Légende, magie, créatures et esprits de la nature

Alexandra STREEL, Anienda et les sept prayeurs (tome 2), Rebelle, 2021, 238 p., 17.65 € / ePub : 4.99 €, ISBN : 9782365388832

streel anienda et les sept prayeursAlexandra Streel nous donne à lire une histoire fantastique qui sera publiée en 4 tomes pour les jeunes lecteurs de 9 à 12 ans. Il est difficile d’aborder les aventures du héros dans le tome 2 sans évoquer les bases mises en place dans le 1er volume, par lequel nous allons faire un petit détour… Continuer la lecture

La vie, toutes affaires cessantes

Jean-Louis SBILLE, Sergent-chef Massamba, Lamiroy, 2021, 128 p., 12 €, ISBN : 978-2-87595-417-6

sbille sergent chef massambaA priori, les deux personnages  qui animent ce roman n’auraient jamais dû se rencontrer. L’un est producteur de séries télévisées et il revient à Bruxelles d’un voyage d’affaires. Il s’apprête à rejoindre son amante ukrainienne pour une soirée torride. L’autre, un vieil Africain qu’il prend tout d’abord pour un sans-papier, arrive aussi dans la même gare. Le premier est aux prises avec un pneu crevé sous une pluie torrentielle et ne sait que faire. Le second empoigne d’autorité le cric et change la roue en quelques minutes. En merci de quoi il lui est proposé de le véhiculer à l’adresse bruxelloise où il se rend et qu’il tient griffonnée sur un papier froissé. Continuer la lecture

Vive la dissolution !

Marcel MOREAU, Julie ou la dissolution, Roman, Impressions nouvelles, coll. « Espace Nord », préface de Carl Norac, postface de Corentin Lahouste, 2021,196 p., 8,5 €, ISBN : 978-2-87568-536-0

moreau julie ou la dissolutionPublié en 1971, il y a près de 50 ans donc, chez Christian Bourgois, le roman Julie ou la dissolution n’a pas pris une ride et pour cause puisque ce récit entraîne lecteurs et lectrices dans une expérience existentielle quasi universelle à partir d’une réalité relativement banale. À la suite de son personnage, nous sommes entraînés dans des interrogations sur ce que nous sommes, ce qui nous lie aux autres, le sens de nos actes, des interrogations plus charnelles, sensuelles, provocatrices que rationnelles ou cartésiennes. Continuer la lecture

Dans les pas d’André Sempoux

André SEMPOUX, Dévoration et Torquato, Lectures par Ginette Michaux, Sablon, 2020, 206 p., 13 €, ISBN : 978-2-931112-04-5

Double réédition bienvenue de deux textes du poète et romancier André Sempoux qui nous a quittés voici un an et demi : Dévoration et Torquato… Si les deux romans procèdent d’une époque et d’une inspiration bien différentes, un élément commun pourrait les relier : l’empreinte majuscule et possiblement castratrice du père sur la destinée du fils. Dans Dévoration, au cours d’un voyage et au fil de deux lettres adressées à son amant, un homme, tout en évoquant leurs souvenirs, lui révèle enfin ce que fut le poids sur sa vie, comme sur leur vie commune, d’un secret toujours bien gardé en lui. Celui d’un père collaborateur des nazis durant la Seconde Guerre et promis à un poste ministériel dont la Libération devait forcément l’éloigner sans ruiner ses convictions délétères. Réfugié en Normandie avec Ingrid, sa jeune maîtresse, il vit des retraits opérés sur un capital placé en Suisse. Retraits assurés chaque année par son fils, empoisonné par cette mission clandestine qui le « dévore » à l’égal du secret honteux dont elle est indissociable. Tout comme de la soumission imposée par la fatalité à l’emprise létale d’un père dont le sang bat dans ses propres veines et qui, pour l’heure, est tout proche de la mort. Continuer la lecture

Un colloque autour du fantastique belge

colloque humour ironie

Les universités Extremadura (Cáceres, Espagne) et Marie Curie-Sklodowska (Lublin, Pologne) organisent un colloque virtuel les 28 et 29 avril autour du thème l’école belge de l’étrange « Humour, ironie et subversions dans l’école belge de l’étrange ». Continuer la lecture

Le Musée Maurice Carême en visite virtuelle

Maison Maurice Carême

Maison Maurice Carême

Situé à Anderlecht, le Musée Maurice Carême est l’une des maisons d’écrivain qui parsèment le territoire belge. Dans le contexte actuel, visiter les lieux est devenu particulièrement compliqué. C’est pourquoi le Musée propose désormais des visites virtuelles.  Continuer la lecture

Captures cristallines

Un coup de cœur du Carnet

Véronique BERGEN, Marie-Jo Lafontaine. Tout ange est terrible, Lettre volée, 2020, 26 €, ISBN : 978-2-87317-565-8

bergen mari-jo lafontaine« À l’heure où, saturé d’images aveugles, le monde se vomit sur lui-même », à l’ère des pullulants et pusillanimes discours sur la « mort de l’art », rarement assiste-t-on au déploiement d’une œuvre consistante qui s’écarte de la mode actuelle – mode très reconnaissable en ce qu’elle est notamment constituée de « nano-cyberfictions », souvent accompagnées de paratextes hyperthéoriques qui ne sont que le pendant hirsute des hashtag autosuffisants et creux. À l’instar de l’artiste Marie-Jo Lafontaine, loin des « thèses qui font de l’art une tribune », Véronique Bergen consacre un puissant essai, sagace et passionnant, aux travaux de l’artiste. L’écrivaine fait émerger le souffle éminemment vital qui irrigue les créations de Marie-Jo Lafontaine ; celui-ci puise et s’inscrit dans le mouvement même de la matière plutôt que dans le territoire de l’abstraction et du simulacre. Continuer la lecture

