Archives par étiquette : Diagonale

La fabrique du roman

Un coup de cœur du Carnet

Les motifs de Laurent Mauvignier. Entretiens sur l’écriture avec Pascaline David, Diagonale, coll. « Grands entretiens », 2021, 177 p., 18 , ISBN : 978-2-930947-04-4

david les motifs de laurent mauvignierNé à Tours en 1967, Laurent Mauvignier est considéré comme une valeur sûre des éditions de Minuit, dont on connait à la fois la grande exigence qualitative et le profil anti-académique à la Beckett. Voici quelques années, il participe à une lecture-rencontre à l’Université de Namur où il est écouté avec vif intérêt, notamment par Pascaline David, laquelle apprécie la sincérité avec laquelle il évoque son expérience personnelle de la création. Philosophe de formation, elle a créé en 2014 les éditions Diagonale avec Ann-Gaëlle Dumont et projète de lancer une collection d’entretiens sur l’écriture littéraire. Ainsi entreprend-elle de lire tous les livres de Mauvignier et tous les articles parus à son sujet, avant de mener avec lui plusieurs journées de vidéo-conférence. La transcription faite, s’ensuit un va-et-vient de réécriture – pas moins de quatre versions en deux mois ! Car l’écrivain s’est piqué au jeu : il veut apporter à ce livre de dialogues autant de soin qu’à la confection de ses romans, élaguant par ci, précisant par là, s’efforçant que la formulation rejoigne au plus juste le complexe de certitudes et d’incertitudes qui l’anime. La structure générale en onze parties fait elle aussi l’objet d’une attention particulière, de même que la relance questions/réponses. Disons-le tout net : Pascaline David – qui a publié en 2020 une autre série d’entretiens avec Jérôme Ferrari – a pris là une initiative méritoire et l’a menée à bien avec un soin hors pair. Continuer la lecture

Balance ton père !

Francisco PALOMAR CUSTANCE, Le fils du matador, Diagonale, 2021, 233 p., 18,50 , ISBN : 978-2-930947-02-0

custance le fils du matador« Rodrigo grimpait à toute vitesse la pente qui le conduisait au cimetière. Tout droit vers la proue du navire. L’éperon prétentieux qui surplombait les jardins et l’ensemble des logements sociaux (…). »

Le jeune garçon (onze ans) s’apprête à réaliser un happening oscillant entre délinquance et affirmation : peindre en rouge Ferrari une tombe visible depuis chez lui. Ses multiples incartades le mettent au ban de la société du coin, de l’école, de la famille ? Le héros de notre roman n’en a cure. Seul lui importe de devenir un jour matador, comme son père et son grand-père. Et peu lui chaut d’être doué pour le dessin ou le chant. Être matador ou rien. D’où l’école buissonnière, le cimetière transformé en arène, un chien ou un engin de fortune adaptés pour jouer les taureaux. Continuer la lecture

Éloge de la fiction

Les mondes possibles de Jérôme Ferrari. Entretiens sur l’écriture avec Pascaline David, Actes Sud et Diagonale, 2020, 176 p., 18 €, ISBN : 978-2-330-12442-7

En portant son choix sur Jérôme Ferrari, Pascaline David (co-fondatrice de la maison d’éditions namuroise Diagonale associée à Actes-Sud pour cette publication) se montre particulièrement avisée non seulement pour braquer les projecteurs « en direct » sur un auteur majeur d’aujourd’hui, mais aussi pour mettre en lumière les enjeux de la fiction romanesque et susciter en tout cas la réflexion sur les conditions de sa légitimité et sur son rôle spécifique. Durant plus d’une semaine passée en Corse -la terre natale de l’écrivain – Pascaline David l’a confronté à un questionnaire serré, méthodique et pertinent pour activer une recherche nourrie par une connaissance approfondie de son œuvre. Il apparaît au fil de la dialectique de l’écrivain et philosophe – à qui l’on doit notamment Le principe, Le sermon sur la chute de Rome (prix Goncourt 2012), Un dieu un animal, ou plus récemment Á son image (Prix du journal Le Monde et Prix Méditerranée) – que l’ouvrage constitue aussi, en filigrane de professions de foi littéraires bien marquées et assumées, un outil à mettre utilement entre les mains de tout candidat à l’écriture romanesque et à la fiction signifiante. Bien entendu, pour l’intéressé, il ne s’agit nullement de distribuer des recettes, mais surtout de faire entendre que l’écriture de ses romans est soumise à une double exigence. Elle pourrait se définir en somme par deux maîtres-mots : intégrité de la démarche et cohérence interne. Bref, écrire vrai : Je ne peux pas écrire quelque chose en quoi, d’une certaine manière, je ne crois pas. Je sais bien que c’est de la fiction, mais en même temps, il faut que j’y croie. Il faut que j’y croie parce que sinon pourquoi irais-je l’écrire ? Continuer la lecture

