Archives par étiquette : L’herbe qui tremble

« Toujours dans les reflets du fleuve »

Philippe MATHY, ill. de Pascale NECTOUX, Veilleur d’instants, Paris, L’herbe qui tremble, 2017, 128 p., 16€, ISBN : 9782918220503

mathy.gifLes fleuves sont de redoutables pourvoyeurs de poèmes ! De Rimbaud qui en descendait les rives impassibles, aux poètes contemporains comme Jacques Darras ou Franck Venaille, ils auront charrié, dans les remous de leurs rimes ou dans la vase de leurs métaphores, de nombreux vers éternels et imparables. Mythique ou réel, le fleuve porte littéralement le poème à bout de bras. Avec ce nouveau recueil, Philippe Mathy rejoint cette lignée de poètes-nautoniers ! Partageant sa vie entre le Tournaisis et la Bourgogne, le poète balance son amarre de  l’Escaut à la Loire. Continuer la lecture

La peur aux trousses

Véronique DAINE, Alain DULAC (ill.), Extraction de la peur, L’herbe qui tremble, 2016, 72 p., 14€

daineTout au long des cinq parties qui composent son dernier recueil, Véronique Daine se garde bien de reprendre son souffle. Ici, aucun signe de ponctuation permettant au lecteur de lever la tête. L’écriture cursive, parfois acérée, coule et se déverse telle une fugue de Bach jouée en staccato. Un débit verbal qui irrigue, comme le flux sanguin, tous les recoins du corps. C’est que les mots de l’auteure s’infiltrent justement dans ces zones d’ombre pour traquer nos angoisses les plus profondes. Celles tapies dans les replis d’une chair flétrie ou dans la pénombre d’une (veine) cave. Ces peurs viscérales qui nous rappellent que les tripes sont bien logées au cœur du ventre, quand la boule d’angoisse fait chavirer l’âme. Allitérative, métaphorique, souvent hallucinée, la langue est percutante, dit le monde et les êtres tels qu’ils sont, c’est-à-dire souvent terrifiants. Les images dès lors s’entrechoquent, font craquer le reste de vernis lyrique auquel on pensait pouvoir se raccrocher.  Continuer la lecture

Au creux de l’absence la poésie

Alain DANTINNE, Précis d’incertitude, peintures d’Alain Dulac, Paris, L’herbe qui tremble, 2016, 141 p., 17 €

dantinne« Au cœur de l’écriture / l’ombre de la main / Au cœur de l’ombre / une fêlure / Au cœur de la fêlure / l’absence / Au creux de l’absence / la poésie »

Dans une lumière tamisée s’ouvre ainsi le dernier recueil d’Alain Dantinne, Précis d’incertitude. Continuer la lecture

Avec la langue…

Un coup de coeur du Carnet
Ghislain COTTON

horguelinVivant au XVIe siècle dans la région liégeoise, le révérend Dominicain Johannes Leo Placentius (dit Léon le Plaisant), à force sans doute de répéter qu’au commencement était le verbe, fut un des premiers praticiens connus du tautogramme, avec son Pugna porcorum (le « combat des cochons »). Cinq siècles plus tard,  avec Alphabétiques, le plaisant Thierry Horguelin, ludique militant et fin lettré, vivant lui aussi à Liège, quoique né à Montréal, inscrit aujourd’hui son nom dans cette tradition ancestrale comme dans le droit fil de l’Oulipo, cet Ouvroir de Littérature Potentielle, né en 1960 des œuvres de Raymond Queneau et François Le Lionnais. Continuer la lecture