Archives par étiquette : chroniques

Les raisons de la colère

Lucie MAHIEU, Il nous faut drainer la colère, Academia, 2021, 224 p., 18 €, ISBN : 978-2-8061-0571-4

mahieu il nous faut drainer la colereLucie Mahieu, l‘autrice, est coordinatrice d’une maison d’accueil pour adultes à Mons. On y croise des personnes en grande précarité, de celles qui ne rentrent plus dans aucun créneau d’aide classique et qui se trouvent le plus souvent sans logement. Il nous faut drainer la colère, échos de la maison d’accueil Saint Paul rassemble des articles qu’elle a écrits au cours des vingt dernières années et qui ont été publiés dans le bulletin de liaison de son institution. Continuer la lecture

Yves Depelsenaire : chroniques des états du monde

Yves DEPELSENAIRE, La vie anecdotique. Carnets d’un blogueur épisodique, Lettre Volée, 2018, 256 p., 25 €, ISBN : 978-2873175153

De nos jours, l’écrit pullule, du moins sous les formes que génère le net. La question est moins celle d’une lettre qui arriverait tant bien que mal à sa destination que celle de l’écriture comme rencontre, comme incise dans le tissu du symbolique. Psychanalyste, membre de l’École de la Cause freudienne, enseignant à la Section clinique de l’Institut du Champ freudien de Bruxelles, auteur d’essais (entre autres Une analyse avec Dieu, Un musée imaginaire lacanien parus à La Lettre volée) et de nombreuses contributions sur la clinique analytique, Yves Depelsenaire place l’écriture de ses chroniques sous l’angle d’une rencontre avec le réel. Continuer la lecture

Au pays d’Alain

Alain BERTRAND, Jardin botanique, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, coll. « Espace Nord », 2015, 158 p.

Jardin botanique | Espace NordParu en 2013, ce recueil de récits sillonne le territoire belge et en définit les contours en une géographie personnelle aux accents pourtant collectifs. Structurée en trois temps, portant chacune le nom d’une des trois régions et rassemblant quatre textes, résolument intimiste et convoquant de nombreux souvenirs, cette flânerie sentimentale nous parle de temps qui ne sont plus, ceux d’avant l’air bag et des cafés enfumés, dans le tourbillon de virées aux blagues irrévérencieuses que ponctue l’exploration sans fin des breuvages trappistes. Continuer la lecture