Archives par étiquette : Luce Wilquin

Prix des lycéens de littérature pour Michel Claise

Michel Claise

Le prix des lycéens de littérature a livré son verdict ce mercredi 8 mai, au cinéma Palace. Pour cette édition, les 2.300 élèves de 5e et 6e secondaires, représentant une cinquantaine d’écoles de Bruxelles et de Wallonie, ont dû choisir leur lauréat, parmi les 5 romans d’écrivains belges qui leur étaient soumis. Le prix des Lycéens revient à Michel Claise, mais les autres finalistes n’ont pas été oubliés.
Continuer la lecture

Heureux qui comme Schliemann…

Michel CLAISE, La porte des lions, Luce Wilquin, 2018, 276 p., 20 €, ISBN : 9782882535511

Heureux qui comme Schliemann, fit de – très – nombreux voyages et surtout de multiples découvertes qui révolutionnèrent l’archéologie. Voici, grossièrement résumé, le sujet du neuvième livre publié par Michel Claise, indéfectiblement fidèle aux éditions Luce Wilquin.

Mais qui fut cet Heinrich Schliemann, né en Allemagne en 1822 ? Une préface nous explique d’emblée d’où vient le titre du roman, La porte des lions, et le destin exceptionnel de cet homme parti de quasi rien, qui fit fortune dans des affaires multiples en pleine ruée vers l’or américain ou dans la Russie des tsars, après des années d’errance et de misère à Hambourg et Amsterdam. Dès l’entame du récit, Claise s’attache à montrer que les grandes passions trouvent leur source dans l’enfance et, singulièrement en ce qui concerne Heinrich Schliemann, dans les récits que lui faisait son père pasteur à partir de L’Iliade. Il se passionna pour les civilisations anciennes et les langues au point d’en parler près de vingt (!), s’inscrivit sur le tard à la Sorbonne, réussit avec succès une thèse et resta dans l’Histoire comme le découvreur de la ville de Troie ainsi que les trésors de Mycènes. Une préface dont il eût été préférable à nos yeux de faire l’économie car elle nous fruste du plaisir de la découverte précisément. Continuer la lecture

Littérature et faux-semblants

Aliénor DEBROCQ, Le tiers sauvage, Luce Wilquin, 2018, 320p., 21 €, ISBN : 978-2882535528

Après deux recueils de nouvelles chez Quadrature (Cruise Control en 2013, À voie basse en 2017), Aliénor Debrocq se lance avec Le tiers sauvage dans le temps long et de nouvelles eaux, n’hésitant pas à éclabousser quelques-unes de nos certitudes. Continuer la lecture

Quand l’écriture révèle à soi-même et fait rayonner l’Amour…

Un coup de cœur du Carnet

Isabelle BARY, Les dix-sept valises, Luce Wilquin, 2018, 190 p., 19€, ISBN : 978-2-88253-550-4

Mathilde, une journaliste pour un magazine belge, rejoint au Maroc son amie Alicia Zitouni, qu’elle a rencontrée un an plus tôt lors d’un reportage. Ces deux-là ont accroché tout de suite malgré leurs différences : Mathilde est une petite bourgeoise cartésienne coincée par la loi du marché professionnel, tandis qu’Alicia est une cheffe cuisinière lumineuse au passé chaotique, mais qui voit le beau partout. Le prétexte de ces retrouvailles est la notoriété grandissante d’Alicia, qui accepte un article sur elle, uniquement s’il est rédigé par son amie Mathilde, car la machine médiatique la broie un peu trop à son goût. Besoin de bienveillance oblige… Continuer la lecture

Du côté de la vie

Michelle FOUREZ, Elisabeth, en hiver, Luce Wilquin, coll. « Sméraldine », 2018, 114 p., 12 €, ISBN : 978-2-88253-545-0

Michelle Fourez, Elisabeth en hiverDepuis quelques romans déjà (Une famille, Adrienne ne m’a pas écrit…), Michelle Fourez semble s’être donné une ligne d’écriture (comme on dit une ligne de conduite) : explorer la psyché, le quotidien, les humeurs, les relations des femmes qui ont pour compagne la solitude. Des femmes, seules peut-être, seules mais pas exclusivement ; des femmes du côté de la vie. Sans se cacher de ses ratages, de ses douleurs et de ses duretés. Continuer la lecture

De l’art de s’effacer

Françoise PIRART, Seuls les échos de nos pas, Luce Wilquin, 2018, 208 p., 19€, ISBN : 978-2-88253-547-4

Disparaître sans laisser de traces est sans doute un art aussi subtil que celui du crime parfait. Les deux réclament une méticulosité à toute épreuve et surtout une discrétion absolue. Continuer la lecture