Archives par étiquette : guerre

De sang et d’encre

Frédéric SAENEN, Drieu la Rochelle face à son œuvre, Gollion (Suisse), Infolio éditions, 2015, 200 p., 24,90 €

Pierre Drieu la Rochelle fait partie de ces auteurs (à juste raison) dont on ne peut prononcer le nom ou aborder les écrits sans précautions. La polémique sur ses années fascistes, son adhésion au Parti populaire français de Jacques Doriot se ravive régulièrement, comme lors de la sortie, en 2012, du volume de la Pléiade consacré à ses Romans, récits, nouvelles. Toujours, avec les écrivains de la collaboration, la question de la qualité et de la pertinence de l’œuvre se pose de façon plus aiguë que pour les autres. Ainsi, l’on peut se demander si celle de Drieu, depuis longtemps éditée en poche, adaptée au cinéma, a sa place si haut dans le panthéon de la littérature française. Continuer la lecture

La guerre d’Espagne racontée à mon neveu

Alain MUNOZ, D’ailleurs, Bruxelles, Habeas Corpus, 2015, 56 p.

munozPublié chez Habeas Corpus (altercomix), label bruxellois indépendant de bande dessinée fondé par Alain Munoz (voir alainmunoz.blogspot.be), D’ailleurs est une bande dessinée petit format en noir et blanc qui évoque avec pudeur et sensibilité un page douloureuse de l’histoire européenne du XXe siècle. Continuer la lecture

Le monde se reflète dans une goutte d’eau

Un coup de coeur du Carnet
Émilie GÄBELE

cottonSix jeunes parcourent la ville à la recherche de l’amour, d’un travail, du bonheur, du plaisir, du réconfort… Chacun à leur tour, par couple ou seul, ils nous racontent leurs déboires sentimentaux, leurs pulsions, leur soif de changement, leur envie de meurtre parfois. Continuer la lecture

Et au bout de l’exil?

Philippe BEHEYDT, Stéphanie MANGEZ et Emmanuel DE CANDIDO, Exils 1914, Carnières, Lansman, coll. « Théâtre à vif », 2014, 46 p., 10 €

 

beheydt_duhamelLa commémoration de la Grande Guerre met largement l’accent sur les souffrances des combattants et de la population, que ce soit dans les discours officiels, les livres et revues d’histoire, les ouvrages de fiction. On insiste cependant moins sur les « dégâts collatéraux », selon une terminologie héritée d’un autre conflit. Les profonds bouleversements sociaux qu’a entraînés la guerre ont plongé des individus dans des situations où leur destin leur échappait, où par la force des choses ils ont été amenés à faire des choix qu’ils croyaient être les bons et à se retrouver finalement parmi les perdants. On parle ici de situations tristement banales d’individus eux aussi banals. Continuer la lecture