Archives par étiquette : traduction

Les projets soutenus par les bourses de traduction Passa Porta

illustration traduction

Photo Pixabay

Cet été, la maison internationale des littératures Passa Porta a lancé un appel à candidatures à destination des traducteurs littéraires. En jeu : 20 bourses de traduction, avec une priorité pour les traductions d’oeuvres belges francophones. Les projets soutenus sont désormais connus.  Continuer la lecture

Les mots pour le traduire

Katrien LIEVOIS et Catherine GRAVET (éditrices invitées), Parallèles, Revue de la faculté de traduction et d’interprétation de l’université de Genève, n° 32/1 : La littérature belge francophone en traduction, avril 2020, 210 p., URL : https://www.paralleles.unige.ch/fr/tous-les-numeros/numero-32-1/

Katrien LIEVOIS et Catherine GRAVET (éditrices invitées), Parallèles, Revue de la faculté de traduction et d’interprétation de l’université de Genève, n° 32/1 : La littérature belge francophone en traduction, avril 2020Soulever la question de la traduction d’œuvres littéraires estampillées « belges », du fait du lieu de naissance de leur auteur, ne va pas de soi. Comme Katrien Lievois et Catherine Gravet prennent à cœur de le rappeler dans leur introduction parfaitement documentée : l’appartenance nationale des écrivains belges a eu tôt fait de céder le pas à leur appartenance linguistique. Davantage que les Français de province ou d’autres auteurs périphériques par rapport à une culture dominante (pensons par exemple aux Autrichiens), les Belges « habitent une langue » – en l’occurrence, pour ceux traités dans ce volume, le français. Continuer la lecture

Verheggen enfin chez Vondel !

Jean-Pierre VERHEGGEN, Pubères, Putains / Pubers, Pietenpakkers, traduction Christoph BRUNEEL, Âne qui butine, 2019, 2013 p., 22€, ISBN : 978-2-919712-23-6

Il n’est pas dans les habitudes du Carnet de recenser les traductions d’œuvres littéraires belges francophones vers d’autres langues. Une exception pourtant aujourd’hui tant l’entreprise qui voit le jour constitue une première, un défi relevé et entamé il y a trois ans par Christoph Bruneel, relieur de formation et animateur avec Anne Letoré des éditions L’Âne qui butine. Le pari ? Traduire intégralement en néerlandais un recueil de Jean-Pierre Verheggen, en l’occurrence Pubères, Putains, sans doute l’un des textes les plus connus, les plus aboutis du poète. Un pari assez fou en effet d’autant que Verheggen se plaît à rappeler avec humour que même en français il n’a jamais été adapté, empruntant en cela à Jules Renard sa formule ironique à l’encontre de l’auteur d’Un coup de dés jamais n’abolira le hasard, « Mallarmé, intraduisible même en français ! » Continuer la lecture

Migrer à travers les langues

Un coup de cœur du Carnet

Diane MEUR, Entre les rives. Traduire, écrire dans le pluriel des langues, Contre allée, 2019, 183 p., 18 €, ISBN : 978-2-376650-546

Quand des collègues lui ont proposé de prendre place dans une collection de « Paroles de traducteurs », Diane Meur a accepté avec enthousiasme, tout en précisant qu’elle ne pourrait en dissocier ses « paroles de romancière ». Et c’est ce qui fait l’intérêt de ce livre qui vaut tant par la finesse des considérations sur la traduction que par la réflexion sur l’influence réciproque de ses deux passions : la migration d’une langue à l’autre et l’écriture personnelle. Il ne s’agit pas à proprement parler d’un essai. Le livre est fait de textes s’étendant sur plus de quinze ans, montrant une réelle continuité. On y sent la progression et l’approfondissement de la réflexion sur ces deux sujets. Continuer la lecture

Plusieurs cordes à leur arc (ter) : six écrivains traducteurs

La résidence de traduction du château de Seneffe

À l’heure où de nombreux traducteurs venus de toute l’Europe sont réunis pour un mois de résidence estivale à Seneffe, l’occasion est belle de nous arrêter un instant sur ces professionnels incontournables de la chaine du livre : les traducteurs. D’eux, on attend à la fois la fidélité au texte source et la créativité littéraire susceptible de rendre dans la langue cible tous les agréments du texte initial. D’où un travail toujours sur le fil du rasoir, dans le souci de faire mentir l’adage Traduttore, traditore, sans entrer pour autant dans une traduction servile et plate.


Lire aussi : Le traducteur est un auteur aussi par Edith Soonckindt


Le traducteur, co-auteur du texte? On ne s’étonnera pas que plusieurs d’entre eux soient aussi des écrivains. Voici d’ailleurs une sélection de six écrivains belges oeuvrant également comme traducteurs. Continuer la lecture

Résidence de traduction à Seneffe : appel à candidatures

Le collège de Seneffe – Photo Françoise Wuilmart

Le Collège européen des traducteurs littéraires de Seneffe ouvrira de nouveau ses portes pour des résidences de traduction et d’écriture, du 1er au 31 août 2019. Les candidatures sont attendues pour le 30 avril 2019. Continuer la lecture