Archives par étiquette : corps

Christine Aventin : déjouer les enfermements

Un coup de cœur du Carnet

Christine AVENTIN, Breillat des yeux le ventre, postface de Christophe Meurée, Impressions nouvelles, coll. « Espace Nord », 2018, 160 p., 8,50 €, ISBN : 978-2-87568-406-6

Couronné par le prix quinquennal de l’essai de la Fédération Wallonie-Bruxelles en 2017 pour sa première édition au Somnambule équivoque et aujourd’hui réédité dans la collection Espace Nord, Breillat des yeux le ventre est conçu comme un corps textuel inouï au travers duquel se conquièrent un sujet politique et un nouveau plan d’écriture. Revenant sur sa trajectoire littéraire — le coup d’envoi du Cœur en poche, la dépossession de l’œuvre, de soi, le rapt de l’œuvre par le père —, Christine Aventin tisse une machine littéraire autour d’un feu central, d’un attracteur moléculaire, Catherine Breillat. Dans un jeu de miroirs, d’interfécondation (au sens où Proust l’évoque dans Sodome et Gomorrhe), les films, les écrits de Breillat se retrouvent réengendrés dans le mouvement même où ils révèlent à Christine Aventin l’expérience d’une sororité. Breillat-Aventin en écho d’Antigone et d’une Ismène antigonisée… Continuer la lecture

Vaneigem se met à table

Raoul VANEIGEM, Propos de table. Dialogue entre la vie et le corps, Cherche midi, 2018, 350 p., 18 € / ePub : 12.99 €, ISBN : 9782749155739

Il y a quelque chose de naturellement réconfortant et d’absolument pas vain à lire, encore et toujours, Raoul Vaneigem. Au terme de son livre, Propos de table, dernier paru dans une bibliographie qui compte près d’une quarantaine d’ouvrages depuis 1967, il incite son lecteur, d’une manière délibérée et vibrante, à poursuivre ce que lui-même a entrepris chaque jour : un dialogue entre la vie et le corps. Vaneigem, qui a passé le cap de ce qu’on appelle aujourd’hui le quatrième âge, termine par un paragraphe (l’ouvrage en compte quelque sept cents de longueurs diverses, qui font tantôt trois lignes, tantôt une page) d’un optimisme sans défaillance. « Le corps, écrit-il, est un édifice terrestre – une cathédrale minérale, végétale, animale et humaine – qui commence à peine à se bâtir. » Déclaration non pas de foi, pour l’agnostique et le pourfendeur des religions qu’il reste (« Dépasser Dieu c’est réaliser l’humain »), mais bien de volonté : face à une société qui place toujours plus haut le struggle for life, où la marchandisation atteint toutes les structures du corps social et mental, pour mieux en miner les résistances et en saper les rébellions, il faut, nous rappelle l’auteur du Livre des plaisirs (Espace Nord, 2014), rugir par un « Souviens-toi de vivre » libérateur et puissant, dont tous les possibles restent à explorer. Continuer la lecture

L’espoir d’un corps nomade

Caroline COPPÉ, Nommons le mot nomade, Bruxelles, Éléments de langage, « O.L.N.I. », 2016, 14€

Engoncé dans les trivialités et les habitudes, il ne reste au corps que peu d’espace pour respirer. La conséquence, un corps qui tend à se murer dans le silence, à s’épargner, à s’exposer dans le retrait. Avec ce quatrième recueil, Caroline Coppé poursuit en quelque sorte l’échange entamé dans son précédent ouvrage, Langue morte suivie du flou, publié en 2009 à L’Arbre à paroles. Un échange fragmenté entre Elle et Lui où les courtes saynètes à haute teneur métaphysique s’enchaînent, découpées comme le synopsis d’un scénario. De prime abord, ce découpage disparate peut désarçonner. Mais c’est que cette dysharmonie voulue fait partie intégrante du propos. Très rapidement, le lecteur retrouve son chemin en isolant les obsessions qui balisent le dialogue scandé qu’il est par quelques passages en italique résonnant telles des didascalies intimes. Au final, une architecture complexe pour ce recueil au titre allitératif qui trouve naturellement sa place dans cette catégorie des O.L.N.I (Objets Littéraires Non Identifiés) imaginé par Nicolas Chieusse, initiateur du comptoir éditorial Éléments de langage. Continuer la lecture