Archives par étiquette : anthologie

Du déjà vu à l’inconnu, du déjà dit à l’inouï : les exigences roboratives d’Éric Clémens

Un coup de cœur du Carnet

Éric CLÉMENS, TeXTes, 1970-2019, anthologie composée par Dominique Costermans et Christian Prigent, CEP, 2020, 15 €, ISBN : 978-2-39007-054-2

Éric CLÉMENS, Le fictionnel et le fictif, Essai sur le réel et sur les mondes, CEP, 2020, 15 €, ISBN : 978-2-39007-053-5

Non, Éric Clémens ne passera probablement jamais à la télé au journal de 20 heures ou dans l’arène des émissions polémiques. C’est qu’        Éric Clémens n’a que faire d’être un « faiseur d’opinions ». C’est qu’Éric Clémens est un penseur/philosophe/poète exigeant et pour lui-même et pour ses lecteurs/lectrices. Cela dure depuis 50 ans. Et c’est tant mieux : lire Clémens, le suivre au fil du temps, c’est entrer dans une pensée qui ne cesse de renaître, de revenir sur ce qui la fonde, l’a fondée, dès la fin des années 1960. Pensée itinéraire, reprenant, se développant à l’infini, prenant des tours inattendus, se confrontant passionnément au politique, philosophe, scientifique, littéraire, cinématique, artistique, psychanalytique, éthique, phénoménologique, etc. À l’origine de cet itinéraire ? Le goût de Clémens pour la langue et les langages. Le plaisir qu’il y a à écrire. À rouvrir les chantiers abordés dans les livres précédents.

Les deux derniers opus en date de Clémens ne dérogent pas à la règle.

L’un d’entre eux, TeXTes, est une anthologie composée par Dominique Costermans et Christian Prigent. Elle reprend des articles, billets, poèmes, etc., parus, de 1970 à 2019, dans TXT, la revue co-fondée avec, entre autres, Christian Prigent et Jean-Pierre Verheggen. À lire la table des matières, un mot saute littéralement hors de la page : FICTION. Mot-clé pour tout qui voudrait entrer dans la pensée Clémens. Le fictionnel et le fictif, quant à lui, développe une douzaine de méditations philosophiques autour du rapport, complexe et jamais clos, entre réel et langue, réel et fiction. On y croise Wilde, Derrida, Platon, Socrate, Lacan, Prigent, Deguy, Kant, Husserl, Godard, Rimbaud, Nancy, etc. Autant de penseurs, poètes, artistes, ayant croisé, parfois dès l’origine, la pensée Clémens. Autant d’idées, de lignes de fuite, de pensées butoirs, ayant nourri et relancé la pensée Clémens. Autant d’idées, de lignes butoirs, permettant à la pensée Clémens de n’être close que provisoirement.

C’est que, comme Clémens aime à le répéter, un mot seul n’est jamais juste, un concept seul n’est jamais juste. C’est que la pensée Clémens est un mouvement perpétuel, une façon de combattre, ligne à ligne, page à page, la pensée dualiste, « plaie à vif de notre histoire philosophique« , celle opposant, par exemple, la vérité à la fiction, le réalisme à la fiction, le réel à l’imaginaire, le corps à la pensée, l’intuitif au rationnel, etc. La pensée Clémens ayant plutôt tendance à dépasser le duel, à sortir le débat de ses ornières, à dire que la question n’est pas – ou pas que – une histoire d’opinion ou de goût perso. La pensée Clémens tapant sur le clou, dans chaque méditation. Revenant, peu ou prou, dans chaque méditation, sur ce constat de base, déjà là – peut-être – il y a 50 ans, ou en germe, déjà, dans la pensée Clémens d’il y a 50 ans : d’un côté, il y a le réel, c’est l’entièreté de ce qui existe, l’entièreté des faits, des événements, des pensées, l’entièreté de ce qui émerge, prend corps, prend vie. Et d’un autre côté, il y a la réalité, les mondes qu’on s’invente, les mondes qui naissent dans nos langages, les mondes qui naissent à mesure que nous parlons, inventons nos récits, écrivons nos poésies, créons nos images, nos musiques, etc. Des mondes qui seraient comme des fragments infimes, des timbres-postes de réel détachés du réel, re-présenté, présentifié, dans nos langages. Des mondes réalités, « fictionnels« , inventés de toutes pièces, nourris de nos pulsions, de nos angoisses ou biberonnés par d’autres mondes inventés avant le nôtre. Des mondes réalités, des mondes FICTION, quasi « mythiques », issus de notre capacité humaine à rythmer la langue, à nous laisser porter par elle, à inventer tout un monde avec ce qui nous affecte.

On le voit, on le sent, à la lecture de la pensée Clémens, l’enjeu de la FICTION ne relève pas que de « l’art de raconter une belle histoire« , il ne se situe pas non plus uniquement dans sa capacité à nous émouvoir ou à nous distraire. Se situerait plutôt dans le fait de savoir si, à l’opposé du FICTIF, le monde inventé devant nous sur la page, dans le film, dans les corps, dans nos bouches, ouvre ou clôt notre relation au réel. Ré-invente ou pas notre rapport aux phénomènes surgissant dans le réel. Passe d’un monde déjà vu, déjà dit, à un monde inconnu, inouï. Arrête ou relance le mouvement potentiellement perpétuel que nous sommes.

Dire encore ceci, pour conclure provisoirement : Le fictionnel et le fictif est un livre magistral, condensant, à sa façon, 50 ans de « travail ». Les deux ouvrages sortant ces jours-ci aux éditions CEP constituant une excellente introduction à une pensée et une sensibilité, hors norme, roboratives et exigeantes.

