Archives par étiquette : Mardaga

Les yeux et les voix des guerres

Jean-Paul MARTHOZ, En première ligne – Les journalistes au cœur des conflits, Préface de Pierre Hazan, GRIP-Mardaga, 2018, 272 p., 17,90 € / ePub : 14.99 €, ISBN : 978-2-8047-0410-0

Professeur de journalisme dans l’enseignement supérieur et chroniqueur au Soir, Jean-Paul Marthoz est à la fois journaliste de terrain et théoricien d’un métier dont il s’évertue à éclairer la vraie nature, la légitimité et la déontologie. Vaste tâche pour laquelle il enchaîne de nombreux ouvrages dont le dernier explore un sujet bien d’actualité et largement ouvert à la controverse : le rôle du journaliste « en première ligne, au cœur des conflits ». On n’oublie pas les images colportées,  par le cinéma en particulier,  du « reporter de guerre » dictant son papier gorgé de bruit, de fureur, mais aussi de simples rumeurs ou d’échos incontrôlés de la presse locale, confortablement installé devant son whisky sur la terrasse d’un grand hôtel international, ou celle du baroudeur plus avide de photos choc que soucieux de tenter une analyse réfléchie sur la situation d’ensemble, et dont le seul objectif consiste à « bercer » d’émotions fugaces et lucratives les lecteurs de son journal, éventuellement avec la bénédiction non désintéressée de sa direction. Au-delà de ces clichés, l’auteur élabore une typologie très fine de ces passeurs de l’information, ces yeux et ces voix des guerres, hommes ou femmes, confrontés à des contextes hautement périlleux et souvent d’une telle complexité qu’ils requièrent autant de sens critique et d’impartialité par rapport aux événements que de capacité à évaluer avec lucidité les dangers encourus. Continuer la lecture

En quelques mots

Marie THIBAUT DE MAISIÈRES, Simon NAJM (coord.), Chrétiens d’Orient, mon amour, Mardaga, 2018, 274 p., 34.90 €, ISBN : 9782804706494

Les éditions Mardaga viennent de publier un livre à la fois témoin et militant, tenant du reportage d’actualité et du journalisme de fond,réalisé par 46 auteurs et 2 photographes et paru sous le titre générique« Chrétiens d’Orient ».

Continuer la lecture

Prenons les zébrures du bon côté !

Sam.B.SAM, Hello de la planète zèbres, LiLys, 2017, 132 p., 11€, ISBN : 978-29308482-11
Sophie BRASSEUR et Catherine CUCHE, Le haut potentiel en questions, Mardaga, 2017, 199 p., 29.90€, ISBN : 9782804704094

sam hello de la planete zebresOn les appelle surdoués, HPI ou « zèbres » : les enfants avec un haut potentiel intellectuel font le bonheur des libraires qui reçoivent chaque mois de nouveaux livres de psychologues et autres spécialistes du sujet. Dans Hello de la planète zèbres, c’est Sam.B.Sam, un garçon de onze ans, qui nous raconte le quotidien d’un enfant différent, son expérience de petit zèbre en manque de repères, ses difficultés face aux incompréhensions des gens. Un livre à glisser dans toutes les mains des enfants HP pour qu’ils se sentent moins seuls, et dans celles de leurs parents pour que, peut-être, ils comprennent un peu mieux comment on se sent avec des zébrures. Continuer la lecture

Une ode sans fin à la beauté

Alfred Blondel. Sculpteur dans l’âme, Mardaga, 2016, 239 p., 45 €, ISBN : 9782804703134

blondelIl est rare – et captivant – de partager le parcours d’un artiste, de ses premiers pas à la découverte de sa voie, à la maîtrise, l’accomplissement de son talent.

Le livre-album Alfred Blondel nous en offre avec éclat l’occasion.

Grandi dans une famille ouverte aux arts, qui compta des personnalités marquantes en Anna Boch et son frère Eugène, artistes, mécènes et collectionneurs, grand-tante et grand-oncle d’Alfred, il commençait cependant sa vie professionnelle dans le domaine de l’économie, aux États-Unis. Continuer la lecture

« Quelques petits torts » : Verlaine en Belgique

Un coup de coeur du Carnet

Bernard BOUSMANNE, Verlaine en Belgique. Cellule 252. Turbulences poétiques, Mardaga, 2015, 340 p., 45 €, ISBN : 9782804702618

verlaine en belgiqueLit-on les catalogues d’exposition ? À la rigueur on les achète, dans un geste expiatoire, une fois que, après de multiples procrastinations de la visite, l’événement s’avère bel et bien terminé. On le feuillette alors, on s’en veut d’avoir manqué ça, bon sang, que cela avait l’air intéressant ! Puis on le range dans le rayon « beaux livres » de la bibliothèque et on l’y laisse s’empoussiérer. Continuer la lecture