Archives par étiquette : lecture

On peut être heureux quand on a dix-sept ans !

Un coup de cœur du Carnet

Vincent CUVELLIER, Le plus mauvais livre du monde, Nathan, coll. « Court toujours », 2020, 64 p., 8 €, ISBN : 978-2-09-259282-3

cuvellier le plus mauvais livre du mondePaul prend la route… Contrairement au bouquin qu’il trimballe, le récit de ses aventures est un texte savoureux.

Établi à Bruxelles, Vincent Cuvellier est l’auteur de près de nonante ouvrages : albums, romans, BD, récits à caractère autobiographique… Dans Je ne suis pas un auteur jeunesse (Gallimard-Jeunesse, 2017), un texte aux allures de manifeste, il déclarait : « Une des raisons pour lesquelles j’écris pour les enfants, c’est que souvent, je n’aime pas la manière dont on me parlait à moi quand j’étais môme. J’essaie donc de bien parler aux enfants. Leur parler simplement mais de tout. Aucun tabou ». Cette liberté qui a valu à l’auteur d’éclatantes réussites – la série Émile cartonne chez Gallimard –, on la retrouve évidemment dans son dernier roman, Le plus mauvais livre du monde, pour le plus grand bonheur des lecteurs. Continuer la lecture

« Lire et faire lire » : un colloque sur la lecture des 6-12 ans

colloque lire et faire lire

Dans le cadre de la Foire du livre de Bruxelles, le colloque « Lire et faire lire » – « Des lecteurs singuliers pour des livres pluriels » s’interrogera sur la lecture des 6-12 ans. Le colloque est destiné aux professionnel.le.s du livre et de l’éducation. Les inscriptions sont ouvertes et les places limitées. Continuer la lecture

Nul ne peut confiner l’écriture

Tanguy HABRAND, Le livre au temps du confinement, Impressions Nouvelles, 2020, 144 p., 14 € / ePub : 7.99 €, ISBN : 978-2-87449-817-6

Loin des indigestes journaux de confinement qui ont accompagné la Covid-19 comme son ombre, loin de l’avalanche d’essais plus ou moins éclairés, se contentant le plus souvent de surfer sur la vague de l’opportunisme, dans Le livre au temps du confinement, Tanguy Habrand analyse avec brio les impacts de la crise covidienne sur la chaîne du livre. Davantage que s’en tenir à une radiographie des manières dont l’industrie du livre a fait face, s’est adaptée (ou pas) au confinement, Tanguy Habrand appréhende la crise sanitaire comme un révélateur, un « analyseur » écrit-il, des champs du monde culturel, plus largement du monde socio-politique. La pandémie posée en « analyseur institutionnel » a permis de mettre à nu le fonctionnement de la république du livre. Continuer la lecture

L’arche des livres

Un coup de cœur du Carnet

Jean JAUNIAUX, L’ivresse des livres, Préface de Jacques De Decker, Zellige, coll. “Vents du Nord”, 2020, 160 p., 16 €, ISBN : 978-2-9147-7394-2

jauniaux l'ivresse des livresParler du livre aujourd’hui semble  un passage obligé pour celles et ceux qui en ont été nourris à l’âge des grandes constructions, cela revient souvent à évoquer une biodiversité de l’esprit qui se traduit souvent en termes d’ « ensauvagement »… Cet acte de lire si simple apparemment mais si éminemment complexe et périlleux serait de l’ordre de la fureur (nous y sommes actuellement en Fédération Wallonie-Bruxelles), du plaisir permanent, du jouir à pleines pages. Continuer la lecture

Lettres ou ne pas être

Amélie NOTHOMB, Les aérostats, Albin Michel, 2020, 180 p., 17,90 € / ePub : 12.99 €, ISBN : 978-2-226-45408-9.

L’image est formidable : livres et littérature sont des zeppelins.

