Archives par étiquette : actes de colloque

Jean-Philippe Toussaint, entre brouillons, vérités et fictions

Stéphane CHAUDIER (dir.), Les vérités de Jean-Philippe Toussaint (collectif), Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2016, 268 p., 20 €   ISBN : 978-2-86272-678-6

verites-toussaintPasser à la loupe de la critique universitaire l’œuvre de Jean-Philippe Toussaint, en ses méandres, ses repentirs, et ses lignes toujours décalées, n’est pas une sinécure.

D’une part, parce que l’écrivain, réalisateur et photographe alimente en ligne un site de création, générateur d’autant d’indices que dans un Cluedo. Y figure pour chacun de ses livres un ensemble de données que, généralement, peu d’écrivains ouvrent au monde des lecteurs. On y trouve ainsi des états différents du manuscrit au cours de son écriture et jusqu’à son aboutissement ; une section reprenant des « plans, variantes, débris », qui ont été abandonnés mais alimenteront peut-être une partie d’un autre ouvrage ; des brouillons, fac-similés, et notes diverses, s’attardant sur tel point central ou secondaire du livre, ou apportant, par un échange de correspondance avec l’une ou l’autre personne, des précisions parfois purement fortuites, parfois tout à fait intéressantes, à propos d’un aspect du livre (enfin) terminé et publié, et soumis à la critique littéraire (comptes-rendus à l’appui). Continuer la lecture

Romanistes mode d’emploi

Romanistes et romanciers. Actes du colloque organisé par l’Association des Romanistes Ulg en mars 2012, textes recueillis par Daniel Charneux, Christian Delcourt et Janine Delcourt-Angélique, Editions de la Province de Liège, 2014, 304 p., 20 €

ROMANISTES & ROMANCIERS Actes du colloque organisé par l'Association des Romanistes ULg / Bruxelles, Palais des Académies / 10 mars 2012À l’initiative de l’Association des Romanistes de l’Université de Liège, présidée par Jeanne Delcourt-Angélique, des écrivains-romanistes issus des différentes universités du pays ont été invités à participer à un colloque accueilli par Jacques De Decker sous l’égide de l’Académie. Leur mission : livrer leurs sentiments sur le rapport de ce cursus  avec leur activité d’écrivain et sur son apport à leurs écrits. Il en résulte un livre rassemblant les actes de ce colloque où se déshabillent sous cet éclairage 36 écrivains marquants de chez nous (36 comme les chandelles de l’éblouissement…). Le rideau ouvert par France Bastia se refermera avec elle et avec son époux grammairien André Goosse. Quant à la présentation de cette entreprise, elle est assurée par Jeanne Delcourt-Angélique dans un avant-propos éclairant, circonstancié et exemplatif de ce supplément de technicité et de subtilité analytique  dispensé par la formation de romaniste. Et c’est avec raison aussi que la présentatrice évite de citer les noms des romanciers dont elle reprend certains propos pour illustrer et cerner  la diversité des ressentis et des orientations développés ensuite dans l’ensemble des prestations personnelles. Mais s’il s’agit d’écrivains uniquement nourris au biberon de ces études universitaires et s’ils représentent une part majoritaire des plumes les plus célébrées de notre bassin littéraire, les acteurs de ce colloque sont évidemment bien conscients que les romanes ne sont en rien un passage obligé pour que s’affirment un talent et une vocation de romancier, comme l’attestent bien des grands noms des lettres belges d’hier et d’aujourd’hui. Continuer la lecture