Archives de l’auteur : Le Carnet et les Instants

Le voyage, « un alcool de vie »

André DOMS, Écrits du voyage, 3 vol., Herbe qui tremble, 2019 : Italiques, 208 p., 18 €, ISBN : 978-2-918220-83-1 ; Ibériques, 254 p., 18 €, ISBN : 978-2-918220-85-5 ; Balkaniques, 220 p., 18 €, ISBN : 978-2-918220-84-8 

Le poète André Doms nous livre, en trois denses volumes – Italiques, Ibériques, Balkaniques -, ses Écrits du voyage. Portés par une invocation vibrante : « en soi et par soi-même, le voyage m’emporte, m’ouvre, et je m’y adonne comme à un alcool de vie ».

Attirée par Italiques, je lisais avec plaisir : « l’Italie, première qui me donne à vivre les clartés méditerranéennes, physiques et métaphysiques ».

Son rapport majeur à l’Italie fut littéraire. De la rencontre avec l’écrivain et traducteur Franco Prete et quelques amis, initiateurs de la belle aventure d’Origine, pariant sur la reconnaissance mutuelle des poésies italienne et française, incarnée par de nombreuses publications alliant ferveur et rigueur, à la lecture inépuisable de poètes et romanciers, épinglant les Carnets de Dino Buzzati qui, « avec leurs réflexions, imaginations, apologues, angoisses et fantasmes, font un chant terrible de la solitude humaine ». Continuer la lecture

Bluebird, le dernier né de Geneviève Damas

Geneviève DAMAS, Bluebird, Gallimard, 2019, 154 p., 14,50 € / ePub : 10.99 €, ISBN : 978-2072853401

Geneviève Damas a l’art de donner la parole à ceux, et surtout celles, qui n’ont pas toujours droit de cité dans nos sociétés. Après une migrante et celle qui va lui apporter soutien et logement dans Patricia, son précédent roman publié chez Gallimard, elle donne cette fois la parole à une adolescente dont la vie va prendre une direction inattendue.


Lire aussi : notre recension de Patricia


Continuer la lecture

François Weyergans dans nos archives

François Weyergans

François Weyergans

Né le 2 août 1941, l’écrivain et cinéaste belge François Weyergans est décédé le 27 mai 2019. Il laisse une oeuvre romanesque d’importance saluée par les plus prestigieux prix littéraires. Il a en effet reçu le prix Rossel pour Macaire le copte en 1981, le prix Renaudot pour La démence du boxeur en 1992 et le prix Goncourt pour Trois jours chez ma mère – un prix dont il est d’ailleurs à ce jour le dernier lauréat belge. Il siégeait à l’Académie française, où il avait succédé à Alain Robbe-Grillet. Continuer la lecture

Liège : une décennie de bande dessinée à l’exposition « Génération 80 Experience »

François Schuiten et Benoit Peeters, Les murailles de Samaris, 1983

La gare de Liège-Guillemins accueille régulièrement de grandes expositions thématiques ; celle qui s’y déroule actuellement est consacrée aux années 80. Elle permet à un large public familial de découvrir ou de se rappeler la décennie à l’aide de documents variés, livres, images, affiches, sons, vidéos, le tout avec une volonté appuyée de mise en scène. Le visiteur y croise des témoins de la vie quotidienne ainsi que de grandes références de la culture populaire: Indiana Jones, Goldorak, Keith Haring, la marionnette Tatayet, ou encore  le skieur bronzé Jean-Claude Dusse fredonnant le « pays merveilleux ». Continuer la lecture

Le tournant postcritique

Un coup de cœur du Carnet

Laurent DE SUTTER (dir.), Postcritique, PUF, 2019, 296 p., 21 € / ePub : 16.99 €, ISBN : 978-2-13-081745-1

Conçu comme un manifeste appelant à une sortie du règne de la critique, Postcritique, l’ouvrage collectif dirigé par Laurent de Sutter, interroge brillamment l’hégémonie actuelle de la critique, plus précisément la définition de la pensée (en tous ses régimes, ses registres, ses disciplines) comme critique. L’on pourrait avancer que cet ouvrage produit une critique de la critique, une généalogie d’une posture de pensée qui, héritée des Lumières, entend placer son exercice sous le signe d’un examen de ses conditions. Mais, davantage qu’une critique de la critique, les contributions inventent un pas de côté, tirent des lignes de fuite, proposant « un régime de pensée alternatif à sa soumission à l’exigence de lucidité — un régime de pensée postcritique » (Laurent de Sutter). Valorisation de l’esprit critique, critique littéraire, de cinéma, d’art, héritage du criticisme kantien, des philosophies critiques de Nietzsche, Marx, de l’École de Francfort, de Foucault… : de nos jours, sévit une pensée critique qui, devenue un mot d’ordre, se pose comme dotée d’une absolue légitimité. Discriminante, elle disqualifie ce qu’elle tient pour illusoire. Continuer la lecture

Robinson enfermé

Stanislas COTTON, Le complexe de Robinson, Lansman, 2019, 63 p., 11 €, ISBN : 9782807102316

Stanislas Cotton est un marin au long cours de la littérature et de la littérature dramatique en particulier. Il a bourlingué entre de nombreuses résidences théâtrales et lieu de création en Europe et au Québec. Lauréat de plusieurs prix, il n’a cessé de mener une observation minutieuse de la société dans laquelle il développe, sur de nombreuses scènes, sa vision des paradoxes et du délitement des relations humaines et sociales. Continuer la lecture

Gilles de Rais

Jean PLEYERS, NÉJIB, Jacques MARTIN, Jhen. Le procès de Gilles de Rais, Casterman, 2019, 48 p., 11,95 € / ePub : 8.99 €, ISBN : 9782203148956

Le procès de Gilles de Rais couverture Casterman

Cap sur le XVème siècle, sur les terres du connétable Gilles de Rais qui combattit aux côtés de Jeanne d’Arc contre les Anglais. Cap sur les domaines de Tiffauges, de Machecoul où le compagnon de la Pucelle se livra à de cruelles cérémonies, entre invocations au Diable, enlèvements, viols et meurtres d’enfants. Après la mythique Trilogie de Gilles de Rais (L’or de la mort, Jehanne de France, Barbe-Bleue) dans la série Jhen de Jean Pleyers et de Jacques Martin, cet album de Pleyers (dessin) et Néjib (scénario) réussit avec brio la mise en fiction de l’histoire de celui qui, à la mort de Jeanne d’Arc, se livra à une recherche effrénée de plaisirs sanglants et se mit en quête de la pierre philosophale. Soutenu par son ami, le jeune architecte Jhen — personnage de la série créée par Jacques Martin —, Gilles de Rais vit ses derniers moments. Héros de la Guerre de Cent Ans, guerrier valeureux luttant aux côtés de Jeanne d’Arc, dévoré ensuite par la fièvre des corps et la passion des mystères de l’alchimie, ce personnage clivé a fasciné ou interpellé bien des romanciers, bien des artistes, Georges Bataille (qui, dans Le procès de Gilles de Rais, parle d’un « monstre sacré »), Joris-Karl Huysmans (Gilles de Rais. La magie en Poitou), Michel Tournier (Gilles et Jeanne), Pierre Mertens et le compositeur Philippe Boesmans (l’opéra La passion de Gilles), Hugo Claus (la pièce de théâtre Gilles et la nuit), Roger Planchon (la pièce Gilles de Rais. L’infâme), Enzo Corman (les pièces La Plaie et le couteau ; L’Apothéose secrète)…

Continuer la lecture