Prix Senghor : deux Belges finalistes

Myriam Leroy (g.) et Odile d'Oultremont (dr.)

Myriam Leroy (g.) et Odile d’Oultremont (dr.)

Le prix Senghor du premier roman francophone et francophile, plus connu sous le nom de prix Senghor, a remis la liste des finalistes de l’édition 2018. La Belgique y est bien avec pas moins de deux romancières. Doté de 2.000 €, le Prix Senghor récompense chaque année un premier roman de langue française chargé d’humanité, d’un langage neuf et faisant preuve d’harmonies originales.

Les finalistes du prix Senghor 2018 

Comme l’année dernière (où Le modèle de Manuel Capouet et Monsieur Origami de Jean-Marc Ceci étaient finalistes), deux Belges figurent dans la sélection finale du prix Senghor.

Odile d’Oultremont ajoute ainsi une nouvelle ligne au parcours très remarqué de son premier roman Les déraisons (L’observatoire). Figurant dans les sélections du prix Orange 2018 et du prix Jean d’Ormesson, Odile d’Oultremont a remporté le prix de la Closerie des Lilas.


Lire aussi : notre recension des Déraisons 


Figure médiatique bien connue, Myriam Leroy est la deuxième représentante belge dans la liste finale du prix Senghor, pour son roman Ariane (Don Quichotte). Le livre a lui aussi connu un beaucoup parcours, puisqu’il était l’un des quatre finalistes du Goncourt du premier roman et qu’il est repris dans les recommandations estivales de l’Académie Goncourt.


Lire aussi : notre recension d’Ariane


Les autres finalistes 2018 : 

L’Ivresse du Sergent Dida d’Olivier Rogez, Passage (France)
Beek ou l’art de la boucherie de Folly K., La Cheminante (Togo)
Des ailes au loin de Jadd Hilal, Elyzad (Libano-palestinien)
Traversée de Francis Tabouret, P.O.L (France)
Vert cru de Touhfat Mouhtare, Komédit (Comores)
Pourquoi les oiseaux meurent de Victor Pouchet, Finitude (France)
Toi aussi mon fils de Jonathan Pedreault, XYZ (Québec)
À la droite du père de Marie Bardet, Emmanuelle Colas (France)
Rouge de soi de Babouillec,Rivages (France)
La femme qui ressuscite : vie d’Anastasia Romanov de Nadia Oswald, Le Nouvel Attila (France)

Le palmarès du prix Senghor

Depuis sa première édition en 2006, aucun Belge n’a encore remporté le prix Senghor.

2006 : L’heure hybride de Kettly Mars et Voleur de sucre d’Eric Dupont (ex-aequo)
2007 : Le cœur des enfants léopards de Wilfried N’Sondé
2008 : Le goût des abricots secs de Gilles D. Perez
2009 : Les carnets de Douglas de Christine Eddie
2010 : Nos silences de Wahiba Khiari et Ici-bas de Bruno Nassim Aboudrar (ex-aequo)
2011 : L’embrasure de Douna Loup
2012 : La nuit du chien d’Olivier Brunhes
2013 : Salone de Laurent Bonnet
2014 : Les absents de Georgia Makhlouf
2015 : Les jardins de consolation de Parisa Reza
2016 : Anguille sous roche d’Ali Zamir
2017 : Le plongeur de Stéphane Larue