Archives par étiquette : Hélice hélas

Retrouvailles avec une famille commune

Un coup de cœur du Carnet

Olivia MOLNAR et Aldwin RAOUL, Atlas des plantes de mauvaise vie, Hélice Hélas, 2023, 72 p., 24 €, ISBN : 9782940700264

molnar atlas des plantes de mauvaise vieL’Atlas des plantes de mauvaise vie est présenté comme un « herbier de l’infra-ordinaire » en écho au travail de Georges Perec. 31 plantes vernaculaires s’y déploient, ayant en commun la  particularité de grandir à l’état sauvage dans les rues de Bruxelles, mais aussi partout dans les villes du Nord de l’Europe. Elles sur-vivent entre les pavés, dans les anfractuosités des trottoirs, sous le béton qui, banalement, nous encercle de toute part. En prenant le temps de s’arrêter sur leurs existences, les artistes Olivia Mornar et Aldwin Raoul s’attèlent à montrer la richesse du lexique dans lequel les plantes apparaissent. Cette richesse est un tremplin pour activer notre imaginaire végétal, et rappeler à notre mémoire les mythes, les histoires et les légendes que les plantes véhiculent. À chaque plante est reliée une recherche minutieuse dans des grimoires, des livres savants et autres trésors les consignant, les protégeant. On y redécouvre que les plantes ne sont pas seulement de mauvaises herbes insignifiantes et invisibles. Elles sont surtout des « compagnonnes discrètes » de l’humanité. Majoritaires sur la planète et il est plus que temps d’en parler, de leur accorder de l’attention et du soin, pour voir le monde autrement, pour déplacer et transformer notre rapport à la ville, à la nature, à l’humanité. Continuer la lecture

D’une exploration

Un coup de cœur du Carnet

Frédéric ROUSSEL, Grand Nord, Hélice Hélas, coll. « Mycélium mi-raisin », 2021, 184 p., 18 €, ISBN : 978-2-940522-97-2

roussel grand nordOn entame la traversée du Grand Nord comme sur des raquettes, précautionneusement, assez maladroitement, en quête de stabilité. On est quelque peu désorienté face à l’étendue poudreuse et l’absence de repères familiers, mais une chose scintille aussi clairement que les cristaux de glace : il faut tracer un chemin, un pas après l’autre, et pénétrer l’immensité. « En haut à droite, un glacier gigantesque, / qui couronne l’archipel. / La presqu’île, en haut à gauche, se prolonge par le cap de la Mélancolie. / Les îles littorales, dans le bas, / ce sont les îles de la Solitude. / Il y a des rivières et des lacs, / innombrables, / le lac du Malheur, / le lac de l’Oubli, / le lac de l’Abandon, pour les principaux. / Il y a des montagnes, aussi. / Comme le Pic des Calamités, / qui culmine à 2358 mètres, / dans la chaîne côtière ». Tel est le paysage aux résonances émotionnelles dans lequel le lecteur-explorateur évoluera. Continuer la lecture

Qu’est-ce qu’il fait, qu’est ce qu’il a, qui c’est celui- là ?

Xavier LÖWENTHAL, Nathan. Roman pornographique et misogyne pour jeune fille, Hélice Hélas, coll. « Mycélium mi-raisin », 2019, 224 p., 20 €, ISBN : 978-2-940522-80-4

« Alors j’ai cogné ; de toutes mes forces. Du bout de ma chaussure, j’ai déplacé sa tête pour voir son visage et le sang ». C’est l’incipit du premier chapitre de Nathan qui ne compte que sept lignes… Ce meurtre obscur, sans doute accidentel et dont on ne saura rien de plus sinon qu’il est considéré comme raciste, Nathan se l’impute sans aucune certitude à ce propos. Question ironique à se poser : n’est-ce pas somme toute accessoire en regard de son style de vie d’une rare incorrection? Celui d’un jouisseur, sexiste et désinvolte, figure centrale de cet opus effrontément sous-titré « roman pornographique et misogyne pour jeune fille ». Normal quand on s’avise que l’auteur n’est autre que Xavier Löwenthal, véritable couteau suisse de la subversion créative : auteur, dessinateur, enseignant, théoricien de la BD, fondateur des éditions « La cinquième couche » et féru de détournements (dont ceux, notamment du Maus de Spiegelman ou des Schtroumpfs). Continuer la lecture