Archives par étiquette : Camille Tonelli

Ont encore recommencé

Pascal VREBOS, La chair déchirée d’une petite griotte noire, M.E.O., 2022, 64 p., 10 € / ePub : 6,49 €, ISBN : 2807003532

vrebos la chair dechiree de la petite griotte noireAvec La chair déchirée d’une petite griotte noire, Pascal Vrebos propose, aux éditions M.E.O., un court roman portant sur la thématique du viol et du traumatisme qui en découle, de la difficile et douloureuse reconstruction de l’individu.

Tout au long du roman, une jeune femme du nom de Mariama conte son histoire au lecteur. Personnage qui se veut universel, elle a ses racines sur le continent africain. Un jour, un projet d’étude l’a menée quelque part en Europe où elle a posé ses valises. Là, elle a fait l’expérience de la haine raciale et de la cruauté. Sa chair, nous apprendra-t-elle, y a été déchirée. Continuer la lecture

Visages et figures de la Belgique

Marc QUAGHEBEUR, Belgiques, Ker, coll. « Belgiques », 2022, 108 p., 12 € / ePub : 5,99 €, ISBN : 9782875863300

quaghebeur belgiquesProfitant du climat humide quoiqu’ensoleillé que nous promettait la venue de l’automne, les éditions Ker propulsent sur les tables des libraires une nouvelle pièce de la collection « Belgiques ». C’est Marc Quaghebeur qui en signe le dix-neuvième recueil de nouvelles. Comme Rose-Marie François, Laurent Demoulin, Colette Nys-Mazure avant lui – pour ne citer qu’un échantillon restreint – il applique habilement la consigne de dresser un « portrait en mosaïque de la Belgique » afin de livrer dans un tableau impressionniste le reflet d’une Belgique : la sienne.

La Belgique de celui qui a voué sa vie à la littérature francophone de Belgique semble ne vouloir se laisser découvrir qu’au travers de figures des champs littéraire et artistique du pays. L’ombre d’Abraham esquisse le portrait de Sarah Kaliski (1941-2010) ; Tant de haine nous raconte le dévouement au théâtre et à la recherche de Michèle Fabien (1945-1999) ainsi que sa fascination pour le travail de Pierre Mertens ; Les lisières de l’infini conte l’impertinence du poète Jean-Claude Pirotte (1939-2014). L’empereur Charles Quint prend également la parole dans Avant que le soleil ne se couche. D’autres figures, apparemment anonymes, voient pourtant leur vie décortiquée et leur personnalité exhibée avec tendresse dans Bruxelles… Bruxelles…, On l’appelait meringue, Passés les sables et L’un et l’autre. Aussi apparait-il clairement que chacune des pierres de la mosaïque composée par Marc Quaghebeur est de nature identique. Chaque personnalité provient du territoire de Belgique ou l’occupe. Mystérieuses, elles brillent par la force de leur caractère et la fatalité du destin qui les attend. Enfants d’une époque, elles en portent la marque et les séquelles : l’originalité se découvre au départ des conventions. Continuer la lecture

Outre

Jean-Marie CORBUSIER, Comme une neige d’avril, Lettre volée, 2022, 112 p., 17 €, ISBN : 978-2-87317-586-3

corbusier comme une neige d'avrilVoyageur aux prises avec un univers de mots, Jean-Marie Corbusier poursuit dans son nouveau recueil publié à La Lettre volée – Comme une neige d’avril – sa recherche de la poésie. Explorateur, télégraphe, le poète prend note de ce qu’il perçoit – spoiler alert – : de la neige, toujours plus de neige, de la neige sur de la neige. Le blanc, que ce soit celui de la neige ou du papier, occupe, par conséquent, une place prépondérante dans ce dernier recueil.

Cette comparaison pour titre dit bien l’état de précarité de l’univers dans lequel évolue le poète. Cet univers se caractérise par une absence de repères efficaces. Pire, les règles qui le régissent ne semblent pas fixées une fois pour toutes. Le sol se dérobe sous les pas du poète qui ne sait nommer précisément ce qui l’entoure (« Ici amas se dit congère / ailleurs/banc de neige / là-bas qui revient » ; « l’aube / qui a changé de nom / le doute encore »). Aussi, le poème « comme une neige d’avril » est-il l’image qui cache l’univers du dire impossible. Continuer la lecture

Au feu !

Claude DONNAY, Pourquoi les poètes n’ont jamais de ticket pour le paradis, Arbre à paroles, 2022, 14 €, 106 p., ISBN : 9782874067204

donnay pourquoi les poetes n'ont pas de ticket pour le paradisDans une série de Poèmes pour – la formule inaugurant le titre de presque tous les poèmes de son recueil – Claude Donnay traverse, entre autres étrangetés, « les époques éteintes », « les jours de pluie », « un matin sourd » ou encore « une vie sans mesure ». Cette collecte, publiée aux éditions de l’Arbre à parole sous le titre Pourquoi les poètes n’ont jamais de ticket pour le paradis, œuvre à la réanimation de nos existences diagnostiquées « engourdies ».