Prix littéraires : des Belges finalistes

Capouet-Modèle

Alors que les sélections pour les prix littéraires d’automne ne cessent de tomber, plusieurs Belges figurent à ces places d’honneur, avant – qui sait? – de rafler l’un ou l’autre prix. Plusieurs jeunes auteurs ont ainsi été reconnus par le jury du Prix littéraire de la vocation et par celui du Prix Senghor du premier roman francophone.  Continuer la lecture

De la vie qui se consume à feu doux

Daniel CHARLEZ d’AUTREPPE, Autour de la flamme, Diagonale, 2017, 180 p., 16 €, ISBN : 978-2-960132-18-2

charlez d'autreppeLa flamme autour de laquelle on lit, c’est la vie. Celle de Georges, le narrateur qui nous livre quelques moments clés de son existence, des moments empreints de questions existentielles. Adolescent en devenir au chevet de son grand-père mourant ; étudiant à la découverte du monde du travail dans un cadre peu épanouissant ; adulte aux côtés d’un ami gravement malade qui, sous une épée de Damoclès, tire un bilan peu flatteur de son passé ; et enfin vieillard en fin de parcours, narrant en détail l’agonie de l’ombre de lui-même. Continuer la lecture

Jacques-san au pays des légers changements

Manuel CAPOUET, Le modèle, Diagonale, 2016, 250 p., 17.50€/ePub : 9.99 €   ISBN : 978-2-960132-16-8

capouetJacques, jeune chercheur en climatologie bruxellois, débarque à Tokyo, une ville qui lui évoque « une cité obscure de Schuiten et Peeters qui engloutit ceux qui osent s’y aventurer ». Ses seuls repères sont les convinis, petites échoppes de quartier où il se sustente en bière et repas bon marché. Déboussolé par les conventions sociales – ses collègues japonais semblent tous régis par une hiérarchie immuable – et confronté aux subtilités d’une langue qu’il ne maîtrise que partiellement, il est tenu par le professeur Nishimura de trouver rapidement un sujet de thèse. Continuer la lecture

Être femme de Kaboul

John HENRY, Quand les ânes de la colline sont devenus barbus, Diagonale, 2015, 18.90 €/ePub : 9.99 €, ISBN :  978-2-9601321-2-0

henryDepuis un peu plus d’un an, le paysage littéraire belge s’est enrichi d’une nouvelle maison d’édition, Diagonale, dont la particularité est de se consacrer à la publication de premiers romans et au lancement de jeunes auteurs prometteurs. Le nouveau venu dans cette belle et remarquable entreprise se nomme John Henry. Il nous propose Quand les ânes de la colline sont devenus barbus, un roman grave et sincère, aux aspects poignants, qui parle d’identité et de sacrifice, de rêve et de douleur, qui parle de la folie des hommes. Un roman bien d’actualité surtout par son évocation de cet islam radical qui nous heurte tant et du terrorisme des barbus barbares exporté jusque chez nous, en Belgique. Continuer la lecture

Comment devient-on un tueur?

Un coup de coeur du Carnet

Damien DESAMORY,  La vie en ville,  Namur, Diagonale, 2015, 316 p., 17 €/ epub : 9,99 €

desamory_cottonPremier roman du trentenaire bruxellois Damien Desamory, La vie en ville est aussi le premier ouvrage publié par la toute jeune maison d’édition Dialogue, vouée à la découverte de nouveaux talents littéraires. Un choix largement justifié par un ton et un style à la fois simple, imagé, personnel et marqué par un humour subtil. Continuer la lecture