Archives par étiquette : Victoire de Changy

Orbe, une nouvelle collection des éditions Esperluète

Ève BONFANTI et Yves HUNSTAD, Accueillir l’inattendu, Esperluète, 2017, 100 p., 9,50€, ISBN : 978-2-35984-083-4 ; Colette NYS-MAZURE, Quelque chose se déploie, Esperluète, 2017, 96p., 9,50€, ISBN :  978-2-35984-081-0 ; Jaco VAN DORMAEL, Écrire le chaos, Esperluète, 2017, 78p., 9,50€, ISBN :  978-2-35984-082-7

orbe bonfantiOn connaît déjà les différentes collections littéraires et imagées des éditions belges Esperluète, cette maison qui soigne particulièrement les écritures singulières alliées à un art visuel de choix. La rentrée littéraire est pour Esperluète l’occasion de présenter une toute nouvelle collection, « Orbe », qui offre à lire, sous la forme des dialogues, des réflexions d’auteurs à propos de leur pratique d’écriture et de lecture. Continuer la lecture

Cœurs inaptes à aimer cherchent oxygène

Victoire DE CHANGY, Une dose de douleur nécessaire, Autrement, 2017, 142 p., 14,50€/ ePub : 10.99 €, ISBN : 978-2-7467-4586-5

de changyLes deux héros se sont rencontrés dans un bar à Bruxelles où ils ont pris l’habitude de se raconter leur journée. Lui a 52 ans et travaille à la radio ; elle a la moitié de son âge. Nous ne connaîtrons pas leur prénom. Pendant quelques mois, ils se retrouvent au même endroit sans se fixer de rendez-vous, pour le plaisir de parler. Un lien se tisse peu à peu, ils vont à un concert, puis se voient chez elle, en journée et à rideaux fermés uniquement, c’est que l’homme est marié et père de famille. Continuer la lecture

Bientôt la rentrée littéraire !

RL (2)Comme chaque année au début de l’été, Livres Hebdo a annoncé les chiffres de la prochaine rentrée littéraire en France. En 2017, ce seront 581 romans et recueils de nouvelles qui arriveront sur les tables des libraires. Ils étaient 560 l’année dernière. Parmi les 581, le magazine a recensé 390 titres d’auteurs francophones et 81 premiers romans. Plusieurs auteurs belges seront de la partie. Continuer la lecture

Ode au dialogue et à la diplomatie chez Versant Sud

Noémie FAVART, L’épouvantable histoire de Valentine et ses 118 poux, Versant Sud, 2016, 14,50 €  ISBN : 978-2-930358-71-0
Paola DE NARVAEZ, Rugissement dans la nuit, Versant Sud, 2016, 14,50 €  ISBN : 978-2-930358-72-7
Camille VAN HOOF, Drôle d’arbre, Versant Sud, 2016, 14,50 €   ISBN : 978-2-930358-73-4

de-narvaezVersant Sud, maison bruxelloise indépendante spécialisée depuis quinze ans dans la bande dessinée, l’histoire, la musique et le voyage lance, cette année, un pan jeunesse destiné à la mise en lumière de jeunes auteurs-illustrateurs talentueux de la capitale belge.

Les trois albums évoqués ci-après sont de particulièrement belle facture et tirés de la collection « Les pétoches », des livres destinés à apprivoiser et tourner en dérision les peurs qui peuvent gâcher les nuits des tout-petits. Continuer la lecture

« Les projets naissent dans des cendriers »

Tom NISSE, Contre la tactique de l’horloge, éditions Dernier télégramme, 2016, 13€

nisseNe pas se laisser décourager par le texte un peu simpliste de la quatrième de couverture de ce nouvel ouvrage du poète bruxello-luxembourgeois Tom Nisse qui, parlant d’une « opportunité de prendre conscience de notre présent et de sa durée toujours fragile » ne rend, de mon avis, pas vraiment ni compte ni justice au très beau contenu de Contre la tactique de l’horloge. Continuer la lecture

Regarde dans ton assiette !

Luc BABA et Marion DIONNET, Bonne fête, mouton !, Éditions de la Province de Liège, 15 € (à partir de 9 ans)

babaLe propos de Bonne fête, mouton ! ne pourrait être plus “à propos”, justement, en ces drôles de temps dans lesquels peur et amalgames côtoient de près, dans la cour de récré, la légèreté d’enfants qui s’amusent les uns avec les autres et n’ont rien demandé. Continuer la lecture

L’atout cœur à l’heure adolescente

Alexandre VAN HOECKE, Le valet de cœur, Ortheuville, Memory, coll. « Jeunes auteurs », 2015, 13 €

CouvertureAlice vient de souffler ses dix-sept bougies lors d’une fête surprise entourée de famille et amis et termine tout juste son année scolaire. Comme les adolescents que nous avons tous été, elle oscille entre quelques restes d’absolue candeur enfantine et les questionnements existentiels propres à son âge, avec les proportions, tantôt justifiées, parfois démesurées, qu’on pouvait, à l’époque, leur attribuer : les amours, les jugements, les drames invraisemblables, l’image de soi que peuvent renvoyer les autres. Comme les adolescents de notre époque, elle se réfugie dans sa chambre souvent, est un peu secrète face à ses parents, recule subitement face à la possibilité d’une première fois un peu forcée, parle de dépression à cause d’un savon passé, parcourt frénétiquement son fil Facebook et discute, via la toile, avec ses copains de l’école. Continuer la lecture