Archives par étiquette : Werner Lambersy

Où l’on se plaît à percevoir ce qui bientôt disparaît

lambersy departs de feux

Werner LAMBERSY, peintures d’Emmanuelle RENARD, Départs de feux, Tipaza, 2017, 140 p., 30 €, ISBN : ISBN : 978-2-912133-45-8

 

Demi-sommeil de chats devant
L’âtre des planètes

L’ange de la parole
Déferlant sur l’océan bègue des
Vagues

Les mondes et moi on apprend à
Se connaître

Quelquefois les yeux
Suffisent qui lancent des bouées

Voilà, c’est cela, Départs de feux, de courts poèmes emplis de souffle. De courtes affaires où Werner Lambersy n’arrête pas de s’interroger sur l’écriture, la vanité de l’écriture, l’humain, l’humanité, l’humain dans ses rapports au non-humain, végétal, animal ou minéral, l’humain dans le monde, dans le cosmos, l’humain avec le monde, les oiseaux, la lune, l’humain pareil au non-humain, pareillement traversé par le monde. Non que Werner Lambersy se la jouerait vieux sage façon gourou. Non que Werner Lambersy, tout à coup, se prendrait pour un donneur de leçons ou pour le gars qui aurait tout compris. Pas du tout son style. Pas du tout son genre. Continuer la lecture

Un prix pour Werner Lambersy

lambersyLe Prix « Gauchez-Philippot » a été attribué à Werner Lambersy pour son recueil de poèmes La Chute de la grande roue (Castor Astral, 2017). Né à Anvers en 1941, Werner Lambersy a grandi dans un milieu néerlandophone, mais a choisi d’écrire en français. Il vit aujourd’hui à Paris. Il est l’auteur d’une œuvre abondante, essentiellement poétique, couronnée par de nombreux prix, dont le Prix triennal de poésie 1981 (pour Maîtres et maisons de thé), le Prix Mallarmé 2015 (pour La perte du temps) ou encore le Prix Théophile Gautier de l’Académie française, Médaille de bronze, en 2016 (toujours pour La perte du temps).

 

Continuer la lecture

Le chant ininterrompu de Werner

Werner LAMBERSY, dessins de Laurence Skivée, Ball-trap, suivi de Je me suis fait un non, L’âne qui butine, 2017, 106 p., 22 €, ISBN : 978-2-919712-14-4 ; Hommage à Calder, Ed. Rhubarbe, 2017, 81 p., 8€, ISBN : 978-2-374750-16-3 ; Ici l’ombre (journal de résistance), Cygne, 2017, 50 p., 10€, ISBN : 978-2-84924-486-9

lambersy hommage a calderOn pourrait dire de Werner Lambersy que c’est un polygraphe et ce serait extrêmement réducteur. Ajouter peut-être qu’il est virtuose mais ça ne suffirait pas encore. Aussi à l’aise dans la forme courte, le haïku, l’aphorisme, que dans le poème long, Werner nous surprend à chaque nouvelle publication. Car c’est bien à l’ensemble d’une œuvre importante et protéiforme qu’il convient de rattacher ces recueils qui paraissent simultanément. Il n’est donc pas étonnant de trouver parmi les trois phrases d’exergue qui ouvrent son Hommage à Calder, celle de l’écrivain portugais Antonio Lobo Antunes : « Il faut sans cesse trouver une autre façon d’écrire pour exprimer ce qu’on veut vraiment dire ». Ce à quoi s’attelle Werner dans une œuvre où chaque nouvel opus vient consolider encore un peu plus l’édifice dont l’une des premières pierres fut posée avec Maîtres et maisons de thé dès 1979. Continuer la lecture

Où, tout à coup, l’on comprend qu’on pourrait prendre plaisir à danser librement sur la Terre

