Archives par étiquette : mémoire

Quand la maladie est dépeinte avec minutie…

Joëlle VAN HEE, Mémoire en eaux troubles, Éditions du Jasmin, 2017, 228 p., 14,90 €, ISBN : 978-2-35284-110-4

van hee.jpgPartagée entre l’écriture et l’enseignement, Joëlle Van Hee nous avait jusqu’alors habitués aux contes et nouvelles, qu’elle nous narre avec brio. Elle nous propose ici un roman pour adolescents et adultes, où la relation à l’autre, celui qui oublie, qui nous quitte doucement, et qui pourtant nous guide, reste prédominante.

Le monde d’Antonin s’effondre lorsqu’il apprend que son grand-père est atteint de la maladie d’Alzheimer. Le voilà contraint de rencontrer son Papy dans une institution hospitalière où les compagnons d’infortune du grand-père évoluent, comme ils peuvent. L’adolescent assiste impuissant à la lente et inéluctable dégradation de son grand-père : la perte de ses facultés, de la parole, de son autonomie… ironie du sort que cette dégradation pour un commandant retraité de l’armée. « Un vieux Capitaine Crochet… avec le regard de Peter Pan. » Continuer la lecture

Cernes de famille

Chantal DELTENRE, La Forêt Mémoire, maelstrÖm, 2016, 110 p., 12 €

deltenreComment imbrique-t-on dans sa mémoire les souvenirs, doux ou douloureux ? Comment faire pour qu’ils se transfigurent, se floutent et ne nous digèrent pas tout cru ?
Dans La Forêt-Mémoire, la narratrice, encore enfant, a planté à son seul usage une canopée sensible imaginaire. Au plus profond, comme dans autant de boules à neige, elle peut à loisir éteindre ou animer les scènes qu’elle a vécues : Grande, la mamy aimante, en train de raccommoder un chandail. Grand, le pépé communiste, feuilletant Le Drapeau Rouge en quête d’une nouvelle manif où il l’emmènerait. La Ducasse d’Ath et ses Géants au dernier week-end d’août, les bords de la Dendre et la statue de Saint Antoine, qui veille sur la plus jeune occupante de la maisonnée. Il reste malgré tout des paysages qui grésillent bien trop à son goût, sous tension ou au mieux, vidés de tout lien. Des moments qu’elle ne maîtrise guère: tous ceux où apparaissaient ses parents, mariés très jeunes et comme encombrés de leur progéniture. Continuer la lecture

La mémoire-refuge face au monde en déroute

Francine GHYSEN

joiret_ghysenPour colorer, réchauffer « le silence de la vie », une vie qui lui glisse entre les doigts, vide de joie, d’émotions, de sens, depuis la mort d’Hélène, son épouse chérie, l’avocat Maxime Dubreuil s’enveloppe du souvenir des jours enfuis. Continuer la lecture

« On ne fait que cela, répéter »

Frédéric SAENEN

orbanInutile de s’interroger sur le genre auquel appartient Nous nous ressemblons tant de Jean-Pierre Orban. Le lecteur, bien libre de convoquer le narrataire invisible du Camus de La Chute, le délire de Molloy, le désarroi des Six personnages de Pirandello ici ramenés à un seul, pourquoi pas même l’écorchement brellien de Ces gens-là, ne trouvera pas dans ces illustres références des besicles interprétatives d’un grand secours. Le ton donné est en tout cas celui de la confession embarrassée, hargneuse parfois, quand ce n’est un tantinet manipulatrice dans sa séduction de l’auditeur.

Continuer la lecture

Descente aux enfers

Ghislain COTTON

pirletAlerté par un ami, l’écrivain liégeois Marc Pirlet rencontre une rescapée des camps de la mort. Elle est d’origine polonaise, s’appelle Bruna, approche des nonante ans, et habite Seraing. Elle va lui confier pour la première fois le récit détaillé de l’enfer qu’elle a vécu. Continuer la lecture