Archives par étiquette : Martine Rouhart

La mer / la mère / l’amer / l’âme erre

Isabelle BIELECKI et Martine ROUHART, photographies de Pierre MOREAU, Miroirs à marée basse, Coudrier, 2019, 77 p., 20 €, ISBN : 978-2-930498-94-2 — Exposition des photos sur 100 mètres aux Galeries Royales d’Ostende du 24 juin au 4 août 2019

Trente ans ! C’est le temps qu’il a fallu à Isabelle Bielecki pour comprendre que ses poèmes adressés à la mer, alors écrits « d’un jet brûlant », parlent en vérité de sa mère. L’amniotique homophonie est restée inconsciente tout ce temps. Ce sont les photos à grand format de son compagnon Pierre Moreau qui ont réveillé ses textes longtemps enfouis. Ils forment aujourd’hui la première partie du recueil Miroirs à marée basse. Continuer la lecture

Le goût des autres

Martine ROUHART, La solitude des étoiles, Murmures des soirs, 2017, 19€, 219 p., ISBN : 978-2-930657-38-7

rouhart la solitude des etoilesCamille, veuve et assistante vétérinaire, vit son existence à très basse intensité, dans un appartement qui surplombe un zoo. L’exubérance la bouscule, les autres la confrontent. Chaque voisin est source de stridence pour son onde intime discrète. Recroquevillée dans son quant-à-soi entre un lapin, un chat et les rares contacts avec sa mère Suzanne – de nature joviale et inquiète pour l’introversion radicale de sa fille – elle est toute entière suspendue dans l’attente d’autre chose, sans savoir même ce qui comblerait ce creux en elle. Une négligence au travail qui manque de coûter la vie à un chien la pousse à s’isoler encore davantage dans un maison-refuge, aux confins des Ardennes. Elle s’imagine y cheminer, loin de tout, dissoute dans l’environnement, jusqu’à ce qu’on frappe à sa porte. Continuer la lecture

Les traces inéluctables des lignes de faille

Martine ROUHART, Séparations, Liège, Dricot, 2015, 240p., 17€

Contrairement à ce que le titre du roman, Séparations, peut nous laisser présager, nous n’allons pas plonger dans une série d’histoires douloureuses et plaintives de ruptures. Le récit est divisé en dix tableaux, que l’on pourrait considérer comme des nouvelles, si elles n’étaient pas reliées entre elles par des personnages tantôt secondaires dans tel chapitre, tantôt centraux dans tel autre. Continuer la lecture