Archives par étiquette : Prix Rossel

Les six premières lauréates du prix Rossel

logo du prix rossel

On le qualifie parfois de « Goncourt belge ». Le prix Rossel, institué par le journal Le Soir en mémoire de Victor Rossel (le fils du fondateur du quotidien), est le plus prestigieux prix littéraire consacré à la prose de fiction en Belgique francophone.

Plusieurs commentateurs ont dénoncé, chiffres à l’appui, la sur-représentation des lauréats masculins dans les grands prix d’automne en France. Elle s’explique notamment par une sur-représentation identique des hommes dans les jurys. Qu’en est-il pour le Rossel? Retour sur les six premières lauréates de ce prix créé en 1938. Continuer la lecture

Une sieste avec les finalistes du Rossel au 140

Les cinq finalistes du Rossel (c) Le Soir

Le prix Rossel livrera son verdict le 3 décembre. On saura ce jour-là qui d’Odile d’Oultremont, Philippe Marczewski, Vinciane Moeschler, Emmanuelle Pirotte ou Isabelle Wéry succédera à Adeline Dieudonné. Le 8 décembre, le théâtre 140 organisera une sieste littéraire autour des cinq finalistes – et en présence de trois d’entre eux. Continuer la lecture

Le Rossel 2017 pour Laurent Demoulin

demoulin picLaurent Demoulin remporte le Prix Rossel 2017 pour Robinson (Gallimard). Doté de 5.000 €, le Prix Rossel, considéré comme le « Goncourt belge », est le plus prestigieux prix littéraire belge francophone. Il est décerné chaque année depuis 1938 à un roman ou recueil de nouvelles.  Continuer la lecture

Rossel 2017 : les finalistes

rossel jury

Le jury du Rossel ©René Breny. Le Soir.

Le Prix Rossel, considéré comme le plus prestigieux prix littéraire en Belgique francophone, a livré le nom des cinq finalistes de son édition 2017. Les premiers romans s’y taillent une place de choix, tandis que les éditeurs belges sont bien représentés. Le /a lauréat-e sera connu-e le 7 décembre. 

Continuer la lecture

Le double jeu de l’écriture

Ariane LE FORT, Beau-fils, postface de Michel Zumkir, Les Impressions nouvelles, coll. « Espace Nord », 2017 (rééd.), 167 p., 8,50 €, ISBN : 9782875681478

le fort.jpgPrimé plusieurs fois en 2003, par le Rossel notamment, Beau-fils d’Ariane Le Fort mérite on ne peut mieux une réédition en Espace Nord, cette fois accompagnée d’une postface de Michel Zumkir. On est certes déjà tombé sous le charme des fictions de l’auteure sans qu’il soit nécessaire de se référer à un guide. Elle a cette habitude rare, somme toute, de livrer des histoires simples à démêler, voire à dévorer telles quelles. Mais elle les assortit toujours d’une réserve, d’un quant-à-soi qui demande qu’on s’y attarde ou qu’on y revienne. D’où l’utilité de commentaires comme cette postface qui va attirer notre attention et débusquer l’arrière-fable d’une apparente simplicité. S’y révèle le double jeu de l’écriture de Beau-Fils, ce roman qui se lit sans résistance, avec plaisir et qui tient le lecteur dans un certain suspense qu’il ne dissipera pas. Il ne se termine pas à vrai dire si ce n’est sur un doute majeur, une interrogation, sorte d’adresse à un témoin impersonnel : Continuer la lecture