Archives par étiquette : Presses universitaires de Liège

François Jacqmin « paysan perverti par l’écriture »

Un coup de cœur du Carnet

Cahiers François Jacqmin, n° 1, Presses Universitaires de Liège, 2019, 110 p., 13 €, ISBN : 978-2-87562-225-9

L’importance et la singularité de la voix poétique du Liégeois François Jacqmin (1929-1992) ont été à maintes reprises soulignées sur le blog du Carnet et les instants. Les voici définitivement consacrées avec la parution, aux Presses Universitaires de Liège, d’une première livraison de Cahiers tout entiers dédiés à la mémoire de l’auteur des Saisons et du Manuel des agonisants.


Lire aussi : La poésie à Liège : d’Izoard et Jacqmin à nos jours (C.I. 194)


Continuer la lecture

La bande dessinée abstraite

Aarnoud ROMMENS, Benoît CRUCIFIX, Björn-Olav DOZO, Erwin DEJASSE & Pablo TURNES (dir.), Abstraction and Comics. Bande dessinée et abstraction, Presses Universitaires de Liège et Cinquième couche, coll. « ACME », 2019, 2 vol., 452 p. et 444 p., 36 €, ISBN : 978-2-39008-039-8

Qu’en est-il de la bande dessinée dite abstraite ? Quels sont ses ressorts historiques, sémiotiques ou formalistes ? Le très beau coffret de deux volumes, Bande dessinée et abstraction, rassemble des contributions et des créations originales qui explorent la grande variété de l’abstraction en bandes dessinées. L’abstraction doit-elle être comprise dans le sens qu’elle a pris dans l’histoire de l’art, en peinture ? Peut-on dire qu’elle définit un tournant moderniste touchant les arts visuels alors que, ab initio, depuis l’origine de l’art, la tendance à l’abstraction est présente ? Les opérateurs identifiant une BD expérimentant l’abstraction varient en fonction des théoriciens : là où Ibn Al Rabin nomme abstraction le non-figuratif, Andreï Molotiu la resserre autour de l’éviction de la narration. Les créations du collectif WREK avec l’artiste-graveur Olivier Deprez, celles de Pascal Leyder, Frank Vega, Berliac, Francie Shaw, Ilan Manouach et bien d’autres jouent la carte de la tension, du dialogue non mimétique avec les textes. L’irruption de quelques planches abstraites dans une BD ou la construction d’œuvres graphiques entièrement soutenues par l’abstraction modifient le « régime scopique du spectateur » (Jacques Dürrenmatt). Continuer la lecture

Le thriller métaphysique, genre majeur

Antoine DECHÊNE et Michel DELVILLE (dir.), Le Thriller métaphysique. D’Edgar Allan Poe à nos jours, Presses universitaires de Liège, coll. « Clinamen » n°3, 160 p., 2016, 20 €

dechene.jpg« La première valeur essentielle de l’histoire policière réside dans ce qu’elle est la plus ancienne et la seule forme de littérature populaire où est exprimée un tant soit peu la poésie de la vie moderne ». Cette phrase, écrite par le romancier G.K. Chesterton, date de 1901… À l’époque, il se trouvait bien peu de critiques pour s’aventurer à penser et à théoriser le genre littéraire emblématique de la culture de masse, par définition trivial. Et qui aurait pu imaginer que le thriller, en plus de déborder sur les terrains du social, de l’idéologique, de la morale,  pourrait jamais acquérir une dimension métaphysique ? Continuer la lecture

Les noces d’Eros et de Polis


Jacques DUBOIS (dir.), Sexe et pouvoir dans la prose française contemporaine, Presses universitaires de Liège, coll. « Situations », 224 p., 24,30 €

cfdJacques Dubois, professeur émérite à l’Université de Liège, homme de culture et de littérature, a réuni autour de lui une belle équipe de chercheur.e.s pour traverser, de Marcel Proust à Emmanuel Carrère, la littérature française des vingtième et (déjà) vingt-et-unième siècles autour d’un double thème, particulièrement fécond : l’érotique et le politique. Deux termes qu’on préférera à ceux du titre, Sexe et pouvoir, car si ceux-ci sont plus racoleurs (pornographiques), ils s’avèrent moins riches d’ouvertures, de dialectiques, de jeux, de possibilités romanesques (donc critiques). Continuer la lecture