il investit peu d’énergie dans son image publique et son écriture très concise convient mal aux lecteurs pressés. Poète, nouvelliste et romancier – mais aussi spécialiste renommé de la littérature italienne –, il a pourtant produit en quelques décennies une œuvre sensible, exigeante, profondément originale, saluée par de nombreux critiques et plusieurs prix littéraires. Âgé de 80 ans, il reçoit aujourd’hui un hommage insigne : la monographie que vient de lui consacrer Ginette Michaux, naguère professeure de littérature à l’U.C.L., directrice de la Chaire de Poétique, auteure de nombreuses publications scientifiques dont la postface de Moi aussi je suis peintre, réédité avec d’autres nouvelles dans la collection « Espace Nord » en 1999. Au vu de telles compétences, on aurait pu craindre un ouvrage rébarbatif ou jargonnant. Il n’en est rien. Sans jamais sacrifier au simplisme ou à la facilité, G. Michaux réussit à mettre en lumière les rouages textuels les plus fins, sinon les plus imperceptibles. Quoique psychanalyste, elle ne succombe pas, d’autre part, à la tentation d’expliquer l’œuvre par la vie de l’écrivain, fût-elle inconsciente ; simplement, elle montre en prélude que l’acte d’écrire a pris son départ dans « le sentiment de la faute d’exister », dont il constitue une tentative de résolution. Continuer la lecture