Le quotidien et, plus largement, le monde contemporain se trouvent au cœur de la poésie de Claude Donnay. L’un et l’autre brillent par les horizons qu’ils écrasent et les libertés qu’ils entravent. Par exemple, le confinement, expérience désormais déniée, se rappelle à notre bon souvenir dès l’ouverture du recueil dans des vers tels que : Continuer la lecture

Réalités tronquées

Béatrice BOURET-SPREUX, Trois fois rien, Déjeuners sur l’herbe, 2022, 14 €, ISBN :  978-2-93043-377-6

bouret spreux trois fois rienDans son dernier recueil de nouvelles – Trois fois rien – paru aux éditions Les déjeuners sur l’herbe, Béatrice Bouret-Spreux donne la parole aux déclassés. Tout au long des sept récits qui le composent, des voix d’hommes et de femmes s’élèvent. Ensemble, elles parcourent le spectre des vies simples, de la misère, du désœuvrement et de la violence.

L’histoire de Jésus de Nazareth inaugure l’ouvrage. Cette nouvelle, la plus longue, donne la parole aux trois personnages que sont Paulo, Ludo et Jésus, trois amis dont le destin tragique a pour origine une onomastique surprenante : Jésus, l’ami de Paulo et de Ludo, est originaire de Nazareth, un village près de Gand. Il est fils de Jozef Vandernoot et de Marie-Consuelo. Une drôle de coïncidence à laquelle certains pourraient bien avoir du mal à croire, une ouverture paradoxale à une violence injuste. Continuer la lecture

Fragments de silences intérieurs

Anne-Marielle WILWERTH, Vivre au plus près, Éditions du Cygne, 2022, 58 p., 10 €, ISBN : 9782849246931

wilwerth vivre au plus presVivre au plus près, nouveau recueil poétique d’Anne-Marielle Wilwerth paru aux éditions du Cygne, livre à ses lecteurs les nœuds d’une quête existentielle faite d’intériorité, de silences, de recherche de dénuement, d’interstices et d’instantanés dans ce qui s’apparente à une conscience aigüe du temps qui passe. Il s’agit d’une poésie concise d’apparence simple, mais le principe d’économie qui préside au choix du mot permet le rayonnement et l’abondance de significations. C’est ainsi qu’émerge une dualité douce entre monde physique et métaphysique, principes de l’existence avec lesquels la poétesse nous invite à composer. Continuer la lecture

Des mots qui déjouent

Marc DUGARDIN, Antoine DUGARDIN, Psaume, passant, Chat polaire, 2022, 82 p., 12 €, ISBN : 978-2-931028-19-3

dugardin psaume passant 2Marc Dugardin, avec la complicité de son fils à la photographie – Antoine Dugardin – ouvre une fenêtre sur l’activité d’écriture par l’intermédiaire d’un Psaume, passant publié aux éditions du Chat polaire. Ouvrage étrange qui se veut prière, Psaume, passant ne s’adresse pourtant à aucun dieu, comme un appel lancé dans un vide métaphysique. Empruntant sa mélodie à la poésie et la narration d’un « je » vivant, pensant, écrivant au genre du récit, Marc Dugardin permet ici « l’irruption du monde dans le corps du texte ». Continuer la lecture

Au féminin de la troisième personne

Aliette GRIZ, FLISE, Plier l’hier, Tétras Lyre, 2022, 82 p., 16 €, ISBN : 9782930685618

griz flise plier l hierDans Plier l’hier, recueil poétique publié chez Tétras Lyre et illustré par Flise (artiste plasticienne établie à Paris), Aliette Griz s’adonne à une poésie militante entièrement rédigée au féminin de la troisième personne dans ce qu’elle nomme « […] un reportage / D’écorché·e·s aligné·e·s / Dans les salles d’attentes ». La préface de l’ouvrage, signée par le collectif Les Quenouilles auquel appartient l’autrice, parle, quant à elle, « [d’]images comme des plans qui se succèdent » et proclame : « La narration ne compte pas. Out le plan-séquence. Plier l’hier pour faire bouger les instantanés et l’image d’Épinal ». Comprenons par ces affirmations que chaque poème se compose d’images apposées les unes aux autres afin de former un tout cohérent et signifiant tandis que, de son côté, le recueil, fait de vers libres ou de poèmes en prose, progresse par fragments. Continuer la lecture

