Archives par étiquette : Rivages

L’autogestion de la vie affinée

Raoul VANEIGEM, Contribution à l’émergence de territoires libérés de l’emprise étatique et marchande. Réflexion sur l’autogestion de la vie quotidienne, Bibliothèque Rivages, 2018, 185 p., 15.90 € / ePub : 10.99 €, ISBN : 978-2-7436-4536-6

L’effondrement des valeurs anciennes – patriarcat, autorité, discipline militaire, célébration du sacrifice – a permis que se dégage de la nuit et du brouillard suscités par leur chute une reviviscence de ces aspirations humaines que les assauts de la barbarie n’ont jamais entamées durablement : solidarité, entraide, alliance avec la nature, autonomie, gynocentrisme. 

Voici un demi-siècle, le Traité du savoir-vivre à l’usage des jeunes générations (Folio éd.) de Raoul Vaneigem en même temps que La société du spectacle (Folio éd.) de Guy Debord marquaient l’irruption fracassante du situationnisme dans la pensée contemporaine. À la fois radicales (anticapitalistes et anticommunistes), prémonitoires (de Mai 68), banalisées (et impuissantes : la dénonciation de la « société du spectacle » est devenue un poncif de toute déclaration « culturelle », mais qu’un Jacques Rancière permet de dépasser), critiquées (même par un Claude Lefort : « parade », « passion du mot d’ordre », « logique de l’affect » égale à celle « du concept ») et pourtant intactes, ces publications peuvent-elles devenir un événement pour une pensée (in)actuelle ? Continuer la lecture

Un prix pour Bernard Quiriny

Bernard Quiriny

Bernard Quiriny ©Julien FAURE/Leextra

L’île aux livres, salon du livre de l’île de Ré, a créé cette année un nouveau prix littéraire : le prix L’Île aux livres/Palais-Royal vient de naître. C’est un auteur belge, Bernard Quiriny, qui remporte cette première édition. Son prix lui sera remis lors du salon du livre. Continuer la lecture

Laisse pas béton

Un coup de cœur du Carnet

Bernard QUIRINY, L’affaire Mayerling, Rivages, 2018, 271 p., 20 € / ePub : 14.99 €, ISBN : 978-2-7436-4228-0

Quiriny_L'Affaire Mayerling_couv« Je rêve d’une subversion généralisée, d’une révolution universelle contre le béton. » Cette affirmation de Braque, un des protagonistes du roman, « sensible à la laideur du monde, et à la beauté des destructions », résume le propos de Bernard Quiriny : le béton, compris comme l’archétype des moyens de constructions modernes, défigure le paysage urbain à tel point qu’on peut, plus ou moins raisonnablement, lui prêter des intentions malveillantes. Le roman est une dénonciation de l’architecture et de l’urbanisme contemporains ainsi qu’une réflexion sur le rapport des humains à leur habitat. Continuer la lecture

Faire sa fête à la fiction

Un coup de coeur du Carnet

Bernard QUIRINY, Histoires assassines, Paris, Rivages, 2015, 240 p., 18 €/ePub : 12,99 €

quiriny_marchalC’est un Quiriny sacrément en forme qui revient à la nouvelle, le format qui l’a fait connaître, et qui lui réussit si bien – même s’il est presque aussi juste de dire que Bernard Quiriny réussit bien à la nouvelle. Continuer la lecture