Jeux de la Francophonie : appel à candidatures

jeux de la francophonie

Les 9e Jeux de la Francophonie se dérouleront à Kinshasa du 19 au 28 août 2022. Un appel à candidatures est lancé pour constituer la délégation d’artistes qui représentera la Fédération Wallonie-Bruxelles. Parmi les domaines concernés : la littérature, et plus particulièrement la nouvelle. Les candidatures sont attendues pour le 14 mai 2021. Continuer la lecture

Une rue à soi

Lydia FLEM, Paris Fantasme, Seuil, coll. « La Librairie du XXIe siècle », 2021, 544 p., 24 €/ ePub : 16.99 €, ISBN : 9782021470031

flem paris fantasmeLa rue Férou est une petite rue parisienne, d’une dizaine d’immeubles à peine. Elle va de la Place Saint-Sulpice au Jardin du Luxembourg. Sise aux confins de Saint-Germain-des-Prés métamorphosé en marché du luxe, elle échappe à la marchandisation et au tourisme international, bien que les roulettes des valises des voyageurs Airbnb y résonnent parfois. Travaillée par des questions existentielles (« Qu’est-ce qui donne le sentiment d’être chez soi quelque part ? D’habiter tout à la fois son corps, sa maison et le monde ? »), Lydia Flem, auteure de l’inoubliable Comment j’ai vidé la maison de mes parents, dans son dernier livre, Paris Fantasme, consacre à cette venelle une réflexive et inventive promenade historico-littéraire. Continuer la lecture

Un été brûlant et poignant

Jacques CELS, Le cloître de sable, Névrosée, coll. « Les sous-exposés », 2020, 328 p., 16 €, ISBN : 978-2-931048-46-7

cels le cloitre de sableLa lumière et la chaleur rayonnent, en ce bel été, sur la cité balnéaire Delvester. Tout y respire le plaisir de vivre, l’insouciance chatoyante. Pourtant…

À La Méridienne, la vaste demeure où l’esthète et collectionneur d’art Stéphane Varlamov accueille à bras ouverts amis et connaissances, sous l’atmosphère animée, chaleureuse, perce une interrogation : où est passé le journaliste Arnaud Flairoux, qui séjournait ici depuis deux mois, tout sourire, et, du jour au lendemain, a disparu ? Continuer la lecture

De la caricature au roman graphique : l’émergence d’un genre narratif en constante évolution

Un coup de cœur du Carnet

Alexis LÉVRIER et Guillaume PINSON (dir.), Presse et bande dessinée : Une aventure sans fin, Impressions nouvelles, 2021, 380 p., 28 € / ePub : 28 €,  ISBN : 978-2-87449-838-1

presse et bande dessinee une aventure sans finVoici un ouvrage passionnant, richement documenté et illustré, à propos du 9ème Art, qui, dès l’origine, se voit lié à une nouvelle culture du regard et de l’image. Sous la direction scientifique de deux éminents spécialistes de l’histoire de la presse et de la culture médiatique, différents chercheurs abordent le sujet en trois chapitres : La bande dessinée, un art du journal ; Les petits aventuriers du quotidien ; Fictions d’actualité et reportages dessinés. Une substantielle bibliographie et les notices des auteurs complètent l’ensemble. Les contributions offrent une compréhension historique et analytique, des origines à aujourd’hui, d’un art qui trouve sa source dans la civilisation du journal et de la presse au 19e siècle. Continuer la lecture

Le peintre et le justicier

Yves VASSEUR, Vincent van Gogh. Questions d’identité, Fonds Mercator, 2020, 160 p., 29.95 €, ISBN : 978-94-6230-263-1

vasseur van goghD’une présentation luxueuse – format généreux, papier de qualité, mise en page soignée, iconographie impeccable –, le livre d’Yves Vasseur est difficilement classable. Ni biographie, ni essai au sens strict, proche du « journal de fouilles » des archéologues, il réunit les récits de quatre enquêtes distinctes dont le commun dénominateur est Vincent van Gogh. La première concerne un portrait photographique longtemps considéré comme celui du peintre à l’âge de treize ans : à la suite de longues et minutieuses recherches, l’auteur démontre qu’il s’agit en fait de Théo, le jeune frère de Vincent, révélation qui a déjà causé un vif émoi dans le landerneau. L’enquête suivante porte sur deux dessins signés VG et représentant de vieilles maisons à Cuesmes. Retrouvés dans un grenier en 1958, ils sont authentifiés peu après, ce que conteste de façon très argumentée Y. Vasseur, pour qui le dilemme reste entier. Troisième investigation, à propos du tableau Marguerite à l’harmonium qui aurait été abandonné par van Gogh après avoir été gâché accidentellement, puis réparé par Paul Gachet fils ; mais celui-ci s’est rétracté ultérieurement, non sans avoir peint lui-même la scène. La quatrième enquête s’attache à une photo de groupe en fête provenant d’une collection new-yorkaise, et au dos de laquelle est imprimée la mention VINCENT VAN GOGH. Malgré l’insistance du propriétaire, et après avoir tenté en vain d’établir la plausibilité de l’évènement, l’auteur conclut par un démenti – avant de jeter le doute sur le revolver rouillé avec lequel van Gogh se serait suicidé, et qui fut vendu chez Drouot pour 162.500 euros… Continuer la lecture