Devenir-Un-Indien

Sandra DE VIVIES, Vivaces, La place, 2021, 96 p., 15 €, ISBN : 978-2-9602918-0-3

de vivies vivacesEn novembre 2021, Sandra de Vivies publiait son premier livre : une collecte de récits dits photosensibles réunis sous le titre de Vivaces. L’ouvrage est paru aux éditions La place, une jeune maison d’édition bruxelloise puisqu’elle présente deux titres à son catalogue : Vivaces, bien entendu, et Où est ma maison de Haleh Chinikar. Les éditions La place annoncent qu’elles « accompagnent l’exploration, le doute, les textes qui en portent les traces de même que les formes frontalières ou hybrides : récit texte-image, prose poétique, français mâtiné d’une autre langue, etc. » Continuer la lecture

Sur le fil

Marie CLAES, Légère, Autrement, 2022, 192 p., 16,90 € / ePub : 11,99 €, ISBN : 978-2-0802-6962-1 

claes legereDans Légère, son premier roman, Marie Claes nous emmène dans la commune de Blevin, lieu apparemment imaginaire et localisé en Belgique, où elle tisse les entrelacements d’une crise familiale, de sa naissance à sa résolution.

À l’origine, tout semble partir du personnage d’Annabelle, adolescente de 16 ans qui, du jour au lendemain, se met mystérieusement en tête de réparer le monde en purifiant son corps : Continuer la lecture

On la nomme Bleue

Tarek ESSAKER, La Fille de la Rivière, MaelstrÖm, 2021, 102 p., 8 €, ISBN : 978-2-87505-404-3

Essaker la fille de la riviereLa Fille de la Rivière de Tarek Essaker figure désormais au catalogue de la jeune collection de poche de chez MaelstrÖm reEvolution : la collection Rootleg, qui promet à ses lecteurs « des racines-embryons de travaux en cours ou textes finis », autrement dit, « des radicaux livres ». Présenté comme étant un « texte fragmentaire et fragmenté », le long poème en prose qu’est La Fille de la Rivière dresse le portrait évanescent d’une femme pauvre et sauvage, sans terre ni âge.  

Cette femme, « on la nomme Bleue », mais aussi « Fille de la Rivière ». Elle finira d’ailleurs par vivre aux abords de la « rivière », lieu abstrait et lieu de passage, y mêlant sa vie et son être au point de fusionner avec la nature qui l’entoure : Continuer la lecture

Habiter la fracture

Tom BURON, Marquis Minuit, Castor astral, 2021, 82 p., 12 €, ISBN : 9791027802890

buron marquis minuitDans Marquis Minuit, texte poétique, Tom Buron joue habilement du contraste entre le genre et le sujet en proposant à ses lecteurs une « épopée ivre ». Plongés en des temps primitifs nimbés des auras de la modernité et du 21e siècle, les lecteurs découvriront et chercheront à comprendre l’histoire de Marquis Minuit, « chérubin de motel » devenu, par la force du destin, grand explorateur du ban et marin de l’ivresse, dans ce qui sera une quête du « sentiment d’éternité » : Continuer la lecture

Le vert chenille aussi en nous

Béatrice LIBERT, Laurence TOUSSAINT, Comme un livre ouvert à la croisée des doutes, Signum, 2021, 120 p., 30 €

libert toussaint comme un livre ouvert a la croisee des doutesComme un livre ouvert à la croisée des doutes est de ces ouvrages que le premier confinement a vu naitre. À la fois composé de photographies et de poèmes, le recueil est un pont dressé entre la photographe (Laurence Toussaint) et la poétesse (Béatrice Libert), au travers de l’isolement et de l’errance. Continuer la lecture

L’étrangeté et le surgissement

Aliénor DEBROCQ, Philippe MAILLEUX, Lisières, ONLIT, 2021, 12 €, ISBN : 978-2-87560-137-7

debrocq mailleux lisiereQue dire des photographies de Philippe Mailleux ? Ou plutôt, que provoquent-elles en nous ? C’est l’exercice au départ douloureux auquel Aliénor Debrocq, finaliste du prix Rossel 2020, se livre dans Lisières, ouvrage co-signé par le photographe et l’autrice.

Sur les photographies (à la fin de l’ouvrage), des lisières, justement : souvent des lisières de cimetières ou de forêts, et l’horizon, échappé derrière un mur ou zébré de la silhouette des arbres. Aucune trace de vie, en revanche, et c’est là tout le drame que rencontre Aliénor Debrocq. Essayant d’en dire quelque chose, l’autrice tâtonne au point de placer le premier chapitre de l’opuscule sous le sceau de l’étrangeté (à l’autre et à la démarche de Philippe Mailleux en particulier) : Continuer la lecture