Archives par étiquette : Françoise Lison-Leroy

Prix littéraires de la FWB : les photos et les vidéos

Ce diaporama nécessite JavaScript.

À l’occasion de la remise des Prix littéraires de la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Cinémathèque de la Fédération Wallonie-Bruxelles a réalisé des portraits vidéos des lauréat-e-s. Une autre manière de découvrir ces auteurs et autrices qui expriment des facettes différentes de la réalité littéraire de la Belgique francophone.  Continuer la lecture

Les Prix littéraires de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La cérémonie de remise des Prix littéraires de la Fédération Wallonie-Bruxelles s’est tenue ce soir au Théâtre royal du Parc. Elle était présentée par Florence Hainaut.

Ces prix littéraires se veulent un reflet du dynamisme et de la diversité du champ littéraire en Fédération Wallonie-Bruxelles, c’est pourquoi ils couvrent des pratiques littéraires diverses, mais aussi des champs linguistiques différents, puisqu’à côté d’œuvres en langue française, une place est aussi faite à la littérature en langues régionales.

Le palmarès 2017 : 

Prix Paroles urbaines : catégorie slam : Leïla et Toro (ex aequo) ; catégorie rap : Badi et L’Hexaler (ex aequo) ;

Prix Léo Beeckman du rayonnement des Lettres belges à l’étranger : Riszard Siwek pour l’ensemble de son oeuvre ;

Prix triennal de poésie en langue régionale endogène : Dominque Heymans pour son recueil Pleuves (inédit) ;

Prix de la première oeuvre : Charline Lambert pour Chanvre et lierre (Taillis Pré) ;

Prix triennal de poésie : Françoise Lison-Leroy pour Le silence a grandi (Rougerie) ;

Prix quinquennal de l’essai : Christine Aventin pour Breillat des yeux le ventre (Somnambule équivoque).

À lire : les Prix littéraires de la Fédération Wallonie-Bruxelles 2016

Continuer la lecture

Prix Louis Guillaume pour Françoise Lison-Leroy

lison-leroyLe Prix du Poème en Prose Louis Guillaume 2017 est attribué à la Belge Françoise Lison-Leroy pour Le silence a grandi (édition Rougerie). Elle succède à Jacques Josse, récompensé en 2016 pour Hameau mort (Éd. Jacques Brémond).

Le jury du prix était composé de Max Alhau, Jeanine Baude, Gérard Bocholier, Sylvestre Clancier, Paul Farellier, Déborah Heissler, Jeanine Salesse, Katty Verny-Dugelay, Yekta et de Lazarine Bergeret (membre d’honneur).  Continuer la lecture

Doubles vues

Colette NYS-MAZURE et Françoise LISON-LEROY, En train d’écrire, photographies d’Iris VAN DORPE, Déjeuners sur l’herbe, 2016, 68 p., 20€

Il vient à deux amies l’idée de titiller leur talent d’écrivain bien connu au fil d’une balade en train. Ensemble ou séparément, peu importe. Elles s’appellent Colette Nys-Mazure et Françoise Lison-Leroy. On n’essaiera pas d’identifier l’une ou l’autre à travers ces textes alors qu’elles ont décidé de les partager de façon anonyme. Échange de sang en quelque sorte… Si l’on doutait de la mobilité du projet, les photos d’Iris Van Dorpe, troisième Hennuyère de ce « complot », l’attestent avec des photos dont les cadrages et les flous artistiques évoquent tant le regard échappé par les  étranges lucarnes  du train que la fuite des paysages et l’allure du convoi. Ce qui en fait des compositions presque abstraites en même temps qu’un heureux raccroc à la réalité du voyage, dans un album raffiné et bien aéré. Continuer la lecture

Des touches blanches, des touches noires

Jeannine PAQUE

letoréLes touches d’un piano contrastent en effet par leur couleur, mais probablement moins, à première vue, que des Tabliers et maillots de bain. Alors que ceux-ci évoquent des tenues, mais aussi les occupations qu’elles impliquent, les rôles, les fonctions pour tout dire, peu compatibles, les touches de l’instrument s’entendent en toute harmonie, que ce soit en majeur ou en mineur. Les textes qui composent le recueil d’Anne Létoré et de Françoise Lison-Leroy résonnent en alternance, mais s’accordent eux aussi. À ce point qu’il est difficile d’en attribuer la (m)aternité, tantôt en vers, tantôt en prose, à l’une ou à l’autre des auteures, avec certitude, tant la cohésion est forte.

Continuer la lecture