— Ils prennent feu facilement, non ?
— Oui.
C’est un autre problème de l’aérostat, qui en a décidément beaucoup : fragile, cher, encombrant. Mais c’est si beau, ces baleines volantes, silencieuses et gracieuses. Pour une fois que l’homme invente quelque chose de poétique ! Continuer la lecture

Lire des livres belges cet été avec l’ADEB

La crise sanitaire qui a frappé la Belgique comme le reste du monde est devenue une crise économique. La culture est, avec l’Horeca, le secteur le plus touché. Le monde du livre n’échappe évidemment pas à la morosité générale. C’est pourquoi l’ADEB (Association des éditeurs belges) lance plusieurs actions pour dynamiser la lecture de livres belges à l’approche de l’été. Continuer la lecture

Le grand jeu de lire

Daniel SIMON, Positions pour la lecture. Promenades lectures-écritures-ateliers, Couleur livres, 2019, 140 p., 14 €, ISBN : 978-2-87003-901-4

Bien rares sont les auteurs qui sortent tout armés de leur écriture première. La plupart tournent en rond interminablement. Ils effectuent des rites de passages, sacrifient aux idoles du jour, et suivent des pistes qui débouchent sur des sources taries. Soit qu’ils croient que la littérature est de la musique, soient qu’ils pensent qu’elle est un témoignage vécu, ils n’échappent pas aux apparences, c’est-à-dire à la répétition.

Il est pourtant tout simple de remarquer que la littérature est une vision, soutenue par une langue intime, et happée par l’amour de la vérité. Pour en faire l’expérience personnelle, il suffit d’explorer quelques-unes de ces îles au trésor qu’on appelle les chefs d’œuvre. Continuer la lecture

Enseignement : formation « Stratégies de lecture : de l’acte de lire à l’envie de lire »

Le Service général des Lettres et du Livre organisera le 15 février 2019, en marge de la Foire du livre de Bruxelles, une formation intitulée « Stratégies de lecture : de l’acte de lire à l’envie de lire ».  Cette formation, intégrée au programme des formations en interréseaux organisées par l’IFC (Institut de la formation en cours de carrière), s’adresse plus particulièrement aux enseignant-e-s du secondaire inférieur. Il est recommandé de s’inscrire rapidement sur le site de l’IFC, car le nombre de places est limité à 12. 

Continuer la lecture

La lecture entre parenthèses

Un coup de cœur du Carnet

Jan BAETENS, Milan CHLUMSKY (photos), La lecture, Les Impressions Nouvelles, 2017, 74 p., 12€, ISBN : 978-2-87449-460-4

baetens la lectureLa liberté du lecteur a quelque chose de désarmant, justement parce qu’elle est illimitée, inconditionnelle. Partant de deux tableaux d’Henri Fantin-Latour ayant pour titres La Lecture et réalisés respectivement en 1870 et 1877, Jan Baetens poursuit, dans ce nouveau recueil, son questionnement sur les liens qui unissent, de manière parfois souterraine, le texte et l’image. On pourrait dire d’ailleurs que ces correspondances sont envisagées ici selon un triple dialogue puisqu’aux textes inspirés par les tableaux du peintre grenoblois né en 1836 viennent se greffer les photographies de Milan Chlumsky qui ouvrent et ferment le volume. Une construction tridimensionnelle cohérente et exigeante, comme toujours chez Baetens, et qui permet cet échange décuplé entre trois formes artistiques. Le peintre d’abord, Fantin-Latour, que tous les amateurs de littérature connaissent pour son coin de table en 1872. Un portrait de groupe réaliste représentant les poètes présents lors d’un dîner des Vilains Bonshommes à Paris et où l’on voit, dans le coin gauche, Rimbaud face à Verlaine et tournant le dos aux autres littérateurs. On reconnaît facilement le style de Fantin-Latour dans les deux tableaux qui servent au poète de déclencheurs d’écriture. Deux peintures qui mettent chacune en scène deux femmes, l’une faisant la lecture à l’autre. Comme le précise Jan Baetens dans son introduction,  « il était clair que la réponse textuelle devait être autre chose qu’une illustration verbale de l’image ». Les quarante textes-fragments du recueil sont donc à envisager comme des prolongements, des extensions de tous les non-dits, de tous les secrets qui sont contenus dans les deux toiles et donc dans l’acte de lire. Continuer la lecture

L’histoire d’un livre et de ceux qui l’ont lu

Frank ANDRIAT, Un sale livre, Mijade, septembre 2016, 141 p., 7 €   ISBN : 978-2874230912

andriatKarine Latour, professeure de lettres dans un collège alsacien, décide de faire lire Rien Nadir à sa classe de troisième. Elle a eu un coup de cœur pour ce roman conseillé par sa libraire et espère qu’il provoquera chez ses élèves émotions fortes et prise de conscience. Le roman est court, écrit dans un langage proche de celui utilisé au quotidien par les adolescents et surtout, raconte l’exil français de Nadir, un jeune Syrien qui a fui la guerre et la barbarie. Continuer la lecture