Un coup de coeur du Carnet

Werner LAMBERSY, Sommet d’où jeter son pinceau, avec un frontispice de Brigitte Dusserre-Bresson, Taillis Pré, 2016, 150 p., 15 €, ISBN : 978-2-87450-109-8

lambersy.gifAutant le dire tout de suite : j’aime Werner Lambersy, le poète Werner Lambersy. J’aime le fait qu’il joue franco. Cartes sur table. J’aime la limpidité de ses recueils. La limpidité de chacun de ses « projets », comme on dit. Sommet d’où jeter son pinceau n’échappe pas à cette règle. Tant mieux pour nous, dirais-je. Continuer la lecture

Académie française : des Belges primés

stromaeL’Académie française a remis le 23 juin ses différents prix, qui couvrent les différents genres littéraires, mais aussi le cinéma et la chanson. Ils sont divisés en deux grandes catégories : les « Grands Prix », pour lesquels seuls les Académiciens proposent les candidatures, et les « Prix de fondations », pour lesquels auteurs et éditeurs peuvent proposer leurs ouvrages. Plusieurs Belges figurent parmi les lauréats. Continuer la lecture

Iconostase d’Anvers

Werner LAMBERSY, Anvers ou les Anges pervers, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, coll. « Espace Nord », 2015.

Anvers ou les anges pervers | Espace NordDepuis ses débuts en 1967, Werner Lambersy a publié une septantaine de livres et recueils. Cette année 2015 aura été féconde pour le poète ‘francophone de Flandre’: pas moins de 6 publications, et parmi celles-ci La Perte du temps (Le Castor Astral) qui vient de recevoir, en ce mois de novembre, le prestigieux Prix Mallarmé. Presque au même moment, les éditions Espace Nord rééditent Anvers ou les Anges pervers. Un récit poétique quelque peu atypique dans l’œuvre importante de Lambersy, publié en 1994 aux Éperonniers et honoré du Prix Auguste Michot de l’ARLLFB l’année suivante. Continuer la lecture

Soirée Escaut à Bruxelles

À l’occasion de l’acquisition par le Musée de la Ville de Bruxelles d’un dessin allégorique de l’Escaut datant du XVIIIe siècle et de la publication du recueil Escaut! Salut de Werner Lambersy, le Musée et Opium éditions s’associent pour une soirée d’hommage au fleuve et à son imaginaire.  Continuer la lecture

Salut à toi, le Scaldien !

Un coup de coeur du Carnet

Werner LAMBERSY, Escaut ! Salut. Suite zwanzique et folkloresque, textes traduits par Guy Commerman, Opium éditions, 130 p., 20 €

Une ode à un fleuve ? L’entreprise apparaît d’emblée surannée, à une époque où le Poète, définitivement doublé par le virtuel, n’est plus censé se faire ni Mage ni Voyant. Werner Lambersy, lui, a décidé de ne pas déchanter, en nous offrant cette « suite zwanzique et folkloresque » que constitue Escaut ! Salut. Continuer la lecture

Le juste dosage de la parole

Un coup de coeur du Carnet

Daniel DE BRUYCKER, Neuvaines 1 à 3. Bruxelles, maelstrÖm, 2015, 230 p.

Sous le titre Neuvaines 1 à 3, Daniel De Bruycker signe non pas un simple « recueil » de poèmes, mais le premier volume d’une trilogie à l’architecture très élaborée. Chacune de ces trois premières « neuvaines », en effet, comporte neuf groupes, chaque groupe neuf poèmes, chaque poème neuf vers. Ici s’arrête la contrainte numérique, car la répartition en versets ou en strophes, quant à elle, est extrêmement variable : 4-1-4, 5-3-1, 4-4-1, 3-3-3, 1-7-1, 3-2-2-2, etc. : toutes les combinaisons possibles, semble-t-il, ont été utilisées. De plus, les vers de chaque poème présentent une longueur variable, tandis que rimes et assonances fonctionnent de manière aléatoire…  Bref, une discipline de fer règne du sommet de l’édifice jusqu’à un niveau structurel précis – mais, en-deçà, s’ouvre un espace de créativité verbale paradoxalement infini. À l’instar des jeux règlementés, tout le livre s’arc-boute sur cette tension entre Norme et Liberté, qui lui donne à la fois sa charpente et son unité, tout en préfigurant les propos qui vont s’y tenir. Continuer la lecture

