Archives par étiquette : Jean-Claude Pirotte

Jacques Bonnaffé lit Jean-Claude Pirotte

Avec « Jacques Bonnaffé lit la poésie », France Culture offre à ses auditeurs, du lundi au jeudi, cinq minutes de lecture poétique quotidienne – et un voyage dans des textes du monde entier et de toutes les époques. À l’occasion de la parution dans la collection « Poésie » de Gallimard d’un réédition d’Ajoie de Jean-Claude Pirotte, Jacques Bonnaffé a consacré quatre émissions successives au poète belge. Continuer la lecture

Un chiffonnier dans la combe

Emmanuel RIMBERT, Pirotte, le pays du hasard, Pierre-Guillaume de Roux, 2017, 163 p., 19€, ISBN 978-2-36371-218-9

rimbert pirotte le pays du hasardS’engouffrer dans les méandres du fleuve Pirotte n’est pas une mince affaire. D’autant que les nombreux affluents qui s’y rencontrent sont là pour égarer, désorienter le plus intrépide des lecteurs. L’enfant terrible de nos lettres, disparu en 2014, ne se laisse pas facilement appréhender. Arpenteur averti de l’œuvre de notre poète-avocat, Emmanuel Rimbert réussit le pari d’aborder le continent Pirotte en musardant à travers les zones troubles de cette géographie bouleversée. Directeur de l’Institut Culturel Français à Skopje, l’auteur, qui a été en poste à l’Ambassade de France à Bruxelles de 2014 à 2017, n’en est pas à son coup d’essai puisqu’on lui doit également un beau livre-enquête, Le chapeau de Barentz, sur les traces du navigateur néerlandais. Continuer la lecture

Jean-Claude Pirotte : un carnet et des instants

Jean-Claude PIROTTE, Traverses, Cherche midi, 2017, 96 p.,14 €/ePub : 11.99 €   ISBN : 978-2-7491-5467-1 ; Jean-Claude PIROTTE, Jours obscurs, Cherche midi, 2017, 188 p., 18€/ePub : 14.99 €   ISBN : 978-2-7491-5100-7

pirotte-jours-obscursParaissent conjointement Traverses et Jours obscurs, deux œuvres posthumes de Jean-Claude Pirotte, conçues en majeure partie en 2010 et 2011 entre Jura suisse et mer du Nord. Le « peintre-écrivain » connaît alors une période de dépression (au sens géologique, précise sa compagne, la romancière et essayiste Sylvie Doizelet à qui l’on doit la publication de ces deux textes étroitement solidaires). Continuer la lecture

« Il y a » toujours du Pirotte dans l’air…

Jean-Claude PIROTTE, Didier CROS (ill.), Il y a, Landemer, Motus, coll. « Pommes Pirates Papillons », 2016, 10,40€

pirotteLe lecteur qui comme nous, depuis la publication de La pluie à Rethel, aura mis ses pas dans les sillons argileux de l’écriture de Jean-Claude Pirotte, sera sans doute touché par ces derniers mots écrits quelques semaines avant sa disparition en mai 2014. Réunis par les éditions Motus, ces trente-trois quatrains à la facture faussement naïve s’adressent d’abord aux jeunes lecteurs fidèles à la collection Pommes Pirates Papillons. Illustrés par les monotypes du peintre Didier Cros dont l’univers d’ailleurs inspirait l’illustrateur qu’il était aussi, les poèmes de Pirotte rassemblés ici résonnent comme autant de comptines rimées. Trente-trois stations d’une Cavale (La Table ronde, 1999) dont l’ensemble résumerait, en condensé, les thèmes qui courent à travers l’œuvre dense, du Mont Afrique (Le Cherche Midi, 1999) à l’exil d’Un été dans la Combe (La Longue Vue, 1986). Continuer la lecture

Vendanges de la mémoire

Un coup de coeur du Carnet

Jean-Claude PIROTTE, Le silence, Paris, Stock, 2016, 96 p., 18 €/ePub : 8.99 €

pirotteLivre posthume de Jean-Claude Pirotte, disparu en 2014, Le silence est d’une rare éloquence pour exprimer l’univers de cet artiste, peintre et romancier, dont les œuvres se nourrissent d’une vision poétique omniprésente. Et pour qui la réalité du monde n’est vivable qu’à travers ce filtre voué non pas à l’embellir, mais à la transcender dans un imaginaire lui conférant sa véritable substance et, finalement, sa seule légitimité. C’est du reste l’obscure révélation de  la nature véritable de la poésie qui l’aura saisi comme une ivresse et comme une mystique dont celle du vin ne serait pas le vecteur, mais le reflet à la fois subsidiaire et opérant.  La poésie… « Je l’ai rencontrée sans trop le savoir, peut-être comme l’ermite soudain se trouve devant son dieu ». Quant au vin, il est aussi garant de la fraternité dont ce petit livre rayonne. Fraternité avec le monde et avec les compagnes et compagnons qui en fixent le décor et lui donnent son âme. « Car boire seul n’est pas notre affaire » ou encore « Notre indifférence au réel n’a d’égale que notre attention passionnée aux images entrevues  dans une lumière soudaine, qui est peut-être celle que diffusent les éclats troubles du vin bourru ». Continuer la lecture