Archives par étiquette : Bernard Antoine

Le prix des bibliothèques de la Ville de Bruxelles pour Bernard Antoine

Bernard Antoine

Bernard Antoine

Le prix littéraire des bibliothèques de la Ville de Bruxelles récompensera cette année Bernard Antoine pour son roman Pur et nu paru aux éditions Murmure des soirs.

Il succède à Marcel Sel, primé en 2017 pour son premier roman Rosa (ONLiT). Continuer la lecture

Le Top 3 de Thierry Detienne

La rétrospective de l’année littéraire belge avec le Top 3 des chroniqueurs. Aujourd’hui : le choix de Thierry Detienne.


Lire aussi : la fiche de Thierry Detienne


Continuer la lecture

Le Top 3 de Philippe Remy-Wilkin

La rétrospective de l’année littéraire 2018 par les chroniqueurs du Carnet et les Instants. Aujourd’hui : le Top 3 de Philippe Remy-Wilkin.

Continuer la lecture

Le Top 3 de René Begon

La rétrospective de l’année littéraire belge avec le Top 3 des chroniqueurs. Aujourd’hui : le choix de René Begon.


Lire aussi : la fiche de René Begon


Continuer la lecture

Le prix Saga Café pour Bernard Antoine

Bernard Antoine

Bernard Antoine

Bernard Antoine a reçu le prix Saga Café pour son premier roman, Pur et nu (Murmure des soirs). Il succède à Marcel Sel, couronné en 2017 pour Rosa (ONLiT). Continuer la lecture

Une plongée passionnante dans les années de plomb

Un coup de cœur du Carnet

Bernard ANTOINE, Pur et nu, Murmure des Soirs, 2018, 435 p., 22 €, ISBN : 978-2-930657-41-7

À Bruxelles, le journaliste Thomas Holmer apprend que son père Egide, ancien grand reporter, est mort d’un infarctus dans les bras de sa maîtresse, Ana Raïtchev. Dans les affaires de son amant, celle-ci découvre des lettres : une pour elle, une autre adressée à Thomas et la troisième à une certaine Alessia. Qui est Ana ? D’où vient-elle ? Qui est Alessia ? Quelles relations unissaient Alessia et Egide ? Telles sont les questions qui se posent au début de Pur et nu, le premier roman très maîtrisé de Bernard Antoine. Les réponses relèveront de l’Histoire, car le livre met en relation le présent de Thomas et Ana et le passé complexe de la génération précédente, dont il s’ingénie habilement à tisser les relations à travers le temps. Continuer la lecture