Vincent Tholomé

Un nuancier de l’âme

Véronique WAUTIER, Allegretto quieto, Arbre à paroles, 2020, 190 p., 15 €, ISBN : 978-2-87406-691-7

Si les mots ne libèrent que l’ombre
Où toujours je dépose mes pas
J’aurai marché sur un leurre bavard. 

Douceur et douleur, floraison et fenaison, ténuité et ténacité : ainsi s’articule le jardin de Véronique Wautier. Il faudrait presque imaginer ce jardin comme un coquillage bivalve, se tenant tout entier dans la main et contenant l’espérance. Il faudrait aussi l’imaginer aussi vaste que le silence qui était, pour Véronique Wautier, tantôt un sécateur et toutes les douleurs dedans, tantôt une respiration qui déborde, non, qui borde plutôt. Continuer la lecture

Bruxelles au 19e vue par les écrivains

Joseph VAN WASSENHOVE, Bruxelles. La ville vue par des écrivains du XIXe siècle, Samsa, 312 p., 30 €, ISBN : 978-2-87593-084-2

Repris sous une forme modifiée par Julien Gracq dans l’incipit de La forme d’une ville, le vers de Baudelaire tiré du poème Le cygne —  « la forme d’une ville / Change plus vite, hélas ! que le cœur d’un mortel » — compose la basse continue de l’essai de Joseph Van Wassenhove. Par quel prisme appréhender Bruxelles au 19e siècle, sachant qu’elle a subi, au nom du progrès et de la modernité, des modifications architecturales, urbanistiques souvent désastreuses, sinon par celui de la littérature ? Dans Bruxelles. La ville vue par des écrivains du XIXe siècle, l’auteur se livre à une enquête archéologique qui prend la forme d’une promenade littéraire. Continuer la lecture

Un livre en cause :
Le voyage en Belgique de P. Corillon

Il est d’usage, dans Le Carnet et les Instants, de ne pas éreinter les ouvrages recensés. Nous cherchons à rendre compte de la diversité des littératures belges francophones et à présenter à des lecteurs aux goûts différents des livres susceptibles de les intéresser. Ceux qui ne nous semblent pas dignes d’être conseillés sont simplement passés sous silence. Cette règle simple se révèle pourtant inopérante pour certains ouvrages : ceux dont nous ne pourrions vanter les qualités sans malhonnêteté intellectuelle, mais dont le propos, l’ambition et l’importance nous interdisent de les taire sous peine de faillir à notre mission.

Le voyage en Belgique, une anthologie réalisée par Patrick Corillon pour la collection « Bouquins », est de ceux-là. Dans la recension qui suit, Frédéric Saenen explique les réserves, fondamentales, que le livre nous a inspirées.

Ce texte au ton inhabituel pour notre revue inaugure la rubrique « Un livre en cause ». Alimentée au gré de l’actualité, elle sera réservée à ces livres auxquels nous n’adhérons pas, mais dont nous conseillons pourtant la lecture.

Nausicaa Dewez

Continuer la lecture

« Je suis un peu inquiet de votre absence totale d’inquiétude »

Silence, Chavée, tu m’ennuies. 1031 aphorismes rassemblés par Jean-Philippe Querton, préface de Christine Béchet, postface d’Alain Dantinne, Collage d’Emelyne Duval, Cactus inébranlable éditions, 2019, 140 p., 17 €, ISBN : 978-2-930659-95-4 

Querton Silence chavée tu m'ennuies couverture aphorismesFigure incontournable du surréalisme belge (et plus particulièrement du groupe hennuyer), Achille Chavée demeure nimbé d’une aura qui, cinquante ans après sa disparition, rend toujours son cas aussi fascinant et épineux. Ayant physiquement combattu la « bête immonde » durant la guerre d’Espagne puis en tant que résistant entré dans la clandestinité, le brigadier international Chavée traîne cependant quelques dérangeantes casseroles rouges. À commencer par les soupçons d’interrogatoires musclés durant des procès staliniens à l’encontre de militants anarchistes. L’info est catégoriquement relayée dans la notice Wikipedia, mais sérieusement réévaluée dans certain article de Paul Aron sur l’engagement des écrivains belges francophones contre le franquisme… Continuer la lecture

Bruxelles, bien- et mal-aimée

Marc MEGANCK, Amour et désamour. Regards d’écrivains sur Bruxelles. 1845-1978, Historia, 2018, 64 p., p.50 €, ISBN : 978-2-93042-326-5

Le vingtième titre de la collection proposée par le Musée de la Ville de Bruxelles est l’un des plus attrayants : Amour et désamour. Regards d’écrivains sur Bruxelles 1845-1978. Cette petite anthologie, composée par Marc Meganck, s’ouvre par une lettre de Balzac à sa bien-aimée Eveline Hanska, célébrant en Bruxelles une des villes  « sacrées », « primordiales », où ils se sont retrouvés. Continuer la lecture

L’aphorisme est l’À faux rythme de l’écrivain

Michel DELHALLE, Belgique, terre d’aphorismes, Cactus Inébranlable, 2018, 300 p., 17€, ISBN : 978-2-930659-77-0

Belgique, terre d’aphorismes est l’aboutissement d’un travail d’archéologue, d’orpailleur, d’archiviste littéraire. Pendant de nombreuses années, Michel Delhalle a exploré le champ de fouilles des Lettres belges en quête de trésors de l’esprit nommés aphorismes et classé scrupuleusement ces objets littéraires (parfois, souvent ?) non identifiés. Le but ? Double : les réhabiliter en tant que mode d’expression à part entière ; en démocratiser la compréhension et l’accès. Continuer la lecture