Lové au coeur du livre

Un coup de coeur du Carnet

Werner LAMBERSY, In angulo cum libro, ill. de Diane de Bournazel, Paris, Al Manar, 2015, 51 p., 15€

L’œuvre de Werner Lambersy compte dans le paysage littéraire francophone ! Cinquante ans d’écriture et plus de soixante livres ont permis au poète d’emprunter de nombreuses voies sans pour autant entamer la cohérence des thèmes et des obsessions qui traverse chaque nouvelle publication. Celle que suit le dernier recueil publié aux éditions Al Manar est assurément intimiste. S’il fallait ranger le livre sur un rayon de la bibliothèque, il trouverait une place presque naturellement, comme par filiation, entre La flamme d’une chandelle de Gaston  Bachelard et les Microgrammes de Robert Walser dont l’auteur reprend une phrase en exergue. Continuer la lecture

De la poésie pour réenchanter la vie

Un coup de coeur du Carnet
Michel ZUMKIR

siriSi vous voulez goûter toute l’originalité et la saveur de cette anthologie de la poésie francophone, n’hésitez pas à sauter son introduction journalistique par trop franco-française. Vous pourriez vous décourager, rebrousser chemin et rater les routes buissonnières qu’emprunte le volume. Un volume convivial comme un festin où se partagent le vin, le pain, l’amour de la vie, le combat contre les injustices et la poésie. Où chacun.e des invités.e.s est introduit.e et entretenu.e par l’hôtesse de la soirée, la journaliste et écrivaine, Françoise Siri, avant qu’il/elle offre à la dégustation quelques textes de sa composition. Continuer la lecture

Lambersy : la poésie comme coup de sonde

Werner LAMBERSY, Dernières nouvelles d’Ulysse. Avis de recherche, préface d’Hubert Haddad, Peintures d’Anne-Marie Vesco, Éditions Rougier V., 108 p., 18 €

lambersy

Hubert Haddad le déclare dès l’entame de sa préface : « La poésie au fond ne s’éclaire que de ses propres interrogations et tout commentaire se trompe fatalement d’objet. »

Continuer la lecture

Mystique et athée

Un coup de coeur du Carnet

Jean Claude BOLOGNE, Une mystique sans Dieu, Paris, Albin Michel, 2015, 327 p., 20,90 €/ ePub : 14.99 €   ISBN : 978-2226258519

bologne_cottonIl y a quarante ans, Jean Claude Bologne a vécu durant quelques instants « une expérience fulgurante de l’absolu ». Quelques instants qui ont marqué et transformé toute sa vie. En 1995, il a consacré à cette expérience mystique, exempte de toute référence à Dieu, un premier essai qu’il considérait comme une délivrance, pensant n’avoir plus à revenir publiquement sur le sujet. N’empêche, alors que le temps a passé « sans rien changer à la brutalité de la mémoire », il s’est résolu, poussé par « les confidences que le livre a suscitées » et par « les réflexions qui l’ont prolongé » à témoigner « avec moins de lyrisme et de candeur » de « l’instant où le monde a basculé » et de la faculté de survivre « à l’immense désarroi de ne plus le connaître ». En précisant aussi que cet instant, « on ne peut que le vivre » sans qu’on puisse le provoquer ou le renouveler volontairement, sa marque étant du reste indélébile. Quant au caractère « ineffable » de l’événement, il implique, par définition, que son abord oblige à des détours par les approximations de ce qui peut être exprimé. Continuer la lecture